Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Vendredi puissance 14    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Un Iftar en l'honneur des médias    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    "Le développement de l'ANP a permis de préserver l'unité de l'Etat"    Le Hirak inébranlable    Fin du délai aujourd'hui    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Le tour de vis du gouvernement    Des centaines de milliers de manifestants à Alger : « Gaïd Salah dégage ! »    Barça : Messi a mal vécu la défaite face à Liverpool    L'APC DENONCE L'OCTROI ‘'OPAQUE'' DE MARCHES PUBLICS : Le maire d'Oran dans le collimateur    MASCARA : 3 individus arrêtés et des munitions saisies à Ain Farès    Une balle de match pour un titre    Tottenham: Pochettino met fin aux rumeurs    ELECTION PRESIDENTIELLE : Les noms des 77 candidats à la candidature dévoilés    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Premières projections de films documentaires    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Le trip de l'amour et ses revers    Une révolution «personnalisée»    Edition du 24/05/2019    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le baril "accompagne" le Hirak
LES PRIX DU PETROLE À LEUR PLUS HAUT NIVEAU DEPUIS NOVEMBRE 2018
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019


Un oeil rivé sur le marché pétrolier
Les cours de l'or noir sont restés au vert depuis le 22 févier, début des marches pacifiques annonciatrices de la fin d'un système qui a usé et abusé de la rente pétrolière.
Le niveau atteint actuellement par le baril représente une bouffée d'oxygène pour l'Algérie. Cela tombe à pic, à point nommé. A un moment où le pays traverse une période d'incertitude politique sur fond de crise financière aux relents dévastateurs. Une conjoncture qui a conduit l'ex-gouvernement à mettre tout un dispositif, recourir au financement non conventionnel, pour surmonter cette terrible étape qui a ravagé la trésorerie du pays, qui a eu raison du Fonds de régulation des recettes et érodé significativement les réserves de changes qui sont tombées de quelque 193 milliards de dollars en 2013 à moins de 8 milliards de dollars en janvier 2019. Une dégringolade des prix du pétrole signifierait qu'il va falloir puiser encore plus dans ce bas de laine constitué grâce aux niveaux record qu'ils avaient atteint par le passé. Plus de 147 dollars en juillet 2018. Il est donc impérieux que le pays garde un oeil rivé sur le marché pétrolier même si tous les regards sont focalisés sur les développements de l'imbroglio politique provoqué par la démission de l'ex-président de la République. L'application stricto sensu de l'article 102 pour gérer la période de transition s'est retrouvée en opposition frontale avec une farouche volonté populaire décidée à en finir avec le système actuel qui a usé et abusé de la rente pétrolière. Les récentes arrestations d'hommes d'affaires et les convocations de responsables de premier plan par la justice, à l'instar de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et de l'actuel ministre des Finances, Mohamed Loukal, qui avait auparavant occupé le poste de gouverneur de la Banque d'Algérie, ont un lien direct avec la gestion des revenus pétroliers, poumon de l'économie nationale. Le bond significatif que viennent d'accomplir les prix du pétrole représente dans un tel contexte une incontestable bouffée d'oxygène. Les prix du pétrole ont atteint, hier, leur plus haut niveau depuis novembre 2018. Hier matin, vers 4h45, ils ont franchi la barre des 74 dollars, pour la première fois depuis le début de l'année 2019. A 15h00, heure algérienne, le baril de Brent, référence du pétrole algérien s'échangeait à 73,91 dollars pour enregistrer un gain de 1,94 dollar par rapport à la séance précédente. A quoi est dû ce départ en fanfare de l'or noir? La cause incombe au président des Etats-Unis, qui était sur le point d'annoncer la fin des exemptions qui permettent à certains pays de continuer à acheter du brut iranien. Les Etats-Unis avaient autorisé huit pays: la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, l'Italie, la Turquie, la Grèce et Taïwan à continuer d'acheter temporairement du pétrole iranien, malgré leurs menaces. Des sanctions étaient prévues, à partir du 4 novembre 2018 contre tout pays qui continuerait à s'en approvisionner. La volte-face du président américain n'a finalement pas privé le marché de la production iranienne qui s'élève à plus de 3,5 millions de barils par jour, ce qui risque d'arriver avec la fin de ce sursis accordé par l'administration américaine. «Les cours montent car les investisseurs anticipent une contraction de l'offre à court terme», a déclaré Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures. «Une interdiction des importations d'Iran va doper les prix du pétrole au deuxième semestre 2019», a-t-il souligné. On s'y dirige tout droit vraisemblablement. Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, devrait faire des déclarations dans la journée (hier, Ndlr) pour demander à tous les pays de cesser d'acheter du pétrole à Téhéran, au risque de s'exposer à des sanctions américaines, selon le Washington Post qui cite une source proche de l'administration américaine. Alors un baril à 80 dollars avant la fin 2019? Ce n'est pas du tout impossible. Les feux sont, en tout cas, au vert pour une flambée de l'or noir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.