Les candidats réitèrent leur appel à la consolidation du front interne pour préserver l'Algérie    Affaires montage automobile-financement de la campagne Bouteflika : Saïd Bouteflika renvoyé de l'audience    Vote des Algériens à l'étranger à la présidentielle : l'ANIE en appelle au respect de l'opinion de l'autre    L'USM Alger tient en échec le Petro Atletico    DEBAT TELEVISE POUR LA PRESIDENTIELLE 2019 : Un premier face à face équidistant entre candidats    Man United : Solskjaer fracasse Manchester City !    EL TARF : Saisie de 20 millions de cts en faux billets à Aïn Assel    ACCIDENTS DE LA ROUTE : 9 morts et 39 blessés en 48 heures    Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    «Je connais parfaitement vos problèmes»    Appel à une nouvelle journée de grève et des manifestations mardi    Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées    Ali Bongo prépare son fils pour lui succéder    Une quinzaine de morts dans un nouveau massacre    Le Premier ministre désigné de plus en plus isolé    Nouvelle mobilisation exceptionnelle    Les producteurs sous forte pression    Vers un Algérie-Belgique en mars prochain    Favorable au Chabab, le Doyen sur le gril    13 ateliers d'accompagnement organisés    La Cnac de Aïn Témouchent signe cinq conventions de partenariat    Boulettes de crevettes au gingembre    Des fauteuils et des tricycles distribués à Médéa    Création de plus de 22 000 postes d'emploi    ACTUCULT    Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA    Mohamed Attaf : "L'histoire des rois berbères doit être enseignée"    Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition    Les balances et cette odeur insupportable …    Histoire d'une ville, côté oued, côté jardin    CSC: Redjradj annonce sa démission et met les propriétaires dans l'embarras    Athènes expulse l'ambassadeur libyen    La diaspora algérienne à l'unisson de son peuple    Le MJS l'a déclaré jeudi à Oran : «Le processus de partenariat clubs-entreprises est enclenché»    EN (U21) féminine : Alger abritera le tournoi de l'UNAF    Skikda : Le cadavre d'un pêcheur repêché    Galatasaray : Feghouli indisponible pour quelques jours    Port d'Oran: Près de 2 kilos de cocaïne découverts sur un bananier    Selon des sources sécuritaires: Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations» en Algérie    La nouvelle loi des hydrocarbures à l'épreuve du terrain    Sebdou: Une bonbonne de gaz chargée d'explosifs découverte dans une station Naftal    Gaid Salah: L'Algérie forteresse impénétrable    Une «petite victoire» au goût d'inachevé: «Concessions» du ministère, insatisfaction chez les instituteurs    Mostaganem: Près de 100 mandats de dépôt en un mois    Chaïb Maâchi n'est plus    Arrestation d'activistes présumés du PNP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parti est crédité de 61% des intentions de vote
EN AFRIQUE DU SUD, L'ANC EST LE FAVORI POUR LES LEGISLATIVES
Publié dans L'Expression le 13 - 01 - 2019

L'Afrique du Sud, première puissance industrielle d'Afrique, affiche un taux de chômage de près de 28%, des inégalités criantes entre la majorité noire et la minorité blanche, et une très forte criminalité.
Le Congrès national africain (ANC), qui domine la vie politique sud-africaine depuis un quart de siècle, présentait hier son programme pour les élections législatives de mai, qu'il aborde en favori malgré le recul de sa popularité, ses divisions et une économie en berne. L'ANC de feu Nelson Mandela, premier chef de l'Etat noir démocratiquement élu (1994-1999), a souffert des nombreux scandales de corruption qui ont éclaboussé la présidence de Jacob Zuma, contraint à la démission en février 2018. Le parti a enregistré un revers historique lors des élections locales de 2016, en recueillant 54% des votes, son score le plus faible depuis la fin du régime de l'apartheid en 1994. Il a perdu des villes emblématiques comme Johannesburg et Pretoria. Mais ces résultats ont servi d'avertissement à l'ANC, qui a poussé vers la sortie le président Zuma pour éviter à tout prix une débâcle aux élections 2019. C'est son successeur Cyril Ramaphosa qui s'est vu confier la délicate tâche de redresser au plus vite l'image de l'ANC, victime «de revers et d'un déclin significatifs». Le président, chouchou des milieux d'affaires, s'est donné pour priorités la lutte contre la corruption et la relance de l'économie. Ses efforts semblent payer en termes électoraux. Selon le dernier sondage Ipsos publié la semaine dernière, l'ANC est crédité de 61% des intentions de vote. Cyril Ramaphosa a présenté le programme du parti devant des dizaines de milliers de partisans réunis dans le stade de football de Durban (nord-est), la capitale de la province du KwaZulu-Natal (KZN). Un lieu stratégique pour l'ANC, puisqu'elle est la deuxième région la plus peuplée du pays et le berceau de Jacob Zuma, encore très influent au sein du parti. En vue des élections, la formation tient à afficher une image d'unité après les déchirements récents entre pro et anti-Zuma.
Cette semaine, Cyril Ramaphosa s'est affiché à plusieurs reprises aux côtés de Jacob Zuma, tous les deux tout sourire, pour cette opération de charme. L'Afrique du Sud, première puissance industrielle d'Afrique, affiche un taux de chômage de près de 28%, des inégalités criantes entre la majorité noire et la minorité blanche, et une très forte criminalité (57 homicides commis par jour). Dans son programme présenté hier, M. Ramaphosa a aussi insisté sur la réforme du régime foncier. Pour «corriger» les inégalités héritées de l'apartheid, il entend accélérer la redistribution des terres en expropriant des propriétaires sans les dédommager. Une mesure très populaire chez les sans-terre noirs mais qui inquiète les milieux d'affaires. Cyril Ramaphosa, 66 ans, joue gros lors de ces élections. En cas de victoire de son parti aux législatives, il est assuré d'être reconduit à la tête du pays puisque le président sud-africain est élu par les députés. Les principaux adversaires de l'ANC aux élections seront une nouvelle fois l'Alliance démocratique (DA) et le parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF). Mais ces deux formations d'opposition ont bien du mal à trouver un second souffle depuis la chute de Jacob Zuma, leur bête noire pendant des années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.