Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'appel des trois suscite toujours des réactions
Publié dans L'Expression le 21 - 05 - 2019

Lancé avant-hier, par Ahmed Taleb Ibrahimi, Rachid Benyellès et Ali Yahia Abdennour, l'appel pour une solution consensuelle à la crise, continue de susciter l'enthousiasme chez les partis, les personnalités et les universitaires.
Mohamed Lahlou, sociologue:
«La solution est dans un dialogue sincère»
«Le moment est venu de prendre conscience de la réalité et de l'évidence des faits. La période de transition telle qu'elle a été envisagée avec l'ancien système et l'élection présidentielle du 4 juillet prochain ne constituent plus une solution viable et susceptible de conduire à une situation apaisée dans le pays. Les manifestations qui durent maintenant depuis trois mois l'ont assez démontré et ceux qui détiennent le pouvoir de décision, en l'occurrence l'Armée, doivent en prendre acte et accepter une nouvelle alternative, en mettant fin à un «accommodement» avec un système auquel le peuple n'accorde ni légalité ni légitimité. Un consensus vers une transition démocratique capable de conduire notre pays vers un Etat de droit constitue une décision historique et raisonnable, sauf à vouloir prendre le risque d'une confrontation annoncée, chaque nouveau vendredi, par de nouvelles crispations ou des dérapages et provocations. Seul un dialogue ouvert et sincère peut réellement constituer une solution pour mettre en place des dispositifs d'alternance acceptables, à la hauteur des exigences du peuple algérien et capables d'apaiser le climat politique, économique et social. Le dialogue constitue une voie royale et indispensable pour contourner un climat de tension vers lequel le pays peut être entraîné. Le dialogue doit impérativement tenir compte des expériences antérieures qui ont conduit à des impasses, pour s'inscrire dans une vision et une démarche en adéquation avec la réalité politique de ces semaines qui ont prouvé la maturité du peuple algérien et son génie créateur. Le mouvement populaire, les partis politiques de l'opposition et l'armée constituent des partenaires incontournables pour initier un débat et aboutir à un consensus capable de donner à l'Algérie un socle constitutionnel incontesté et incontestable. Cette étape constitue la deuxième révolution nationale de notre siècle et nous devons la réussir.
Tarik Mira, personnalité nationale:
«L'Appel vient de personnalités crédibles»
L'une des vertus de ce texte est qu'il émane de trois personnalités que l'on ne peut pas soupçonner de vouloir s'imposer à l'opinion pour l'exercice du pouvoir en leur faveur. Leur âge en est la preuve. Ces personnalités, du moins pour deux d'entre elles, sont connues pour avoir été commun depuis longtemps, principalement contre Abdelaziz Bouteflika. Elles n'ont pas cessé d'avertir, chacune à sa façon, les méfaits du règne du chef de l'Etat sortant. Quant à Ali Yahia Abdennour, il n'a pas cessé de guerroyer contre le système depuis des lustres. Ces personnalités peuvent, à juste titre, s'enorgueillir de voir l'honneur de la nation souillé puis ressuscité par un soulèvement civique et citoyen inédit et même inespéré. Elles sont, de par leur position, habilitées à jouer les missi dominici entre l'opposition au sens large et le pouvoir pour aller vers une sortie de crise et bâtir pour le futur un «Etat de droit et démocratique».
Abdeslam Ali Rachedi, ancien ministre:
«Une solution consensuelle nous renvoie au populisme»
La solution n'en est pas une, justement parce qu'elle se veut consensuelle. Depuis l'indépendance, l'Algérie vit dans un régime populiste, nationaliste et islamiste, et par conséquent un régime autoritaire. La légitimité populiste, appelée aussi légitimité révolutionnaire ou historique, est le véritable ciment du régime, l'élection n'étant qu'une mise en scène destinée à donner l'illusion d'une légitimité démocratique, au besoin par le recours à la fraude. Dire une solution consensuelle, c'est se situer encore dans le populisme. En démocratie, il y a reconnaissance du pluralisme, débats et votes. Parfois, on noue des compromis, mais on ne parle pas de consensus, destiné à masquer la réalité. Les trois personnalités ayant lancé l'Appel sont toutes trois, très honorables et sincères dans leur démarche, mais elles s'inscrivent dans la continuité du système. Quant à la transition, si on veut reproduire celle qui avait été mise en place en 1992, on sait à quoi elle a abouti: à une normalisation autoritaire. C'est pourquoi, il convient d'être clair et préciser «transition vers la démocratie» pour éviter la confusion avec le schéma de 1992. Si l'on est bien dans une transition vers la démocratie, on n'a alors même pas besoin de dialoguer et le Mouvement populaire l'a très bien compris avec son «système dégage».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.