Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les financiers des "harraga"
Publié dans L'Expression le 17 - 02 - 2018

Vendre son âme au diable. A une question, jeudi dernier, d'un sénateur sur la lutte que mène l'Algérie contre la migration clandestine, notre ministre de l'Intérieur, Nouredine Bedoui, a révélé «l'existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes». Par son caractère officiel, l'information est de taille. Le gouvernement détient les preuves de ce qu'il avance. «Les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à ce phénomène, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice» a ajouté le ministre de l'Intérieur. On connaissait le financement du terrorisme, mais pas le financement de l'immigration clandestine. Ainsi donc, nous sommes en présence de tout un système qui consiste à créer le chaos dans les pays de destinations qui, à leur tour, se retournent contre les pays de départs. Il y a là toute une stratégie à grande échelle qui dépasse le grand banditisme dont font partie les passeurs. Le financement des millions de migrants (l'Allemagne à elle seule a accueilli un million de migrants) ne représentent pas des clopinettes. Des sommes faramineuses sont nécessaires. Des sommes que seuls des Etats peuvent assurer. Même si Bedoui ne va pas jusque-là, l'ampleur du financement ne laisse aucun doute. Et puis aussi, cette nouvelle information, donne une réponse au questionnement qui s'est toujours posé aux Algériens. Ils savaient que leur pays qui était un pays de transit était devenu un pays de destination.
Ils savaient que des migrants venus de l'Afrique subsaharienne fuyaient la misère et les zones de conflits. Ils savaient que des migrants syriens, fuyant la guerre, ont trouvé refuge en Algérie. Tous ces migrants étaient heureux de trouver la paix dans notre pays. Ils étaient heureux de manger à leur faim. Mais quand ils apprenaient que des Algériens tentaient, eux aussi, de traverser la Méditerranée au péril de leur vie pour rejoindre l'Europe, ils ne comprenaient plus. C'est que ces Algériens appelés «harraga» n'ont pas le même profil que les migrants des autres pays qui se déversent sur les côtes du Vieux Continent. Nos «harraga» vivent dans leur pays en paix, mangent plus qu'à leur faim, gaspillent même. Nos «harraga» vivent dans leur pays qui ne trouve pas de main-d'oeuvre dans certains secteurs comme le bâtiment ou l'agriculture. Ils vivent dans leur pays qui distribue les logements par millions. Qui accordent des facilités déconcertantes à ceux qui veulent créer leur propre entreprise. Que les opportunités d'entreprendre sont à l'infini dans une Algérie en plein essor. En vérité c'est «la contrepartie de sommes importantes» qui les incite à partir. Voilà qui est clair. C'est tellement clair qu'il ne faut pas chercher loin pour trouver les financiers. Faut-il rappeler qu'un attentat dans les rues d'Alger durant la décennie noire était payé en devises fortes à son auteur? Bis repetita!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.