Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Manifestations populaires et perspectives    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Les déboires des riverains continuent    Première section de formation pour les enfants autistes    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Lamamra maintient le cap    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Célébration du 19 mars à El Tarf.. Plusieurs projets inaugurés    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    SOUTIEN DU RND A LA CANDIDATURE DU PRESIDENT : Ouyahia corrige son porte-parole    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA
Publié dans Le Maghreb le 18 - 02 - 2019

Après avoir reçu des informations selon lesquelles les États-Unis auraient établi un contact avec des militaires vénézuéliens, Moscou a mis en garde Washington contre le recours à la force à l'égard d'un pays souverain, tout en dénonçant une éventuelle provocation susceptible de faire des victimes.
De plus en plus d'indices portent à croire qu'un coup d'État militaire au Venezuela devient une priorité pour les États-Unis, a déclaré ce jeudi le ministère russe des Affaires étrangères, par la voix de sa porte-parole, Maria Zakharova.
"Tout se résume à la mise en place d'une idée fixe, la mise en place d'un coup d'État militaire dans un pays souverain, au renversement de son leader légitime soutenu par le peuple et par l'armée", a indiqué la diplomate, intervenant lors d'un point presse.
"Les militaires vénézuéliens sont ouvertement incités à la révolte. Des appels destinés aux forces armées d'un autre État souverain pour qu'elles se rangent du côté de nouveaux dirigeants politiques, sortent de la bouche de hauts responsables à Washington", a-t-elle poursuivi. Avant d'ajouter: "Et après cela, au nom de quel droit moral les États-Unis discourent-ils de la démocratie et des bases légales au sein d'un État distinct et sur la scène internationale? Ils n'en ont aucun."

Provocation pour justifier une intervention militaire extérieure
Afin de justifier une intervention militaire extérieure, une provocation entraînant des effusions de sang pourrait être orchestrée, sous la forme d'une intervention humanitaire, selon la porte-parole.
"Sous couvert d'un convoi humanitaire, une provocation susceptible de faire des victimes est en cours de préparation. Elle servira de prétexte à une action militaire extérieure", a indiqué Mme Zakharova.
Dans ce contexte, Moscou a appelé à se retenir de tout geste capable de provoquer une escalade de tensions, tout en défendant de politiser la question de l'aide humanitaire. Tous les sujets liés aux actions humanitaires devraient être discutés conformément aux normes internationales, y compris avec la participation de la représentation de l'Onu à Caracas, ou d'autres organisations humanitaires.

Lavrov met en garde Pompeo contre une intervention militaire
Lors d'une conversation téléphonique avec son homologue américain Mike Pompeo, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde Washington contre toute ingérence militaire au Venezuela, a déclaré Mme Zakharova.
Le 3 février, Donald Trump avait indiqué qu'il considérait le recours à l'armée états-unienne au Venezuela comme "une option" face à la crise politique qui secoue le pays. Caracas a condamné cette déclaration, dénonçant une "violation des normes du droit international et de la Charte de l'Onu".
Moscou propose sa médiation dans le conflit
La Russie se dit prête à proposer sa médiation dans le conflit vénézuélien, mais ce n'est qu'à condition qu'elle soit réalisée au format multilatéral. "Nous prêtons une grande attention au format de médiation qui a été proposé par le Mexique, l'Uruguay et les pays de la Communauté caribéenne", a fait remarquer Maria Zakharova.

Contacts présumés entre les États-Unis et l'armée vénézuélienne
Citant un haut responsable de la Maison-Blanche, Reuters a affirmé la semaine dernière que le gouvernement Trump s'attendait à ce que davantage de militaires prêtent allégeance à Juan Guaido, Président autoproclamé du Venezuela. "Nous continuons de nous entretenir avec des représentants de l'ancien régime de Maduro, avec des militaires, bien que ces conversations soient très très limitées", déclarait le fonctionnaire, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat.
L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "Président en exercice" du pays et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a reconnu comme "Président par intérim". Une quarantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, en ont fait de même. La France également, comme "Président en charge".
La Russie, la Chine et plusieurs autres pays ont, quant à eux, soutenu Nicolas Maduro en tant que Président légitime du Venezuela. Le Kremlin a qualifié la décision de certains pays européens d'"ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela".

C'est "la fête de la haine"
En s'exprimant au sujet de la rencontre des Présidents des États-Unis et de la Colombie, Nicolas Maduro, Président du Venezuela, l'a qualifiée de "fête de la haine" envers son pays. Il a ajouté que Trump avait à nouveau brandi le spectre d'une intervention militaire sur le territoire vénézuélien.
Nicolas Maduro a traité de "fête de la haine" la réunion entre Donald Trump et Ivan Duque, dirigeant de la Colombie. Lors de leur rencontre, les deux Présidents ont également abordé la situation au Venezuela.
À l'issue du sommet qui s'est tenu à Washington ce 13 février, M. Trump et M. Duque ont annoncé leur intention de prendre des mesures visant à résoudre la crise vénézuélienne. Ils apportent par ailleurs tout leur soutien à Juan Guaido, reconnu par ces deux puissances comme Président par intérim.
"C'était la fête de la haine contre le Venezuela…Aujourd'hui, à nouveau, le Président américain a menacé d'intervenir au Venezuela, et je demande aux peuples du monde entier leur solidarité", a déclaré Nicolas Maduro sur Periscope.
Selon ce dernier, la campagne "Hands Off Venezuela" ("Ôtez vos Mains du Venezuela", ndlr), qui vise à recueillir des signatures contre l'intervention américaine dans les affaires intérieures du pays, se poursuivra. Il avait auparavant promis de totaliser 10 millions de signatures avant d'appeler de nouveau la population à signer ce document "Le Venezuela a des droits moraux et une constitution, et le Venezuela les fera respecter, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il y ait de la foudre", a souligné M. Maduro.
L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "Président en exercice" du pays et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a reconnu comme "Président par intérim".
Une quarantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, en ont fait de même. La France l'a également reconnu comme "Président en charge". Le Président Nicolas Maduro a qualifié Juan Guaido de pantin des États-Unis.
La Russie, la Chine et plusieurs autres pays ont quant à eux soutenu Nicolas Maduro en tant que Président légitime du Venezuela. Le Kremlin a qualifié la décision de certaines nations européennes d'"ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.