PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Erdogan balaie les critiques et veut élargir l'offensive
ALORS QUE LES KURDES DEMANDENT L'INTERVENTION DE DAMAS
Publié dans L'Expression le 27 - 01 - 2018

Faisant fi de la réprobation internationale, le président turc, Recep Tayyip Erdogan se présente en chef de guerre
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé hier d'élargir considérablement l'offensive que mène Ankara dans le nord de la Syrie contre une milice kurde, faisant fi des appels à la retenue de la communauté internationale.
Au septième jour de cette opération qui suscite l'inquiétude des Etats-Unis, le chef de l'Etat turc a promis de lancer ses forces contre la ville de Minbej, où Washington a déployé des troupes, puis de pousser vers l'est «jusqu'à la frontière irakienne».
L'offensive turque, menée dans la région d'Afrine (nord-ouest de la Syrie), vise les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde considérée comme «terroriste» par Ankara, mais alliée des Etats-Unis dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI). Alors que des rebelles syriens soutenus par Ankara tentent depuis samedi d'enfoncer les lignes kurdes avec le soutien de l'aviation et de l'artillerie turques, l'administration semi-autonome d'Afrine a exhorté jeudi le régime de Damas à intervenir pour empêcher les assauts. Cette opération turque a renforcé les tensions déjà vives entre Ankara et Washington, qu'un entretien téléphonique mercredi entre M.Erdogan et le président américain Donald Trump n'a pas permis d'apaiser.
Les déclarations de M.Erdogan hier risquent de verser de l'huile sur le feu, puisqu'il a également promis de «nettoyer Minbej», ville tenue par les YPG à une centaine de km à l'est d'Afrine, et où plusieurs centaines de militaires américains sont déployés. Après l'offensive contre Afrine, «nous nettoierons Minbej des terroristes (...) Puis, nous poursuivrons notre lutte jusqu'à ne plus laisser aucun terroriste jusqu'à la frontière irakienne», a lancé M.Erdogan lors d'un discours à Ankara. Avec les menaces de M.Erdogan contre Minbej, «une confrontation militaire directe entre l'armée turque et les forces américaines est possible», prévient Anthony Skinner, analyste du cabinet de consultants en risques Verisk Maplecroft pour qui les relations entre Ankara et Washington sont «au bord du précipice».
Les profonds désaccords entre la Turquie et les Etats-Unis sur les YPG empoisonnent depuis plus d'un an les relations entre ces deux alliés au sein de l'Otan. Lors d'un entretien mercredi avec M. Erdogan, M. Trump a «exhorté la Turquie à réduire et limiter ses actions militaires» et demandé d'éviter «toute action qui risquerait de provoquer un affrontement entre les forces turques et américaines», selon la Maison-Blanche. «Certains nous demandent avec insistance de faire en sorte que cette opération soit courte (...) Attendez, ça ne fait que sept jours. Combien de temps a duré l'Afghanistan? Combien de temps a duré l'Irak?», a rétorqué hier M. Erdogan. Sur le terrain, au septième jour de l'offensive turque baptisée «Rameau d'olivier», l'artillerie d'Ankara déployée à la frontière syrienne a repris son pilonnage des positions des YPG à Afrine, selon l'agence de presse étatique Anadolu. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (Osdh, basé en Grande-Bretagne), les affrontements ont fait depuis samedi plus de 110 morts parmi les combattants arabes syriens pro-Ankara et les YPG, ainsi que 38 civils, tués pour la plupart dans des bombardements turcs. Ankara, qui dément avoir touché des civils, a indiqué de son côté avoir perdu trois soldats. Face à l'offensive turque, l'administration semi-autonome d'Afrine, dominée par des groupes kurdes, a appelé le régime de Damas à «faire face à cette agression et déclarer qu'il ne permettra pas aux avions turcs de survoler l'espace aérien syrien». Les groupes kurdes syriens, longtemps marginalisés en Syrie, ont profité du retrait des forces de Damas du nord du pays au début du conflit pour affirmer leur autonomie à partir de 2012. Depuis, hormis quelques accrochages dans le nord-est de la Syrie, combattants kurdes et troupes syriennes se sont largement ignorées, conduisant des opposants au régime de Damas à accuser les groupes kurdes de coopérer avec le gouvernement de Damas. A la faveur de leur alliance avec Washington contre l'EI, les combattants kurdes ont en outre élargi les territoires sous leur contrôle, au grand dam d'Ankara qui voit comme une menace à sa sécurité l'établissement d'une entité kurde à sa frontière.
Evoquée depuis plusieurs mois, l'intervention turque à Afrine semble avoir été précipitée par l'annonce de la création prochaine, par la coalition antijihadistes emmenée par Washington, d'une «force frontalière» incluant notamment des YPG.
Plusieurs pays, dont l'Allemagne et la France, ainsi que l'Union européenne, ont exprimé leur préoccupation face à l'intervention turque dans le nord de la Syrie qui complique davantage la guerre qui a fait plus de 340 000 morts depuis 2011.
Le conflit implique plusieurs puissances régionales et internationales, comme la Turquie et les Etats-Unis, tous deux opposés au régime syrien en place, mais aux intérêts parfois divergents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.