L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Un long combat pour l'émancipation    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Explosion de la consommation de gaz en Algérie    Premiers incidents post-congrès    La procédure enclenchée à l'APN    Large vague de dénonciation    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Ben Badis aurait-il été le 23e ?    Karim Ziani raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'intruse    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    L'USM Alger fait appel    Qui a demandé à la potiche de parler ?    Quand Bouchareb bloque le FLN    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Arrestation du voleur de téléphones portables qui semait la peur dans la ville    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Ammal : Une cinquantaine de familles oubliées du relogement    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    La commission de contrôle à pied d'œuvre dans les communes côtières: Les infrastructures touristiques passées au peigne fin    Tlemcen: «Plaidoyer» pour les personnes handicapées    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Les papys font de la résistance    Avec une croissance à la peine : Le marché pétrolier s'inquiète de la demande    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guaido appelle à manifester et défie Maduro
ATTENDU AU VENEZUELA
Publié dans L'Expression le 05 - 03 - 2019

Le retour de l'opposant représente un défi pour le président socialiste Nicolas Maduro, qui doit décider s'il l'arrête au risque de provoquer une forte réaction internationale, ou s'il le laisse rentrer sans encombre et braver son autorité.
L'opposant vénézuélien Juan Guaido, qui a annoncé son retour à Caracas hier, après une tournée en Amérique du Sud, a appelé ses partisans à manifester et mis en garde le régime vénézuélien contre la tentation de «l'enlever» à son arrivée. «Essayer de m'enlever serait sans aucun doute une des dernières erreurs qu'il commettrait», a lancé M. Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, dans une adresse à ses partisans, via les réseaux sociaux, dimanche soir. L'opposant de 35 ans, qui a bravé une interdiction de sortie du territoire pour une mini-tournée dans la Colombie voisine, au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Equateur, s'est exprimé devant un drapeau vénézuélien. Il n'a pas précisé où il se trouvait. Plus tôt dans la journée, le chef de l'opposition avait annoncé sur Twitter son retour hier à Caracas et appelé la population à manifester «dans tout le pays. Dimanche à la mi-journée il était toujours en Equateur, alors que son agenda officiel avait annoncé son départ dans la matinée. Très peu de liaisons desservent désormais Caracas et les détails de son voyage ne sont pas connus. Il s'était rendu clandestinement en Colombie il y a une dizaine de jours en traversant la frontière terrestre grâce à l'aide, a-t-il affirmé, de militaires complices. Le retour de l'opposant représente un défi pour le président Nicolas Maduro, qui doit décider s'il l'arrête ou s'il le laisse rentrer sans encombre. Le Venezuela traverse depuis une quarantaine de jours une série de turbulences politiques, en plus d'une violente crise économique et d'une hyperinflation, provoquant des pénuries de produits de base et de médicaments. M. Guaido s'est rendu en Colombie avec son épouse pour soutenir le passage d'une aide humanitaire - finalement bloquuée - avant d'entreprendre une tournée où il a été reçuu en chef d'Etat par des pays membres du Groupe de Lima. Nicolas Maduro a répété, cette semaine, qu'en tant qu'ex- chef du Parlement, Guaido se devait de «respecter la loi» et que, s'il rentrait au pays, il devrait «rendre des comptes à la justice». M. Guaido fait l'objet d'une enquête de la Cour suprême pour «usurpation» de pouvoir. Il est, à ce titre, interdit de sortie du territoire et a vu ses avoirs gelés, même s'il n'a pas, jusqu'à présent, été formellement mis en accusation. Les Etats-Unis et les 13 pays du Groupe de Lima, qui soutiennent pour la plupart M. Guaido, ont exprimé leurs préoccupations concernant la sécurité de l'opposant. Dimanche, l'Union européenne a, de nouveau, mis en garde sur Twitter contre toute intervention sur la personne de l'opposant: «Toute atteinte à la liberté, la sécurité ou l'intégrité personnelle de Guaido constituerait une escalade des tensions et serait fortement condamnée.» Le gouvernement américain, qui agite une intervention militaire dans le pays, a aussi prévenu que, s'il arrivait quelque chose à M. Guaido, «il y aurait des conséquences». Ex-président du Parlement, déchu par la Cour suprême, Juan Guaido s'est proclamé «président par intérim», le 23 janvier. Depuis, il a convoqué plusieurs manifestations de soutien qui ont fait une quarantaine de morts et des centaines de blessés, selon les ONG. Dimanche, un troisième Vénézuélien est décédé à l'hôpital de Boa Vista, au Brésil, près de la frontière avec le Venezuela, selon les autorités locales brésiliennes. Il aurait été blessé lors de violences provoquées par le blocus de l'aide humanitaire américaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.