Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trump garde l'accord sur le nucléaire
IL VA IMPOSER D'AUTRES SANCTIONS À L'IRAN
Publié dans L'Expression le 19 - 07 - 2017

Le président américain, Donald Trump, à défaut de déchirer l'accord avec l'Iran, menace Téhéran de nouvelles sanctions
Le président américain Donald Trump, qui avait promis durant sa campagne électorale de «déchirer» l'accord sur le programme nucléaire iranien, a décidé lundi de le préserver et de poursuivre pour le moment la politique de son prédécesseur, Barack Obama.
Le gouvernement américain a toutefois annoncé de nouvelles sanctions contre Téhéran pour ses missiles balistiques et ses actions au Moyen-Orient. Succès majeur de la diplomatie Obama et réussite de la politique internationale de non-prolifération, l'accord sur le nucléaire iranien, connu sous son acronyme Jcpoa (Joint Comprehensive Plan of Action), avait été signé en grande pompe le 14 juillet 2015 à Vienne par l'Iran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne). Durant sa campagne, le candidat Trump avait promis de «déchirer» le «pire» accord jamais paraphé par les Etats-Unis. Mais son administration a admis lundi soir que Téhéran «remplissait les conditions» du texte prévoyant un contrôle international de la nature pacifique du programme nucléaire en échange d'une levée progressive des sanctions qui étranglent l'économie iranienne. Depuis que cet accord est en vigueur, le 16 janvier 2016, l'administration américaine doit tous les 90 jours le «certifier» auprès du Congrès. C'est-à-dire attester que Téhéran en respecte les termes. Le gouvernement Trump l'avait «certifié» une première fois en avril dernier et devait le refaire ce 17 juillet. En mai, le président avait même poursuivi la politique du démocrate Obama de levée des sanctions liées au nucléaire. Son administration avait toutefois lancé au printemps un réexamen, toujours en cours, de sa position sur le Jcpoa. Mais M. Trump s'est pour l'instant bien gardé de sortir de ce texte majeur pour la diplomatie mondiale et la non-prolifération. Un compromis négocié pendant trois ans, après des périodes de crises qui avaient failli conduire à la guerre dans les années 2000. La décision positive était largement attendue, Washington ne voulant pas risquer de se mettre à dos les autres pays signataires. En outre, l'autorité onusienne de surveillance du JCPOA, l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea), avait félicité en juin l'Iran pour le respect de ses engagements (démantèlement des deux tiers de ses centrifugeuses, renoncement à 98% de son stock sensible d'uranium et bétonnage du coeur de son réacteur à eau lourde). Mais les relations avec l'Iran sont de nouveau extrêmement tendues et la justice iranienne a condamné ce week-end un Américain à dix ans de prison pour «infiltration». En conséquence, les Etats-Unis ont indiqué - comme ce fut le cas en mai - que d'autres mesures punitives seraient imposées à l'Iran pour ses missiles balistiques et ses actions «déstabilisatrices» au Moyen-Orient. «Nous prévoyons la mise en oeuvre de nouvelles sanctions qui concernent le programme de missiles balistiques iraniens», a souligné l'un des responsables de la Maison Blanche. En outre, le Sénat avait voté en juin un projet de loi pour punir Téhéran pour son «soutien à des actes terroristes internationaux». Le département d'Etat continue aussi, depuis 1984, de considérer la puissance régionale chiite comme un «Etat soutenant le terrorisme». «L'Iran demeure l'une des plus dangereuses menaces pour les intérêts des Etats-Unis et pour la stabilité régionale», a tonné l'un des responsables de l'administration Trump. Le nouveau président américain a déjà pris le contre-pied de Barack Obama en resserrant les liens avec l'Arabie saoudite et en appelant à «isoler» le rival iranien. Washington accuse depuis six mois Téhéran d'être une «menace» régionale, qui «déstabilise» directement ou via des groupes «terroristes» la Syrie, l'Irak, le Yémen ou le Liban. Ce qui a fait dire à Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne de passage lundi à l'ONU à New York, que l'administration Trump envoie des «signaux contradictoires» sur la volonté des Etats-Unis de respecter l'accord sur le long terme. Le Parlement iranien a par ailleurs entamé hier la procédure pour le vote d'une loi visant à renforcer le programme balistique du pays et la force Qods des Gardiens de la révolution - les forces d'élite de l'armée, chargées des opérations extérieures notamment en Syrie - afin de lutter contre les actions «terroristes» de Washington. «Le message est clair et les Américains doivent bien le comprendre. Ce que vous êtes en train de faire est dirigé contre le peuple iranien et le Parlement y résistera de toutes ses forces», a déclaré le président du Parlement Ali Larijani.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.