La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia retrace les enjeux
LE RND CONFORTE PAR SES DERNIERS RESULTATS
Publié dans L'Expression le 11 - 05 - 2017


Le secrétaire général du RND
Le Rassemblement national démocratique (RND) sort victorieux de l'épreuve électorale des législatives du 4 mai.
Il a ratissé 100 sièges, c'est une position très confortable pour un parti qui a été pestiféré en 2007 par l'opposition qui l'a accusé de fraude à grande échelle. D'ailleurs, cette situation a pesé lourdement sur le cours politique du RND qui se voyait traiter comme un parti de la fraude, et cela lui a coûté une véritable sanction politique durant les élections législatives de 2012 où il a vu sa représentation au sein de l'hémicycle se rétrécir telle une peau de chagrin.
C'était la période de la disette politique pour un RND affaibli et amoindri par la venue de Bouteflika aux commandes. Le président de la République qui était aussi le président du FLN, a joué un rôle déterminant dans la montée du FLN et la descente aux enfers du RND. Cette descente était très lourde, voire choquante, même pour la direction du RND.
La venue de Ahmed Ouyahia aux commandes du RND a ramené une autre conception de la gestion de l'appareil du parti, c'est une gestion avec une main de fer sur le plan organique, le parti avait besoin de quelqu'un qui doit mettre le holà au sein de la maison RND et la sortir de l'impasse dans laquelle elle s'était empêtrée.
Ce pari a été relevé avec succès par le directeur de cabinet de la Présidence et secrétaire général du RND. Ahmed Ouyahia a su recadrer le RND dans le giron du pouvoir et les institutions de l'Etat et du coup, relancer l'amorce de remodelage de la scène politique à commencer par la reconfiguration d'une nouvelle approche quant au nouveau gouvernement qui sera le prolongement logique des résultats de la dernière joute législative du 4 mai. Beaucoup d'observateurs soulèvent la question du silence du secrétaire général du Rassemblement national démocratique, alors qu'il est le premier gagnant de cette nouvelle reconfiguration électorale, et plus que ça. Même le FLN, pour qu'il puisse constituer un gouvernement doit d'abord et en premier lieu consulter le RND pour que la coalition se fasse sans bruit ni grabuge. Ahmed Ouyahia s'est muré dans un mutisme total, pourtant, le résultat est là, il est plus qu'édifiant en termes d'avancée politique de son parti. Le secrétaire général du RND n'a pas pipé un mot depuis le 5 mai, c'est-à-dire après l'annonce des résultats des élections législatives par le ministre de l'Intérieur, il a rédigé un communiqué où il a remercie les électeurs et les électrices qui ont voté pour les listes du RND. Ouyahia a déclaré via le communiqué que «le RND s'engage à mobiliser ses députés au service de la mise en oeuvre du programme de Son Excellence le président de la République M.Abdelaziz Bouteflika, ainsi que la concrétisation de son propre programme présenté durant la récente campagne électorale», a-t-il déclaré.
La déclaration laconique de Ouyahia montre que cet homme du sérail ne parle pas trop, mais il agit dans l'ombre, et il gère le contexte électoral dans le sillage global d'une stratégie qui tient compte des enjeux et des priorités qui sont dictées par les rapports de force qui déterminent les équilibres actuels du système.
Le directeur de cabinet de la Présidence fait preuve d'une discipline politique qui émane de sa culture en sa qualité de commis d'Etat, malgré le fait que son parti est arrivé à glaner des sièges d'une importance politique capitale pour se réintroduire dans le pouvoir non pas comme force parlementaire ou comme partenaire au sein du gouvernement, Ouyahia semble concevoir une autre conception, c'est celle qui consacre l'idée que ce dernier pourrait revenir aux commandes à la tête du gouvernement surtout que le contexte économique et les prix du pétrole connaissent une dégringolade sans précédent. Il y a aussi une autre conception qui avance l'idée que Ahmed Ouyahia veut se faire un véritable chemin vers la présidence de la République, et cela ne peut se faire que par le renforcement d'un cadre politique en mesure de mobiliser autour de lui une majorité lui permettant d'aspirer à atteindre cet objectif.
La conjoncture actuelle offre des possibilités inouies au secrétaire général du RND de se situer par rapport à l'enjeu primordial qui se présente devant lui, à savoir de briguer le mandat présidentiel qui lui tient à coeur. C'est le seul pari qui reste a être relevé par Ahmed Ouyahia pour terminer sa carrière politique en tant qu'homme du sérail qui ne sait pas dire non quand il s'agit de servir le système en place.
Donc, le silence de Ouyahia s'inscrit dans cette optique qui consiste à saisir les opportunités et jouer sur les conjonctures pour bien les gérer et s'introduire avec certitude dans l'ambiance présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.