Révision de la Constitution: la position du mouvement Ennahda sera responsable et sans ambiguïté    Baisse des cas de contamination au coronavirus: Benbouzid se félicite des résultats obtenus    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Référendum sur la Constitution, une "étape cruciale" dans le processus d'édification de la nouvelle Algérie    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Abdelmadjid Tebboune installe la Commission nationale chargée du projet de révision du code électoral    Le parquet général ouvre une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Une reprise avec une maîtrise des flux d'étudiants    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une base américaine stratégique dans la Corne de l'Afrique
LE CHEF DU PENTAGONE À DJIBOUTI
Publié dans L'Expression le 25 - 04 - 2017

Le chef du Pentagone, Jim Mathis, à son arrivée dimanche à Djibouti
Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a visité dimanche le petit Etat de Djibouti stratégiquement situé, qui accueille la seule base militaire américaine permanente sur le continent africain et où la Chine construit actuellement ses propres installations militaires.
La base américaine de Camp Lemonnier accueille environ 4000 militaires et contractuels américains, selon le Pentagone, et joue un rôle clé pour soutenir les opérations militaires en Afrique, notamment en Somalie où les militaires américains aident les forces locales à lutter contre les insurgés islamistes shebab liés à Al Qaîda. Cet ancien camp de la Légion étrangère française joue aussi un rôle important pour soutenir les opérations américaines au Yémen, où les forces spéciales américaines mènent régulièrement des opérations d'élimination par drone contre Al Qaîda dans la péninsule Arabique (Aqpa). «Pour le département de la Défense, Camp Lemonnier et Chabelley (un terrain d'aviation à une dizaine de kilomètres utilisés par les drones américains) ont un rôle logistique crucial», explique un responsable américain de la Défense sous couvert de l'anonymat. Le secrétaire à la Défense a notamment rencontré dimanche le président de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh. Il a retrouvé également sur place le commandant des forces américaines en Afrique, le général Thomas Waldhauser. Ce dernier avait indiqué en mars au Congrès américain avoir fait part au président Guelleh des inquiétudes américaines sur la construction en cours de la première base chinoise de soutien militaire à l'étranger, tout à côté de Camp Lemonnier, capable notamment d'accueillir les bateaux militaires chinois.«J'ai exprimé mes préoccupations sur (...) ce qui est important pour nous que les Chinois fassent ou ne fassent pas», avait-il déclaré devant la commission des forces armées du Sénat américain. Mais un autre responsable américain de la Défense a relativisé cette semaine. «Pour l'instant, je ne vois pas de raison pour lesquelles nous ne serions pas capable de coexister confortablement avec les Chinois, comme nous le faisons (aujourd'hui) avec les Français, les Japonais» qui disposent aussi de bases dans cette ancienne colonie française, a-t-il déclaré devant des reporters. L'emplacement stratégique de Djibouti «est son atout numéro un» et il est logique que le pays le fasse fructifier avec «de multiples partenariats», a-t-il expliqué. Djibouti est situé près du détroit de Bab al-Mandeb, au sortir de la mer Rouge vers l'océan Indien, une voie stratégique pour le commerce mondial.
La Chine avait annoncé en novembre 2015 son intention de construire à Djibouti sa première base de soutien militaire à l'étranger. Elle avait expliqué notamment vouloir soutenir ses Casques bleus en Afrique, être capable d'évacuer ses ressortissants sur le continent en cas de crise et soutenir ses activités de lutte contre la piraterie au large de la Somalie. Mais Pékin est accusé par ses détracteurs de vouloir constituer dans l'Océan indien un «collier de perles», une référence aux différents ports où la Chine possède des intérêts directs, qui comprend, outre Djibouti, Gwadar (Pakistan), ou encore la «Port City» de Colombo au Sri Lanka. La Chine a investi massivement à Djibouti, finançant une bonne partie de grands travaux (ports, chemins de fers, oléoducs, gazoducs...) lancés par le président Guelleh. En octobre dernier, l'Ethiopie a officiellement inauguré une ligne ferroviaire entre Addis-Abeba et Djibouti, financée et construite par la Chine, avec pour ambition de désenclaver l'économie éthiopienne et doper les échanges avec le voisin djiboutien.
Les Etats-Unis sont arrivés à Djibouti après les attentats du 11 septembre 2001 pour soutenir leurs opérations contre Al Qaîda et les taliban en Afghanistan. Mais cette installation qualifiée à l'époque de «provisoire» s'est finalement solidifiée et étendue et les Etats-Unis ont signé en 2014 un nouveau bail de 20 ans.
La France, dont Djibouti a pris son indépendance en 1977, y compte elle environ 1 450 militaires, selon le site du ministère de la Défense français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.