Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment sécuriser nos musées!
MOURAD BETROUNI ANIME UNE CONFERENCE AU MUSEE NATIONAL DES ANTIQUITES & DES ARTS ISLAMIQUES
Publié dans L'Expression le 25 - 04 - 2019

Les responsables du musée ont profité de la célébration du mois du Patrimoine pour ouvrir le débat sur la sécurisation de nos musées et du patrimoine millénaire qu'ils renferment.
Le 8 mars dernier, le Musée national des antiquités & des arts islamiques a failli partir en flammes! Des voyous ont tenté de le brûler et le piller après les manifestations anti-système. Cet incident a donné à réfléchir sur la sécurité de nos musées et du patrimoine millénaire qu'ils renferment.
La nécessité d'un débat sérieux sur la question s'est fait ressentir. Les responsables du musée ont profité de la célébration du mois du patrimoine afin d'initier cette réflexion. Ils ont ainsi organisé, hier, une conférence-débat sur la question. C'est Mourad Betrouni, ex- directeur du patrimoine au ministère de la Culture, qui a animé les débats. D'emblée, celui qui avait la lourde tâche de «sauvegarder» le patrimoine algérien, a mis en avant le problème de la législation. «Nos musées n'ont aucune couverture légale», a-t-il pesté. «Ils sont considérés comme des Etablissements publics administratifs (EPA). Mais ils n'ont pas de statut, en tant que musées», a-t-il déploré. «Or, il devrait y avoir une loi qui les régit, du fait de leur sensibilité et surtout de leur importance. Il s'agit là de notre patrimoine et de notre identité», a-t-il poursuivi, non sans remettre en cause la loi sur la protection du patrimoine culturel. «Cette loi ne définit pas la notion de musée, qui l'institue, délimite son champ d'application et énonce les conditions de sa création, la nature de la personne morale dont il relève et la qualité de ses collections», soutient le docteur Betrouni.
«La loi n°98-04 du 15 juin 1998, portant protection du patrimoine culturel, n'a pas prévu de dispositions juridiques relatives aux musées et aux collections muséales», s'inquiète-t-il. Pour lui, cette situation est donc à «la fois troublante et inquiétante». Que faire alors? Le docteur Mourad Betrouni plaide la mise en place «urgente» d'une politique et d'une stratégie de sécurisation de nos biens culturels. Cette stratégie devra, toujours selon l'intervenant, commencer par un cadre juridique qui est le socle sur lequel reposera cette stratégie. «La politique et la stratégie de sécurisation des musées publics doivent, nécessairement, reposer sur trois principaux piliers: la consécration juridique de l'institution muséale, l'identification et la caractérisation des biens culturels, cible de dommages et de préjudices, et enfin l'établissement d'une échelle de mesure des indicateurs de pertes, de dégradations et de détériorations de ces biens»,a-t-il énuméré. «C'est le seul moyen qui évitera à nos musées de disparaitre», a-t-il conclu non sans insister sur l'urgence de ce «SOS»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.