"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les va-t-en guerre de la presse marocaine
ILS ONT DEVERSE LEUR FIEL SUR L'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2018

Des accusations qui rompent avec toute retenue et qui nourrissent un tissu de mensonges que dénoncent les observateurs et les politiciens qui appellent au respect de la légalité internationale.
L'affaire Maroc - Iran prend une tournure régionale et le Royaume chérifien semble faire une fixation sur son voisin immédiat l'Algérie dans la genèse de cette dernière. La presse marocaine, particulièrement, se met aux ordres de la diplomatie du Makhzen, laquelle est en alerte depuis le déclenchement du différend avec Téhéran. Pour rappel, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annoncé la rupture des relations diplomatiques avec l'Iran, qu'il accuse d'avoir facilité une livraison d'armes au Front Polisario, (...) via son allié du Hezbollah libanais avec l'intervention de diplomates travaillant au sein de l'ambassade iranienne en Algérie. Loin de se contenter de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran, le Maroc tente ainsi d'impliquer notre pays dans ce soudain changement, en alléguant que le Hezbollah est présent sur les territoires de la Rasd. C'est dans ce contexte tendu entre les deux pays voisins que les médias marocains, notamment ceux en ligne, tirent depuis à boulets rouges sur leur cible toute désignée: l'Algérie. Ainsi qu'il s'agisse de Yabiladi, Le 360 ou Maroc presse, le ton est donné: lâcher son fiel sur l'Algérie. Toutes ces publications reprennent en relais les déclarations du département des Affaires étrangères marocain. Aussi, est-il fréquent de relever sur ces sites que du côté marocain, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a répondu qu'il comprenait «l'embarras de l'Algérie, son besoin d'exprimer sa solidarité avec ses alliés du Hezbollah, de l'Iran et du Polisario, et sa tentative de nier son rôle occulte dans cette action contre la sécurité nationale du Royaume». «Quand il s'agit du rôle de l'Algérie dans l'affaire du Sahara et de son soutien flagrant au Polisario, le Maroc n'a pas besoin d'insinuer l'implication de ce pays ni de le «mettre en cause indirectement», selon ce que distille la diplomatie marocaine qui crie à la menace de la sécurité nationale du Royaume. Le Royaume du Maroc dit disposer de données précises, de preuves tangibles, concernant le soutien politique, médiatique et militaire du Hezbollah au Polisario, en connivence avec l'Iran. Les médias du royaume reproduisent en boucle ces propos, sans apporter le moindre argument convaincant. Les autorités marocaines se contentent de dire les journaux du Makhzen, ont pris le temps nécessaire pour étudier minutieusement l'ensemble de ces éléments avant de prendre, en toute responsabilité, leur décision. Mais le suivisme aveugle des titres de la presse marocaine et des sites d'information, en rajoute une couche. «Quand il s'agit du rôle de l'Algérie dans l'affaire du Sahara et de son soutien flagrant au Polisario, le Maroc n'a pas besoin d'insinuer l'implication de ce pays ni de le mettre en cause indirectement», lit-on dans certains éditoriaux, occultant toutes les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité et qui mettent le Maroc au pied du mur. «Il est de notoriété publique que l'Algérie, depuis 1975, abrite, arme, finance, entraîne et se mobilise diplomatiquement pour les séparatistes du Polisario», affirment en boucle les médias marocains. Des accusations qui rompent avec toute retenue et qui nourrissent un tissu de mensonges que dénoncent les observateurs et les politiciens qui appellent au respect de la légalité internationale et à celui de l'action des instances internationales habilitées à trancher dans le conflit.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.