L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    Les réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Le procès de Karim Tabbou fixé pour le 04 mars    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    Nomination d'un nouveau DG à la tête de la Douane    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Tebboune préside un Conseil des ministres    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une menace terroriste persistante
L'EI REVENDIQUE UNE ATTAQUE CONTRE DES MILITAIRES EN LIBYE
Publié dans L'Expression le 27 - 08 - 2018

Une myriade de groupes jihadistes et de milices armées, qui changent d'allégeance selon leurs intérêts, font régner un climat d'insécurité dans ce pays aux riches ressources pétrolières.
Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué samedi une attaque ayant tué six militaires dans l'ouest de la Libye, tandis que les autorités ont annoncé l'arrestation des auteurs présumés. Dans un communiqué diffusé par son organe de propagande Amaq, l'EI a revendiqué cette attaque perpétrée jeudi «contre le barrage de Wadi Kaam sur la route entre Zliten et Khoms, visant un groupe d'agents de sécurité du gouvernement d'union (GNA)».
Jeudi matin, des hommes armés ont tué six militaires de la Force des opérations spéciales du ministère de l'Intérieur lors d'une attaque contre un barrage de sécurité et un bâtiment attenant à Zliten, une localité située à 160 km à l'est de Tripoli, dans une région où l'EI est actif. «Les auteurs de l'attaque ont été appréhendés», a affirmé samedi soir le ministre de l'Intérieur du GNA, le général Abdessalam Achour, sur la chaîne privée libyenne Libya al-Ahrar. «Toutes les personnes arrêtées sont des ressortissants libyens (...) et les premières investigations laissent croire qu'il s'agit de membres de l'EI», a ajouté M. Achour, sans donner de détails sur leur nombre. Le maire de la ville, Moftah Ahmadi, avait fait état jeudi d'un homme tué parmi les assaillants et de deux personnes ayant réussi à prendre la fuite. Sept ans après la chute du régime de Maâmmar El Guedafi en 2011, la Libye reste à la dérive, avec deux camps se disputant le pouvoir: le GNA à Tripoli, reconnu par la communauté internationale, et un cabinet parallèle dans l'est du pays, soutenu par le puissant maréchal Khalifa Haftar. Une myriade de groupes jihadistes et de milices armées, qui changent d'allégeance selon leurs intérêts, font régner un climat d'insécurité dans ce pays aux riches ressources pétrolières. Acteurs politiques et milices continuent à se disputer son contrôle, rendant incertaine toute échéance électorale voulue par la communauté internationale dont la dernière initiative a vu les trois principaux protagonistes valider verbalement une plate-forme concernant la tenue avant la fin de l'année en cours d'élections législatives et d'une présidentielle. Il y a exactement trois semaines, le président de la commission chargée d'établir la liste des électeurs a présenté sa démission, au moment même où le maréchal Haftar annonçait qu'il confiait la commercialisation des hydrocarbures aux autorités de l'Est, une mesure vite abandonnée sous l'effet d'un rappel à l'ordre du conseil de sécurité de l'ONU. Autant de soubresauts qui montrent bien que la situation demeure à la fois instable et incontrôlée malgré les efforts du GNA qui peine à asseoir son autorité au-delà de la zone immédiate de la capitale, une donne qui devient encore plus inquiétante avec le retour en force de Daesh dont les coups deviennent de plus en plus nombreux et de plus en plus forts au point que la menace terroriste apparaît aussi pérenne que durant les années précédant l'accord onusien de décembre 2015.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.