L'APLS poursuit le bombardement des sites militaires marocains pour le 23e jour consécutif    Mali: le colonel Malick Diaw élu à la tête du Conseil national de transition    2e journée de Ligue 1: le "syndrome" des nuls continue de plus belle    Premier League : Man United renverse West Ham. Benrahma a joué 20 minutes    Transport aérien : les vols commerciaux internationaux suspendus jusqu'à nouvel ordre    Aménagement prochain de 15 services d'urgences médio-chirurgicales à Alger    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    EN VUE DE VENIR A BOUT DE CETTE PANDEMIE : L'Algérie appelle la communauté internationale à l'entraide    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Juventus: Paratici visé par une enquête pour l'examen d'italien truqué de Suarez    DGI: la souscription de la déclaration de l'impôt sur la fortune de 2020 prorogée à fin décembre courant    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Les «qui-tu-quistes» aux abois    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guaido appelle à manifester et défie Maduro
ATTENDU AU VENEZUELA
Publié dans L'Expression le 05 - 03 - 2019

Le retour de l'opposant représente un défi pour le président socialiste Nicolas Maduro, qui doit décider s'il l'arrête au risque de provoquer une forte réaction internationale, ou s'il le laisse rentrer sans encombre et braver son autorité.
L'opposant vénézuélien Juan Guaido, qui a annoncé son retour à Caracas hier, après une tournée en Amérique du Sud, a appelé ses partisans à manifester et mis en garde le régime vénézuélien contre la tentation de «l'enlever» à son arrivée. «Essayer de m'enlever serait sans aucun doute une des dernières erreurs qu'il commettrait», a lancé M. Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, dans une adresse à ses partisans, via les réseaux sociaux, dimanche soir. L'opposant de 35 ans, qui a bravé une interdiction de sortie du territoire pour une mini-tournée dans la Colombie voisine, au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Equateur, s'est exprimé devant un drapeau vénézuélien. Il n'a pas précisé où il se trouvait. Plus tôt dans la journée, le chef de l'opposition avait annoncé sur Twitter son retour hier à Caracas et appelé la population à manifester «dans tout le pays. Dimanche à la mi-journée il était toujours en Equateur, alors que son agenda officiel avait annoncé son départ dans la matinée. Très peu de liaisons desservent désormais Caracas et les détails de son voyage ne sont pas connus. Il s'était rendu clandestinement en Colombie il y a une dizaine de jours en traversant la frontière terrestre grâce à l'aide, a-t-il affirmé, de militaires complices. Le retour de l'opposant représente un défi pour le président Nicolas Maduro, qui doit décider s'il l'arrête ou s'il le laisse rentrer sans encombre. Le Venezuela traverse depuis une quarantaine de jours une série de turbulences politiques, en plus d'une violente crise économique et d'une hyperinflation, provoquant des pénuries de produits de base et de médicaments. M. Guaido s'est rendu en Colombie avec son épouse pour soutenir le passage d'une aide humanitaire - finalement bloquuée - avant d'entreprendre une tournée où il a été reçuu en chef d'Etat par des pays membres du Groupe de Lima. Nicolas Maduro a répété, cette semaine, qu'en tant qu'ex- chef du Parlement, Guaido se devait de «respecter la loi» et que, s'il rentrait au pays, il devrait «rendre des comptes à la justice». M. Guaido fait l'objet d'une enquête de la Cour suprême pour «usurpation» de pouvoir. Il est, à ce titre, interdit de sortie du territoire et a vu ses avoirs gelés, même s'il n'a pas, jusqu'à présent, été formellement mis en accusation. Les Etats-Unis et les 13 pays du Groupe de Lima, qui soutiennent pour la plupart M. Guaido, ont exprimé leurs préoccupations concernant la sécurité de l'opposant. Dimanche, l'Union européenne a, de nouveau, mis en garde sur Twitter contre toute intervention sur la personne de l'opposant: «Toute atteinte à la liberté, la sécurité ou l'intégrité personnelle de Guaido constituerait une escalade des tensions et serait fortement condamnée.» Le gouvernement américain, qui agite une intervention militaire dans le pays, a aussi prévenu que, s'il arrivait quelque chose à M. Guaido, «il y aurait des conséquences». Ex-président du Parlement, déchu par la Cour suprême, Juan Guaido s'est proclamé «président par intérim», le 23 janvier. Depuis, il a convoqué plusieurs manifestations de soutien qui ont fait une quarantaine de morts et des centaines de blessés, selon les ONG. Dimanche, un troisième Vénézuélien est décédé à l'hôpital de Boa Vista, au Brésil, près de la frontière avec le Venezuela, selon les autorités locales brésiliennes. Il aurait été blessé lors de violences provoquées par le blocus de l'aide humanitaire américaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.