Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach va acheter une raffinerie à l'étranger
SON P-DG A REVELE QUE LES NEGOCIATIONS AVANCENT BIEN
Publié dans L'Expression le 26 - 03 - 2018


L'Algérie opte pour l'achat de raffinerie
Ould Kaddour fait montre d'une certaine «audace», plutôt rare dans le milieu des responsabilités économiques nationales.
Sonatrach négocie l'achat d'une raffinerie à l'étranger, espère réceptionner celle d'Alger vers la fin de l'année en cours et entend développer des investissement dans de nombreux pays africains.
Ce sont là les principales déclarations du P-DG de la compagnie nationale pétrolière, lors de la conférence de presse qu'il a animée, hier à Oran, en marge du Napec.
Cette ambition programmée a toutes les chances de trouver le chemin de la concrétisation, du fait d'une disponibilité financière presque inespérée. En effet, Abdelmoumène Ould Kaddour a révélé qu'avec une estimation d'un baril de pétrole oscillant entre 50 et 55 dollars, Sonatrach pouvait se permettre un programme d'investissement de 50 milliards de dollars, courant sur 5 années.
Ce niveau du prix de l'or noir est déjà dépassé de plus de 10 dollars par baril. Ce qui enchante le premier responsable de la compagnie pétrolière qui, lors de son intervention devant la presse, n'a pas caché une ambition assez appréciable, compte tenu de la situation économique que traverse le marché mondial des hydrocarbures.
Ould Kadour a opté pour l'offensive. «Nous avons lancé un projet pour voir la possibilité d'acheter une raffinerie à l'étranger», a-t-il lancé, montrant une certaine «audace» plutôt rare dans le milieu des responsabilités économiques nationales. Qu'une entreprise publique «s'offre» une infrastructure à l'étranger, c'est un fait qui ne passera pas inaperçu. Mais le P-DG de Sonatrach semble accepter le risque, puisque, dit-il, ce projet actuellement au «stade des négociations (...) nous permettra de faire d'énormes économies dans le cadre du raffinage de nos propres produits pétroliers et maintenir davantage notre dynamique d'investissement à l'étranger». Le souci est donc économique, même si l'investissement peut paraître discutable, dans certains cercles, tout au moins.
Le P-DG de Sonatrach assume pleinement la nouvelle acquisition du groupe pétrolier public et va jusqu'à l'inscrire dans une vision globale signifiant la nouvelle stratégie de Sonatrach. Celle-ci, souligne son premier responsable, poursuit l'objectif de valoriser les ressources brutes en développant l'aval, à savoir la transformation du pétrole et du gaz.
Si l'objectif de Ould Kaddour est partagé par tous, la méthode qui consiste à acheter clés en main une raffinerie à l'étranger peut ne pas réunir le consensus au sein des professionnels du pétrole et plus généralement auprès de l'opinion nationale.
Mais le P-DG explique que cette acquisition est une phase transitoire, pour faire vite, gagner du temps et de l'argent, en attendant l'achèvement de la réalisation de la raffinerie de Sidi R'zine, à Alger, attendu pour la fin de l'année en cours.
Un investissement susceptible de renforcer sérieusement l'offre nationale en matière de produits raffinés. Ce qui permettra de réduire la facture des importations de carburant.
L'offre nationale sera, par ailleurs, consolidée, par la réalisation d'une raffinerie à Hassi Messaoud, dont les travaux débuteront dans le trimestre à venir.
Le seul point noir au tableau du redéploiement de Sonatrach dans l'aval concerne le projet de raffinerie de Tiaret, dont aucune disposition pour son lancement n'a été encore prise. L'enthousiasme de Ould Kaddour est «objectivement» porté par le redressement des cours au-delà des espérances. Le patron de la compagnie pétrolière mise sur une stabilité à plus ou moins moyen terme, ce qui permettra «de booster davantage les investissements à venir de la compagnie pétrolière nationale», note le P-DG qui ne manque pas de révéler que Sonatrach opère déjà au Niger, au Mali, en Tunisie, au Pérou, en Irak et dans d'autres pays.
Un dynamisme remarquable, dont les négociations engagées avec l'Egypte pour lui fournir du gaz de pétrole liquéfié (GPL), en est l'une des expressions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.