Un scandale du foncier industriel à Skikda : Un investisseur «curieusement» écarté et remplacé !    16e édition du rallye féminin    Des astuces pour améliorer naturellement sa vue    Constantine : Des candidats privés de l'utilisation de la calculatrice au bac    Situation du logement public locatif à Sétif : 10 613 appartements non distribués    Revêtement de la route principale de la commune de Berrahal : Désagréments et soupçon de dilapidation    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    MC Oran: L'éclaircie n'est pas pour demain    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Justice: L'ex-wali d'Alger et le wali d'El Bayadh sous contrôle judiciaire    Une attitude pour le moins équivoque    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Bordj Badji-Mokhtar: Deux enfants meurent piqués par des scorpions    Bac 2019: Les maths «abordables» pour certains, «compliquées» pour d'autres    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Tlemcen: Disparition de la tente géante : Khalida Toumi et Abdelouahab Nourri devant la Justice    Préparation de la CAN-2019 : L'Algérie bat le Mali (3-2)    CAT: L'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Equipe Nationale : Delort signe son baptême du feu et offre la victoire aux Verts    Sucre: Salariés et betteraviers font pression sur l'Allemagne    Libye : Poursuite des bombardements sur Tripoli malgré les appels au cessez-le-feu    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Dans le respect des dispositions de la constitution : Urgence d'accélerer l'élection présidentielle affirme Gaïd Salah    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Les personnes sinistrées seront indemnisées    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    300 milliards de dollars détournés en 20 ans !    Le sujet qui fâche    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    L'ex-wali d'Alger Abdelkader Zoukh mis sous contrôle judiciaire    Sinistre : 498 personnes mortes dans des incendies entre 2014 et 2018    La présidentielle et la lutte contre la corruption, deux priorités pour l'ANP    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA
Publié dans Le Maghreb le 18 - 02 - 2019

Après avoir reçu des informations selon lesquelles les États-Unis auraient établi un contact avec des militaires vénézuéliens, Moscou a mis en garde Washington contre le recours à la force à l'égard d'un pays souverain, tout en dénonçant une éventuelle provocation susceptible de faire des victimes.
De plus en plus d'indices portent à croire qu'un coup d'État militaire au Venezuela devient une priorité pour les États-Unis, a déclaré ce jeudi le ministère russe des Affaires étrangères, par la voix de sa porte-parole, Maria Zakharova.
"Tout se résume à la mise en place d'une idée fixe, la mise en place d'un coup d'État militaire dans un pays souverain, au renversement de son leader légitime soutenu par le peuple et par l'armée", a indiqué la diplomate, intervenant lors d'un point presse.
"Les militaires vénézuéliens sont ouvertement incités à la révolte. Des appels destinés aux forces armées d'un autre État souverain pour qu'elles se rangent du côté de nouveaux dirigeants politiques, sortent de la bouche de hauts responsables à Washington", a-t-elle poursuivi. Avant d'ajouter: "Et après cela, au nom de quel droit moral les États-Unis discourent-ils de la démocratie et des bases légales au sein d'un État distinct et sur la scène internationale? Ils n'en ont aucun."

Provocation pour justifier une intervention militaire extérieure
Afin de justifier une intervention militaire extérieure, une provocation entraînant des effusions de sang pourrait être orchestrée, sous la forme d'une intervention humanitaire, selon la porte-parole.
"Sous couvert d'un convoi humanitaire, une provocation susceptible de faire des victimes est en cours de préparation. Elle servira de prétexte à une action militaire extérieure", a indiqué Mme Zakharova.
Dans ce contexte, Moscou a appelé à se retenir de tout geste capable de provoquer une escalade de tensions, tout en défendant de politiser la question de l'aide humanitaire. Tous les sujets liés aux actions humanitaires devraient être discutés conformément aux normes internationales, y compris avec la participation de la représentation de l'Onu à Caracas, ou d'autres organisations humanitaires.

Lavrov met en garde Pompeo contre une intervention militaire
Lors d'une conversation téléphonique avec son homologue américain Mike Pompeo, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde Washington contre toute ingérence militaire au Venezuela, a déclaré Mme Zakharova.
Le 3 février, Donald Trump avait indiqué qu'il considérait le recours à l'armée états-unienne au Venezuela comme "une option" face à la crise politique qui secoue le pays. Caracas a condamné cette déclaration, dénonçant une "violation des normes du droit international et de la Charte de l'Onu".
Moscou propose sa médiation dans le conflit
La Russie se dit prête à proposer sa médiation dans le conflit vénézuélien, mais ce n'est qu'à condition qu'elle soit réalisée au format multilatéral. "Nous prêtons une grande attention au format de médiation qui a été proposé par le Mexique, l'Uruguay et les pays de la Communauté caribéenne", a fait remarquer Maria Zakharova.

Contacts présumés entre les États-Unis et l'armée vénézuélienne
Citant un haut responsable de la Maison-Blanche, Reuters a affirmé la semaine dernière que le gouvernement Trump s'attendait à ce que davantage de militaires prêtent allégeance à Juan Guaido, Président autoproclamé du Venezuela. "Nous continuons de nous entretenir avec des représentants de l'ancien régime de Maduro, avec des militaires, bien que ces conversations soient très très limitées", déclarait le fonctionnaire, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat.
L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "Président en exercice" du pays et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a reconnu comme "Président par intérim". Une quarantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, en ont fait de même. La France également, comme "Président en charge".
La Russie, la Chine et plusieurs autres pays ont, quant à eux, soutenu Nicolas Maduro en tant que Président légitime du Venezuela. Le Kremlin a qualifié la décision de certains pays européens d'"ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela".

C'est "la fête de la haine"
En s'exprimant au sujet de la rencontre des Présidents des États-Unis et de la Colombie, Nicolas Maduro, Président du Venezuela, l'a qualifiée de "fête de la haine" envers son pays. Il a ajouté que Trump avait à nouveau brandi le spectre d'une intervention militaire sur le territoire vénézuélien.
Nicolas Maduro a traité de "fête de la haine" la réunion entre Donald Trump et Ivan Duque, dirigeant de la Colombie. Lors de leur rencontre, les deux Présidents ont également abordé la situation au Venezuela.
À l'issue du sommet qui s'est tenu à Washington ce 13 février, M. Trump et M. Duque ont annoncé leur intention de prendre des mesures visant à résoudre la crise vénézuélienne. Ils apportent par ailleurs tout leur soutien à Juan Guaido, reconnu par ces deux puissances comme Président par intérim.
"C'était la fête de la haine contre le Venezuela…Aujourd'hui, à nouveau, le Président américain a menacé d'intervenir au Venezuela, et je demande aux peuples du monde entier leur solidarité", a déclaré Nicolas Maduro sur Periscope.
Selon ce dernier, la campagne "Hands Off Venezuela" ("Ôtez vos Mains du Venezuela", ndlr), qui vise à recueillir des signatures contre l'intervention américaine dans les affaires intérieures du pays, se poursuivra. Il avait auparavant promis de totaliser 10 millions de signatures avant d'appeler de nouveau la population à signer ce document "Le Venezuela a des droits moraux et une constitution, et le Venezuela les fera respecter, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il y ait de la foudre", a souligné M. Maduro.
L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "Président en exercice" du pays et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a reconnu comme "Président par intérim".
Une quarantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, en ont fait de même. La France l'a également reconnu comme "Président en charge". Le Président Nicolas Maduro a qualifié Juan Guaido de pantin des États-Unis.
La Russie, la Chine et plusieurs autres pays ont quant à eux soutenu Nicolas Maduro en tant que Président légitime du Venezuela. Le Kremlin a qualifié la décision de certaines nations européennes d'"ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.