FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Annie-Rey Goldzeiguer nous quitte
HISTORIENNE SPECIALISTE DE L'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2019

Les obsèques civiles ont eu lieu avant-hier, au cimetière Ramerupt (Massiac, Auvergne)
«Le véritable choc fut le 8 mai 1945, quand j'ai vu et compris la riposte violente de l'aviation française sur la Petite Kabylie. J'ai alors vécu intensément la ruine de mes illusions», a-t-elle témoigné.
L'historienne française, Annie-Rey Goldzeiguer, spécialiste de l'Algérie et du Maghreb, est décédée mardi dernier à l'âge de 94 ans, a-t-on appris auprès de ses proches. Les obsèques civiles ont eu lieu samedi dernier au cimetière Ramerupt (Massiac, Auvergne), a-t-on ajouté. Née à Tunis en 1925, Annie Rey-Goldzeiguer s'installe avec sa mère en 1943 à Alger où elle obtient son bac et s'inscrit à l'université. «J'ai vécu alors à Alger dans le milieu, fortement politisé, des étudiants de l'université. J'y ai participé à la manifestation du 1er mai 1945: j'ai été traumatisée par la manifestation nationaliste (organisée par le PPA) et sa répression brutale. Mais le véritable choc fut le 8 mai 1945, quand j'ai vu et compris la riposte violente de l'aviation française sur la Petite Kabylie. J'ai alors vécu intensément la ruine de mes illusions», avait-elle raconté dans son ouvrage «Aux origines de la guerre d'Algérie, 1940-1945» (La Découverte, 2002), reconnu important par tous les spécialistes de la période. Après les massacres d'Algériens du 8 mai 1945, elle avait pris une décision: «Je me suis jurée de quitter l'Algérie et de n'y revenir qu'après l'indépendance. J'ai tenu parole», avait-elle dit à Gilles Perrault en 1983. Elle revient à Alger en 1962 pour des recherches pour élaborer sa thèse sur «Le Royaume arabe» et publier des ouvrages sur l'histoire coloniale de l'Algérie. Sous la direction de l'autre historien Charles-André Jullien, elle soutient sa thèse à la Sorbonne, le 14 mars 1974, sous le titre «Royaume arabe et désagrégation des sociétés traditionnelles en Algérie», édité à Alger. Elle est aussi l'auteure en 2002 de l'ouvrage «De Mers-el-Kébir aux massacres du Nord-Constantinois». Sur le plan politique, Annie Rey-Goldzeiguer, militante communiste, a été très critique, à travers la publication oppositionnelle L'Etincelle, sur le vote des pouvoirs spéciaux en Algérie par les députés communistes en mars 1956. Elle se joint au groupe de La Voie communiste et participe à l'aide au Front de Libération nationale (FLN). En 2011, elle est signataire du manifeste intitulé «Non à un hommage national au général Bigeard» et en 2014, elle participe à l'«Appel des 171 pour la vérité sur le crime d'Etat que fut la mort de Maurice Audin». Réagissant à son décès, l'historien Alain Ruscio a indiqué qu'Annie et son mari Roger «ouvraient bien souvent leur porte à tous ceux qui partageaient leur amour pour l'Algérie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.