Tebboune: la société civile, le 1er allié pour concrétiser l'édification de l'Etat    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    Fin de fonction de responsables locaux: ces décisions ne représentent qu'un début    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Accidents de la route: 9 personnes décédées et 181 autres blessées en 24 heures    Deux morts dans un accident de la circulation    Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    Tribunal : report du procès de l'ancien député Baha Eddine Tliba au 2 septembre    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les financiers des "harraga"
Publié dans L'Expression le 17 - 02 - 2018

Vendre son âme au diable. A une question, jeudi dernier, d'un sénateur sur la lutte que mène l'Algérie contre la migration clandestine, notre ministre de l'Intérieur, Nouredine Bedoui, a révélé «l'existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes». Par son caractère officiel, l'information est de taille. Le gouvernement détient les preuves de ce qu'il avance. «Les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à ce phénomène, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice» a ajouté le ministre de l'Intérieur. On connaissait le financement du terrorisme, mais pas le financement de l'immigration clandestine. Ainsi donc, nous sommes en présence de tout un système qui consiste à créer le chaos dans les pays de destinations qui, à leur tour, se retournent contre les pays de départs. Il y a là toute une stratégie à grande échelle qui dépasse le grand banditisme dont font partie les passeurs. Le financement des millions de migrants (l'Allemagne à elle seule a accueilli un million de migrants) ne représentent pas des clopinettes. Des sommes faramineuses sont nécessaires. Des sommes que seuls des Etats peuvent assurer. Même si Bedoui ne va pas jusque-là, l'ampleur du financement ne laisse aucun doute. Et puis aussi, cette nouvelle information, donne une réponse au questionnement qui s'est toujours posé aux Algériens. Ils savaient que leur pays qui était un pays de transit était devenu un pays de destination.
Ils savaient que des migrants venus de l'Afrique subsaharienne fuyaient la misère et les zones de conflits. Ils savaient que des migrants syriens, fuyant la guerre, ont trouvé refuge en Algérie. Tous ces migrants étaient heureux de trouver la paix dans notre pays. Ils étaient heureux de manger à leur faim. Mais quand ils apprenaient que des Algériens tentaient, eux aussi, de traverser la Méditerranée au péril de leur vie pour rejoindre l'Europe, ils ne comprenaient plus. C'est que ces Algériens appelés «harraga» n'ont pas le même profil que les migrants des autres pays qui se déversent sur les côtes du Vieux Continent. Nos «harraga» vivent dans leur pays en paix, mangent plus qu'à leur faim, gaspillent même. Nos «harraga» vivent dans leur pays qui ne trouve pas de main-d'oeuvre dans certains secteurs comme le bâtiment ou l'agriculture. Ils vivent dans leur pays qui distribue les logements par millions. Qui accordent des facilités déconcertantes à ceux qui veulent créer leur propre entreprise. Que les opportunités d'entreprendre sont à l'infini dans une Algérie en plein essor. En vérité c'est «la contrepartie de sommes importantes» qui les incite à partir. Voilà qui est clair. C'est tellement clair qu'il ne faut pas chercher loin pour trouver les financiers. Faut-il rappeler qu'un attentat dans les rues d'Alger durant la décennie noire était payé en devises fortes à son auteur? Bis repetita!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.