Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Arav trace les lignes rouges
TRAITEMENT DU FAIT RELIGIEUX DANS L'AUDIOVISUEL
Publié dans L'Expression le 16 - 01 - 2017

«Il y va de la crédibilité de nos chaînes et, plus encore, de l'honorabilité de notre pays, de l'exemplarité de sa diplomatie», estime l'Arav.
A l'approche des élections législatives où la scène médiatique aura un rôle central, l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (Arav) a rendu public, hier, un long document où l'usage de la religion dans les médias audiovisuels a été abordé. Relevant une amélioration dans le traitement du fait religieux dans les chaînes de télévision privées, l'Arav n'en relève pas moins la nécessité de garder la religion en dehors des débats électoraux.
L'Autorité invoque la Constitution, dans son article 50, pour appuyer son propos. Ledit article stipule en effet, que «la diffusion des informations, des idées, des images et des opinions en toute liberté est garantie dans le cadre de la loi et du respect des constantes et des valeurs religieuses, morales et culturelles de la nation». Par valeurs religieuses, l'Arav qui a consulté le ministère des Affaires religieuses, le Haut Conseil islamique et nombre d'universitaires spécialistes, retient que «tout prédicateur porteur d'un discours excommunicateur est proscrit, de fait, des antennes nationales, qu'il soit algérien ou étranger». Ce n'est pas à proprement parler une sentence, mais cela ressemble à une mise en garde ferme adressée à tous les acteurs de l'audiovisuel national qui seraient tentés par une approche sectaire de la pratique religieuse. Ainsi, à quelques semaines de l'ouverture de la campagne électorale, l'Arav trace les lignes rouges, notamment sur la question du discours religieux. Dans le document, l'Autorité présidée par Zouaoui Benamadi, note que «glorifier l'islam ne signifie pas attaquer les autres religions, quelles qu'elles soient, ni invectiver leurs symboles sacrés ou outrager leurs dogmes et leurs croyances». Pour l'Arav donc, «défendre le référent national, bien qu'étant un devoir citoyen, ne donne pas droit non plus aux insultes vis-à-vis des autres obédiences de l'islam, quelles qu'elles soient, même celles qui nous sont théologiquement dissemblables».
Cette précision vaut-elle un coup de semonce en direction des candidats islamistes qui seraient tentés de développer un discours «sunnite» radical? L'Arav n'ira pas plus loin dans ses mises en garde et souligne que «nous devons oeuvrer, à travers nos programmes audiovisuels, en faveur de l'instauration d'une fraternité universelle, tant voulue par l'Emir Abdelkader, fondateur de l'Etat algérien moderne, afin de démentir la théorie du 'choc des civilisations'' en apportant l'espérance dans le monde et en agissant pour le bien, non en s'impliquant dans la division et la discorde qui sont des pratiques contraires à l'enseignement de l'islam, étrangères à nos moeurs et opposées à l'héritage spirituel de nos aïeux», recommande-t-elle.
Les lignes rouges étant tracées pour ce qui concerne le traitement du fait religieux par les chaînes de télévision, l'Arav estime qu' «il y va de la crédibilité de nos chaînes et, plus encore, de l'honorabilité de notre pays, de l'exemplarité de sa diplomatie, de sa place méritée dans le concert des nations et de son respect du droit international en matière de liberté de conscience garantie par la Constitution qui stipule dans son article 42 que la liberté de conscience et la liberté d'opinion sont inviolables. La liberté d'exercice du culte est garantie dans le respect de la loi''».
Les chaînes TV «sont donc invitées à faire preuve de sagesse et de discernement en offrant un discours modéré à tous les niveaux, en prônant les valeurs d'amour, de paix, de tolérance et en promouvant le dialogue des religions et la culture du vivre-ensemble», conclut l'Arav, non sans affirmer que «tel est le credo et le code d'éthique que l'Arav se propose de soumettre aux acteurs de l'espace audiovisuel en guise de plateforme de travail collaboratif impliquant toutes les parties et institutions traitant, directement ou indirectement, du fait religieux».
Enfin, le souhait exprimé par L'Arav exprime, «parvenir à préserver le paysage médiatique face à la montée croissante de ce péril planétaire qui menace la sécurité de notre pays et de notre société».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.