Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Le décret publié au Journal officiel    Belhimer souligne l'urgence de les réguler    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    Concert de Hasna El Becharia    Le Barça perd un joueur avant d'affronter Naples    Communiqué du Conseil des ministres    Adoption de l'avant-projet de loi relatif à la lutte contre la discrimination et le discours de haine    Andy Delort répond encore à Neymar !    L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort et à protéger la société contre les turbulences    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Gros risques sur les banques    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    Le Chabab, un leader bien fragile    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Des potentialités inexploitées    Le saviez-vous… ?    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc se fâche!
L'AFRIQUE DU SUD ANNONCE UNE CONFERENCE DE SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE SAHRAOUI
Publié dans L'Expression le 20 - 02 - 2019


Les présidents sahraoui et sud-africain
L'événement qui se tiendra les 25 et 26 mars prochain, a pour but de soutenir le peuple du Sahara occidental dans son droit à l'autodétermination qui doit le conduire à l'indépendance.
Un acte hostile de la part de Pretoria. Voilà comment a été qualifiée l'annonce de la conférence de solidarité en faveur du peuple sahraoui qui doit se tenir les 25 et 26 mars prochain. Une réaction qui renseigne sur la complexité de la mission de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental qui compte mettre sur pied une seconde table ronde qui doit en principe conduire à relancer des négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario. Elle met aussi en exergue l'animosité du royaume vis-à-vis de l'Algérie qui soutient le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, comme le stipulent les différentes résolutions adoptées par le Conseil de sécurité de l'ONU. «La conférence, qui se tiendra les 25 et 26 mars en Afrique du Sud, constituerait une étape importante pour mobiliser et apporter un soutien au peuple sahraoui dans sa lutte pour son indépendance», ajoutant que son pays «attaché à sa position de principe en faveur du droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance» a déclaré Lindiwe Sisulu, la ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, devant le Parlement de son pays. Une poussée de fièvre s'est aussitôt emparée des médias marocains proches du Palais qui se sont faits son porte-parole. «Les choses ne s'arrangent pas entre le Maroc et l'Afrique du Sud, principal soutien africain, avec l'Algérie, des séparatistes du Polisario», peut-on lire sur le site du 360.ma, qui précise que «l'annonce en a même été faite de manière officielle, le 13 février devant le Parlement sud-africain, par la chef de la diplomatie». Le processus de démantèlement du dernier bastion du colonialisme en Afrique est relancé. C'est ce que craint le Maroc, dernier pays à avoir intégré l'Union africaine dont il a ratifié l'acte constitutif qui le contraint à respecter les frontières héritées de la colonisation. Une condition qu'il n'a pas remplie et qu'il a transgressée en occupant les territoires sahraouis auxquels il ne compte pas d'ailleurs renoncer. Une position qui le met en porte-à-faux avec la légalité internationale et la vision des pères fondateurs de l'Organisation de l'Unité africaine ancêtre de l'UA. Il reste une tâche à accomplir, parce que la mission émancipatrice de l'OUA (rebaptisée UA, Ndlr) a été accomplie à l'exception de la région du Sahara occidental», avait souligné pour sa part l'ex-présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, actuellement ministre sud-africaine de la Planification, du Suivi et de l'Evaluation. Le pays de Nelson Mandela remet la question sur la table. La presse marocaine le souligne. La ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, Lindiwe Sisulu, a ainsi déclaré que son pays veut démontrer son «engagement en faveur de la lutte du peuple sahraoui», indiquant que ladite conférence sera coorganisée avec la Namibie écrit le 360.ma. Après la forfaiture du Parlement européen qui a voté un nouvel accord de pêche entre le Maroc et l'UE, incluant les territoires sahraouis, qu'un arrêt de la Cour européenne de justice qui a jugé que le Sahara occidental est un territoire distinct du Maroc, une brèche est désormais ouverte pour remettre en selle la décolonisation du Sahara occidental. L'histoire se remet en marche...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.