Urgence au dialogue consensuel    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Djellab : "L'Algérie mise sur la coopération avec les pays de l'Afrique et du nord de la Méditerranée"    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Le combat des étudiants continue    Bensalah inaugure la 52e édition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Nouvelles déclarations de Gaïd Salah    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris s'inquiète pour ses ressortissants
LES FOYERS DE L'EPIDEMIE EN ALGERIE ANGOISSENT LES CAPITALES ETRANGÈRES
Publié dans L'Expression le 28 - 08 - 2018


Le Quai d'Orsay
Dans une note émise le 26 août, le ministère français des Affaires étrangères a appelé ses ressortissants qui vivent ou ont l'intention de se rendre en Algérie à une vigilance particulière.
Entre Paris et Alger le ciel est encore loin de se débarrasser de ses nuages. Même s'il est vrai que le bulletin, plutôt tendancieux, publié sur le site de «France Diplomatie» à propos des foyers de choléra qui ont touché certaines localités du pays est loin de constituer un orage qui compromettrait des relations plutôt apaisées à l'heure actuelle. Quoi de plus normal qu'un pays s'intéresse à la santé de ses ressortissants. Mais de là à l'enfler au point de brandir le spectre d'une catastrophe sanitaire, c'est aller un peu trop vite en besogne.
Les cas de choléra identifiés sont tout de même loin de constituer une épidémie. Selon les chiffres avancés par le ministre de la Santé sur les 139 cas suspects 70 ont été confirmés. Et sur les six wilayas concernées deux d'entre elles n'ont enregistré que deux individus. Un à Médéa et le second à Aïn Defla. A Bouira trois cas ont été confirmés alors que la majorité est concentrée au Centre (Alger, Tipasa, Blida).
Le fait que les foyers de cette maladie soient circonscrits à cette aire géographique rassure quant à la maîtrise d'une situation qui ne méritait certainement pas de connaître un écho international. Surtout que cette épidémie de choléra n'a mobilisé que deux infrastructures hospitalières (une à Boufarik et l'autre à El Kettar à Alger) pour sa prise en charge. Paris a franchi ce pas sans juger important de rentrer dans ces détails. «Plusieurs cas de choléra ont été diagnostiqués dans le nord et le centre du pays (Bouira, Blida, Tipasa, Alger, Médéa, Aïn Defla). Le ministère algérien de la Santé et de la Population indique qu'une source de la région de Tipasa serait à l'origine de la contamination, mais que l'eau du robinet demeurerait potable», a écrit le ministère français des Affaires étrangères dans une note émise le 26 août. Avant d'ajouter que: «Dans tous les cas, il est impératif de porter une vigilance particulière aux règles d'hygiène et de sécurité afin de se préserver des contaminations digestives ou de contact.» De «sécurité»? De quelle «sécurité» s'agit-il? Bref ne remuons pas le couteau dans la plaie car s'il y a lieu de rappeler toutes les notes émises par les différents gouvernements de la République française qu'ils soient de droite ou de gauche qui ont déconseillé la destination Algérie, cela reviendrait à sortir de l'ombre les fantômes du passé. Est-ce pour dire que l'Algérie demeure sous «surveillance» que Paris a surfé sur cette question sanitaire? La question est posée. Il n'en demeure pas moins qu'elle n'a pas réagi de façon aussi prompte et alarmante lorsque quatre cas de choléra ont été signalés à Vancouver au Canada au mois de mars dernier. La France n'entretient-elle pas de relations avec le pays au drapeau à la feuille d'érable? Sont-elles nulles au point de ne pas susciter de réaction du même type que celle réservée à notre pays? Alors pourquoi ce deux poids, deux mesures dans le traitement réservé à ces cas de choléra? Tripoli ne s'est pas posée toute cette série de questions et a emboîté le pas à Paris. La direction de la veille et d'investigation affiliée au Centre national de lutte contre les maladies du ministère libyen de la Santé a élevé le niveau d'alerte et de préparation pour «faire face à l'éventualité de l'arrivée de l'épidémie de choléra de l'Algérie à la Libye, notamment à travers les zones frontalières», selon un communiqué de l'institution relayé sur la page Facebook officielle du ministère de la Santé du gouvernement d'union nationale, a écrit sur son site le quotidien électronique TSA. «L'administration demande aux membres du programme de veille et d'alerte précoce et aux équipes d'intervention rapide et surveillants des hôpitaux d'être prudents avec les individus provenant d'Algérie et de s'enquérir de leur état de santé s'ils présentent un quelconque symptôme de la maladie», a également annoncé l'autorité de santé libyenne qui a également appelé les citoyens à signaler tout cas suspect a ajouté la même source. La «chasse» à l'Algérien a commencé en Libye. Reste à savoir comment déceler qu'il est atteint du choléra. Les autorités libyennes ne le disent pas. Quant à Paris il est incontestable qu'elle a contribué à élever le niveau de panique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.