Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les va-t-en guerre de la presse marocaine
ILS ONT DEVERSE LEUR FIEL SUR L'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2018

Des accusations qui rompent avec toute retenue et qui nourrissent un tissu de mensonges que dénoncent les observateurs et les politiciens qui appellent au respect de la légalité internationale.
L'affaire Maroc - Iran prend une tournure régionale et le Royaume chérifien semble faire une fixation sur son voisin immédiat l'Algérie dans la genèse de cette dernière. La presse marocaine, particulièrement, se met aux ordres de la diplomatie du Makhzen, laquelle est en alerte depuis le déclenchement du différend avec Téhéran. Pour rappel, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annoncé la rupture des relations diplomatiques avec l'Iran, qu'il accuse d'avoir facilité une livraison d'armes au Front Polisario, (...) via son allié du Hezbollah libanais avec l'intervention de diplomates travaillant au sein de l'ambassade iranienne en Algérie. Loin de se contenter de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran, le Maroc tente ainsi d'impliquer notre pays dans ce soudain changement, en alléguant que le Hezbollah est présent sur les territoires de la Rasd. C'est dans ce contexte tendu entre les deux pays voisins que les médias marocains, notamment ceux en ligne, tirent depuis à boulets rouges sur leur cible toute désignée: l'Algérie. Ainsi qu'il s'agisse de Yabiladi, Le 360 ou Maroc presse, le ton est donné: lâcher son fiel sur l'Algérie. Toutes ces publications reprennent en relais les déclarations du département des Affaires étrangères marocain. Aussi, est-il fréquent de relever sur ces sites que du côté marocain, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a répondu qu'il comprenait «l'embarras de l'Algérie, son besoin d'exprimer sa solidarité avec ses alliés du Hezbollah, de l'Iran et du Polisario, et sa tentative de nier son rôle occulte dans cette action contre la sécurité nationale du Royaume». «Quand il s'agit du rôle de l'Algérie dans l'affaire du Sahara et de son soutien flagrant au Polisario, le Maroc n'a pas besoin d'insinuer l'implication de ce pays ni de le «mettre en cause indirectement», selon ce que distille la diplomatie marocaine qui crie à la menace de la sécurité nationale du Royaume. Le Royaume du Maroc dit disposer de données précises, de preuves tangibles, concernant le soutien politique, médiatique et militaire du Hezbollah au Polisario, en connivence avec l'Iran. Les médias du royaume reproduisent en boucle ces propos, sans apporter le moindre argument convaincant. Les autorités marocaines se contentent de dire les journaux du Makhzen, ont pris le temps nécessaire pour étudier minutieusement l'ensemble de ces éléments avant de prendre, en toute responsabilité, leur décision. Mais le suivisme aveugle des titres de la presse marocaine et des sites d'information, en rajoute une couche. «Quand il s'agit du rôle de l'Algérie dans l'affaire du Sahara et de son soutien flagrant au Polisario, le Maroc n'a pas besoin d'insinuer l'implication de ce pays ni de le mettre en cause indirectement», lit-on dans certains éditoriaux, occultant toutes les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité et qui mettent le Maroc au pied du mur. «Il est de notoriété publique que l'Algérie, depuis 1975, abrite, arme, finance, entraîne et se mobilise diplomatiquement pour les séparatistes du Polisario», affirment en boucle les médias marocains. Des accusations qui rompent avec toute retenue et qui nourrissent un tissu de mensonges que dénoncent les observateurs et les politiciens qui appellent au respect de la légalité internationale et à celui de l'action des instances internationales habilitées à trancher dans le conflit.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.