Tebboune salue "les rôles de premier plan" et "les missions cruciales" de la femme à travers l'histoire de l'Algérie    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Boukadoum prend part à la 2e réunion du groupe de soutien au Mali    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des réformes profondes à la résolution pacifique des conflits
31ÈME SOMMET DE L'UNION AFRICAINE
Publié dans L'Expression le 02 - 07 - 2018

Ahmed Ouyahia à son arrivée à Nouakchott
De l'avis même de M. Faki, le combat contre la corruption doit être global en 2018, car la corruption prive l'Afrique de près de 50 milliards de dollars, chaque année.
Les travaux du 31ème sommet des Chefs d'Etat et de gouvernements de l'Union africaine (UA) ont débuté hier à Nouakchott (Mauritanie), avec la participation du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en sa qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. «Remporter la lutte contre la corruption: une voie durable pour la transformation de l'Afrique» est le thème retenu pour ce sommet. Le président Mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, a indiqué, à l'ouverture des travaux, que l'Afrique fait face à des défis sécuritaires, notamment le terrorisme, l'extrémisme, la drogue et la multiplication des foyers de tension, nécessitant la coordination des efforts.
Les dirigeants africains se sont d'abord penchés sur le problème de la corruption qui mine les efforts de développement économique. En proie à différents conflits, l'Afrique se doit de privilégier le dialogue dans la résolution des conflits, avec des solutions purement africaines. Dans ce cadre, la question du Sahara occidental était au centre des préoccupations, puisqu'elle était inscrite, pour la première fois, comme un «point à part et séparé» dans l'ordre du jour de ce 31ème sommet. La paix et la sécurité étaient également inscrits à l'agenda des dirigeants africains qui ont examiné les moyens de faire face à la radicalisation et l'extrémisme violent, considérés comme des facteurs de la menace terroriste. Le règlement des situations de crise et de conflit au Sahel, en Libye, au Soudan du Sud et au Mali, qui font face au terrorisme et à ses différentes connexions, relève de la seule responsabilité des Africains. Le 31e sommet des chefs d'Etat et de gouvernements se tient dans un contexte marqué par la volonté de l'Organisation panafricaine d'engager des réformes profondes. Ce sommet a enregistré la présence d'une quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernements. Le grand chantier de l'UA, lancé par le président en exercice, Paul Kagame, vise à faire aboutir ces réformes déjà entamées, notamment le renforcement de l'intégration économique et la mise en oeuvre de la zone de libre échange continentale (ZLEC). Au sommet, M. Kagame a présené un nouveau rapport sur une réforme institutionnelle de l'UA visant à assurer l'autonomie financière de l'organisation pour lui donner les moyens de sa souveraineté politique.
Le budget de l'UA provient à plus de 50% des bailleurs étrangers et ses programmes sont financés à 97% par les donateurs. Pour réduire cette dépendance, la réforme prévoit le prélèvement dans chaque pays d'une taxe de 0,2% sur les importations des pays membres.
Placé sous le thème «Remporter la lutte contre la corruption: une voie durable pour la transformation de l'Afrique», ce sommet a eu à traiter cette question cruciale en vue d'assurer l'essor économique du continent. Le choix du thème confirme l'engagement de l'UA de lutter contre ce fléau, à travers la mise en place de différents mécanismes. De l'avis même de M. Faki, le combat contre la corruption doit être global en 2018, car la corruption prive l'Afrique de près de 50 milliards de dollars, chaque année. Pour lui, toutes les nations africaines «sont concernées, d'une manière ou d'une autre, à des échelles plus au moins grandes» par ce fléau. En Algérie, la constitutionnalisation de la lutte contre la corruption a été concrétisée par la mise en place de l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLCC). Elle a ainsi institué, en 2016, un Organe national de prévention et de lutte contre la corruption, conformément à la Constitution révisée et adoptée en février de la même année.
La paix et la sécurité ont focalisé l'attention des dirigeants africains qui ont examiné les moyens pour faire face à la radicalisation et à l'extrémisme violent, principaux facteurs de la menace terroriste. Le président de la commission de l'UA n'a pas cessé d'affirmer que les problèmes de l'Afrique doivent être résolus par les Africains eux-mêmes. Le règlement des situations de crise et de conflit au Sahel, en Libye, au Soudan du Sud et au Mali, notamment, face au terrorisme et à ses différentes connexions, relève de la seule responsabilité des Africains. Il a donc été question des mécanismes pour se prémunir contre le terrorisme, initiés de concert par les pays africains, avec à leur tête l'Algérie qui a appelé à la lutte contre ce fléau, avec une approche globale alliant développement économique et déradicalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.