Raffinerie d'Alger: mise en service des unités de production    Real : Hazard face à un choix compliqué    L'ancien chef du protocole de Bouteflika en prison    Communiqués poussés par des vents contraires et panique chez les PPE    Conseils d'éthique pour l'université    Lait subventionné, la pénurie perdure    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Un an de prison requis contre Fodil Boumala    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Quelques aspects organisationnels bons à connaître    Rentrée professionnelle: la nomenclature de la formation étoffée par 4 nouvelles spécialités    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Congestion routière à Alger: plus de 100 points noirs recensés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Adoption de la stratégie d'adaptation de la communication gouvernementale à la nouvelle situation    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Criminalité à Boumerdès : Les chiffres inquiétants de la police    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Time is money ?    Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Makri réitère le soutien du MSP    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Il a atteint 1,9 % en janvier    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le baril "accompagne" le Hirak
LES PRIX DU PETROLE À LEUR PLUS HAUT NIVEAU DEPUIS NOVEMBRE 2018
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019


Un oeil rivé sur le marché pétrolier
Les cours de l'or noir sont restés au vert depuis le 22 févier, début des marches pacifiques annonciatrices de la fin d'un système qui a usé et abusé de la rente pétrolière.
Le niveau atteint actuellement par le baril représente une bouffée d'oxygène pour l'Algérie. Cela tombe à pic, à point nommé. A un moment où le pays traverse une période d'incertitude politique sur fond de crise financière aux relents dévastateurs. Une conjoncture qui a conduit l'ex-gouvernement à mettre tout un dispositif, recourir au financement non conventionnel, pour surmonter cette terrible étape qui a ravagé la trésorerie du pays, qui a eu raison du Fonds de régulation des recettes et érodé significativement les réserves de changes qui sont tombées de quelque 193 milliards de dollars en 2013 à moins de 8 milliards de dollars en janvier 2019. Une dégringolade des prix du pétrole signifierait qu'il va falloir puiser encore plus dans ce bas de laine constitué grâce aux niveaux record qu'ils avaient atteint par le passé. Plus de 147 dollars en juillet 2018. Il est donc impérieux que le pays garde un oeil rivé sur le marché pétrolier même si tous les regards sont focalisés sur les développements de l'imbroglio politique provoqué par la démission de l'ex-président de la République. L'application stricto sensu de l'article 102 pour gérer la période de transition s'est retrouvée en opposition frontale avec une farouche volonté populaire décidée à en finir avec le système actuel qui a usé et abusé de la rente pétrolière. Les récentes arrestations d'hommes d'affaires et les convocations de responsables de premier plan par la justice, à l'instar de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et de l'actuel ministre des Finances, Mohamed Loukal, qui avait auparavant occupé le poste de gouverneur de la Banque d'Algérie, ont un lien direct avec la gestion des revenus pétroliers, poumon de l'économie nationale. Le bond significatif que viennent d'accomplir les prix du pétrole représente dans un tel contexte une incontestable bouffée d'oxygène. Les prix du pétrole ont atteint, hier, leur plus haut niveau depuis novembre 2018. Hier matin, vers 4h45, ils ont franchi la barre des 74 dollars, pour la première fois depuis le début de l'année 2019. A 15h00, heure algérienne, le baril de Brent, référence du pétrole algérien s'échangeait à 73,91 dollars pour enregistrer un gain de 1,94 dollar par rapport à la séance précédente. A quoi est dû ce départ en fanfare de l'or noir? La cause incombe au président des Etats-Unis, qui était sur le point d'annoncer la fin des exemptions qui permettent à certains pays de continuer à acheter du brut iranien. Les Etats-Unis avaient autorisé huit pays: la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, l'Italie, la Turquie, la Grèce et Taïwan à continuer d'acheter temporairement du pétrole iranien, malgré leurs menaces. Des sanctions étaient prévues, à partir du 4 novembre 2018 contre tout pays qui continuerait à s'en approvisionner. La volte-face du président américain n'a finalement pas privé le marché de la production iranienne qui s'élève à plus de 3,5 millions de barils par jour, ce qui risque d'arriver avec la fin de ce sursis accordé par l'administration américaine. «Les cours montent car les investisseurs anticipent une contraction de l'offre à court terme», a déclaré Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures. «Une interdiction des importations d'Iran va doper les prix du pétrole au deuxième semestre 2019», a-t-il souligné. On s'y dirige tout droit vraisemblablement. Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, devrait faire des déclarations dans la journée (hier, Ndlr) pour demander à tous les pays de cesser d'acheter du pétrole à Téhéran, au risque de s'exposer à des sanctions américaines, selon le Washington Post qui cite une source proche de l'administration américaine. Alors un baril à 80 dollars avant la fin 2019? Ce n'est pas du tout impossible. Les feux sont, en tout cas, au vert pour une flambée de l'or noir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.