50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Sider El Hadjar : 14 millions de dinars d'équipements de sécurité disparus    La fin d'une époque    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    LDC (Groupe B). CRB – Sundowns (14h) : Le Chabab vise la première place    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Débrayage des auxiliaires en anesthésie-réanimation de la santé publique : Le syndicat menace de passer à une grève illimitée    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Entrepreneuriat : Signature d'une convention entre la CCI Mezghenna et l'USTHB    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Ce que doit la rue à l'urne    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Qui veut canarder les ambulances ?    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les recommandations du professeur Belhocine    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    Les Etats-Unis accusent le prince hérirter Saoudien    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    155 nouveaux cas et 2 décès    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Alerte au variant britannique    Une obligation, pas un choix    Un vendredi sans heurts    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Les 12 commandements de la phase transitoire    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Neuf militaires tués au Mali    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





lA NOUVELLE DONNE
MONTAGE AUTOMOBILE
Publié dans L'Expression le 01 - 08 - 2017

Est-ce le début de la fin de cette industrie naissante
Le Premier ministre a décidé de «geler» tous les futurs projets de montage automobile tout en appelant les trois marques déjà installées à se conformer au nouveau cahier des charges.
Incroyable retournement de situation! Le gouvernement ne veut plus de l'industrie de montage automobile! En effet, le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune a demandé au ministère de l'Industrie de «différer l'étude des projets de montage industriels nouveaux», annonce le Premier ministère dans un communiqué publié, hier, après un Conseil interministériel sur le montage industriel des véhicules qui s'est tenu la veille. «Le Premier ministre a instruit les secteurs directement concernés en vue de différer l'étude des projets de montage industriels nouveaux et de procéder à l'élaboration d'un nouveau cahier des charges par le ministère de l'Industrie et des Mines en concertation avec l'ensemble des parties impliquées, à l'exemple des secteurs des finances, du commerce, des douanes et des banques», note le communiqué. Ce conseil de «guerre» qui a vu la présence notamment des ministres, respectivement, des finances, de l'Industrie et des Mines et du Commerce, ainsi que du représentant du ministère de la Défense nationale, du gouverneur de la Banque d'Algérie et du représentant de l'Association des banques et des établissements financiers (Abef), semble enterrer définitivement cette industrie naissante mais qui s'est transformée en véritable «souk» en l'absence d'une réglementation claire. Car, même si le gouvernement n'a pour le moment «gelé» que les futures usines qui sont à l'étude telles que Fiat Chrysler, Toyota et KIA, il est clair que Renault, Hyundaï et Volkswagen, qui ont déjà ouvert leur usines, vont devoir se conformer au nouveau cahier des charges s'il ne veulent pas mettre la clé sous le paillasson. Surtout que le communiqué de la chefferie du gouvernement les pointe directement du doigt! Jugez-en de vous-même: «Lors de cette réunion, le ministre de l'Industrie et des Mines a présenté un exposé portant sur les conditions réglementaires, techniques et organisationnelles régissant actuellement la réalisation des chaînes industrielles de montage des véhicules automobiles. Les principaux acteurs et intervenants dans cette sphère d'activité ont ensuite relevé les failles et autres incohérences qui la caractérisent.» Tebboune va encore plus loin en soulignant, en son nom la nécessité de parvenir à la conception d'un instrument juridique qui soit susceptible de susciter l'émergence, dans l'environnement économique national, de structures productives aptes à garantir et à favoriser la création d'un véritable marché de la sous-traitance nationale à même d'assurer un niveau d'intégration qui soit satisfaisant, la réduction de la facture des importations, la création d'emplois et l'introduction de la notion d'équilibre et de proportionnalité d'exonération des taxes et impôts et du taux d'intégration». Comprendre par là que les hautes autorités soutiennent leur ministre de l'Industrie dans son assimilation des projets de montage de voitures à une forme d'«importations déguisées».
Mahdjoub Bedda s'était dit mécontent face à un faible taux d'intégration, soit de pièces fabriquées sur place. Selon lui, le taux d'intégration local est encore relativement bas, alors qu'il devrait être, selon les plans, de 15% trois ans après le début de la production.
Le ministre de l'Industrie et des Mines avait pourtant joué à l'apaisement, dimanche dernier, en publiant sur la page facebook de son département les grandes lignes du nouveau cahier des charges. Mahdjoub Bedda a montré sa volonté de ne pas aller au «clash» avec les acteurs de cette activité en assurant que cette «Bible» de l'industrie automobile se fera en concertation avec tous les partis concernés. Il était allé plus loin avec les fabricants automobiles sur le fait que la transition entre les deux cahiers des charges se fera en douceur. Mais c'etait sans compter sur Abdelmadjid Tebboune qui préfère la méthode...forte!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.