Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Arav trace les lignes rouges
TRAITEMENT DU FAIT RELIGIEUX DANS L'AUDIOVISUEL
Publié dans L'Expression le 16 - 01 - 2017

«Il y va de la crédibilité de nos chaînes et, plus encore, de l'honorabilité de notre pays, de l'exemplarité de sa diplomatie», estime l'Arav.
A l'approche des élections législatives où la scène médiatique aura un rôle central, l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (Arav) a rendu public, hier, un long document où l'usage de la religion dans les médias audiovisuels a été abordé. Relevant une amélioration dans le traitement du fait religieux dans les chaînes de télévision privées, l'Arav n'en relève pas moins la nécessité de garder la religion en dehors des débats électoraux.
L'Autorité invoque la Constitution, dans son article 50, pour appuyer son propos. Ledit article stipule en effet, que «la diffusion des informations, des idées, des images et des opinions en toute liberté est garantie dans le cadre de la loi et du respect des constantes et des valeurs religieuses, morales et culturelles de la nation». Par valeurs religieuses, l'Arav qui a consulté le ministère des Affaires religieuses, le Haut Conseil islamique et nombre d'universitaires spécialistes, retient que «tout prédicateur porteur d'un discours excommunicateur est proscrit, de fait, des antennes nationales, qu'il soit algérien ou étranger». Ce n'est pas à proprement parler une sentence, mais cela ressemble à une mise en garde ferme adressée à tous les acteurs de l'audiovisuel national qui seraient tentés par une approche sectaire de la pratique religieuse. Ainsi, à quelques semaines de l'ouverture de la campagne électorale, l'Arav trace les lignes rouges, notamment sur la question du discours religieux. Dans le document, l'Autorité présidée par Zouaoui Benamadi, note que «glorifier l'islam ne signifie pas attaquer les autres religions, quelles qu'elles soient, ni invectiver leurs symboles sacrés ou outrager leurs dogmes et leurs croyances». Pour l'Arav donc, «défendre le référent national, bien qu'étant un devoir citoyen, ne donne pas droit non plus aux insultes vis-à-vis des autres obédiences de l'islam, quelles qu'elles soient, même celles qui nous sont théologiquement dissemblables».
Cette précision vaut-elle un coup de semonce en direction des candidats islamistes qui seraient tentés de développer un discours «sunnite» radical? L'Arav n'ira pas plus loin dans ses mises en garde et souligne que «nous devons oeuvrer, à travers nos programmes audiovisuels, en faveur de l'instauration d'une fraternité universelle, tant voulue par l'Emir Abdelkader, fondateur de l'Etat algérien moderne, afin de démentir la théorie du 'choc des civilisations'' en apportant l'espérance dans le monde et en agissant pour le bien, non en s'impliquant dans la division et la discorde qui sont des pratiques contraires à l'enseignement de l'islam, étrangères à nos moeurs et opposées à l'héritage spirituel de nos aïeux», recommande-t-elle.
Les lignes rouges étant tracées pour ce qui concerne le traitement du fait religieux par les chaînes de télévision, l'Arav estime qu' «il y va de la crédibilité de nos chaînes et, plus encore, de l'honorabilité de notre pays, de l'exemplarité de sa diplomatie, de sa place méritée dans le concert des nations et de son respect du droit international en matière de liberté de conscience garantie par la Constitution qui stipule dans son article 42 que la liberté de conscience et la liberté d'opinion sont inviolables. La liberté d'exercice du culte est garantie dans le respect de la loi''».
Les chaînes TV «sont donc invitées à faire preuve de sagesse et de discernement en offrant un discours modéré à tous les niveaux, en prônant les valeurs d'amour, de paix, de tolérance et en promouvant le dialogue des religions et la culture du vivre-ensemble», conclut l'Arav, non sans affirmer que «tel est le credo et le code d'éthique que l'Arav se propose de soumettre aux acteurs de l'espace audiovisuel en guise de plateforme de travail collaboratif impliquant toutes les parties et institutions traitant, directement ou indirectement, du fait religieux».
Enfin, le souhait exprimé par L'Arav exprime, «parvenir à préserver le paysage médiatique face à la montée croissante de ce péril planétaire qui menace la sécurité de notre pays et de notre société».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.