Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Zeroual fait don d'un mois de sa pension de retraite    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Sahara occidental: Désignation d'un nouvel émissaire au menu de la réunion du Conseil de sécurité    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Soufiane Djillali accable l'ancien président Bouteflika    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    Coronavirus : Abdelkader Bensalah fait don d'un mois de son salaire    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    Colla (Bordj Bou Arréridj) : Les enfants autistes livrés à eux-mêmes    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus: plusieurs facilitations fiscales au profit des entreprises    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Un député français saisit le procureur de Paris    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    3 personnes interpellées    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    Du confinement sanitaire au «confinement médiatique»    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    On vous le dit    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    Vers une remontée des prix du pétrole ?    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois ans pour le faussaire
Publié dans L'Expression le 21 - 05 - 2019

Un vieux bonhomme a écopé d'une peine d'emprisonnement ferme de trois années, pour avoir gauchement trafiqué...
Le tribunal criminel de Bouira a condamné dernièrement, Mabrouk. A. cinquante-six ans, pour trafic de faux billets de banque, à trois années d'emprisonnement ferme et à une amende de cinquante millions de centimes.
Les faits remontent au 31 octobre 2017 et furent d'une simplicité déconcertante car la malchance joua le plus mauvais tour au faussaire le jour où il se rendit à El Adjiba (wilaya de Bouira) pour faire des achats. Il remit la somme au commerçant. Manque de pot, le «flair» et l'expérience du méfiant commerçant, malgré l'allure normale du client, firent le reste.
En effet, pour une raison inexpliquée, le brave commerçant sentit l'entourloupe.
Le futur accusé était loin de s'imaginer que c'était là le dernier voyage dans cette contrée de Bouira. Vérification faite, l'épicier s'aperçut de la malfaçon des cinq billets de mille dinars. Il alerta les gendarmes qui ne perdent jamais de temps. Deux «verderons» seront désignés pour se rendre là où le monsieur avait un local commercial car, le comble, c'est qu'il laissa toutes ses cordonnées au malin commerçant, qu'il filera aux enquêteurs. Sur place, les gendarmes procéderont à une fouille corporelle réglementaire qui permit de trouver une somme et d'autres faux billets de mille dinars. Au cours de la fouille du local, une cartouche d'encre en couleurs, servant probablement à la confection de faux billets, a aussi été découverte. Devant tant d'évidence, il ne restait plus à M.A. que de se mettre à table et raconter le méfait dans le détail. C'est la crim'.
A l'audience, ce bonhomme qui paraissait avoir soixante-cinq ans et non cinquante-six piges se morfondait et regrettait fortement d'avoir mis les pieds à El Adjiba, nom qui signifie en langue française: (la curiosité) car elle en est devenue, une.
Les membres du tribunal criminel le dévisageaient sans s'attirer son regard puisque lui, regardait la salle, comme si une réponse favorable allait lui parvenir de sitôt du tribunal.
Le son du coup de poing du juge le réveilla de son «songe» qui n'aura duré que quelques secondes et qui lui paraissaient être une éternité. Il devra faire avec les terribles termes de l'article 197 (loi n°06-23 du 20 décembre 2006) du Code pénal, termes terribles certes, mais justes car un faussaire pris la main sur les billets doit impérativement... payer et cash, SVP! «Tu commets une bêtise, tu paies souvent en espèces», dirait le procureur.
En effet, l'article en question évoque pas mal de bêtises et trace au juge la ligne à conduire devant pareilles situations. Debout,leparquetier toise longuement l'accusé plié en deux et pour cause, avant de s'exclamer devant une attentive assistance moyenne, durant cette première clémente et douce semaine de Ramadhan 1440, car, le comble, le procès s'est tenu, au mois de mai 2019 et en pleine période de Ramadhan: une affaire de faux durant le mois sacré, il fallait y penser et la programmer. «Il voulait en profiter pour les rouler dans la farine.
Résultat des courses: il a été roulé dans le «son» du blé dur. Evidemment, rendre des comptes à la société, ne suffit pas. Vous devriez en ce moment nager dans les parages pollués de la présence de Satan, supplier Allah de vous pardonner pour votre fâcheux geste, car tout compte fait, le commerçant en question était conscient et bien conscient, malgré la fatigue. Tant qu'il y aura des hommes et des femmes éveillés, toute tentative de prendre ce peuple pour ce qu'il n'est pas, est vouée à l'échec! C'est pourquoi, je réclame une peine d'emprisonnement ferme, de sept années et une amende de deux millions de dinars, pour émission et trafic de faux billets!» souffle tranquillement le procureur général, satisfait du boulot bien amené, et bien suivi par le tribunal criminel qui ne le suivra cependant pas en entier, au cours de longues délibérations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.