TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    Coronavirus: 119 nouveaux cas, 146 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    CONSEIL DES MINISTRES : Reprise "progressive" du secteur des travaux publics    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Boukadoum: la diplomatie algérienne accorde un intérêt particulier à l'Afrique, surtout le Sahel et son environnement immédiat    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Mahrez victime d'un cambriolage    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Les habitants réclament leur réouverture    Plus de 6 900 infractions enregistrées en deux mois    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tahar Djaout était assassiné
IL Y A 26 ANS, LE 26 MAI 1993
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2019


Le 26 mai 1993 était une journée funeste et fatidique. Tahar Djaout, écrivain talentueux reconnu même à l'étranger, poète doué et journaliste-éditorialiste, a été ciblé par un attentat qui allait le plonger dans un coma profond qui allait durer une très longue et interminable semaine. Les Algériens, membres de «la famille qui avance», ont retenu leur souffle, du 26 mai au 2 juin 1993, tout en priant que Tahar Djaout reste vivant. Mais la nouvelle finit par tomber tel un couperet le 2 juillet. Le poète est mort. Sa voix s'est tue. Tout comme sa plume. Tahar Djaout allait être le premier d'une longue liste de journalistes et d'hommes de culture qui allaient être assassinés par les «monstres qui éteignent les étoiles» (dixit Matoub Lounès). La liste sera par la suite longue et ne cessera de s'allonger. Certains intellectuels, écrivains, poètes, journalistes ont choisi l'exil amer pour tenter d'échapper à une mort qui devenait de plus en plus certaine et inévitable. D'autres sont restés pour résister au prix de leur vie. A 39 ans, Tahar Djaout n'avait pas encore mis le point final au roman qu'il était en train d'écrire: «Le dernier été de la raison», paru à titre posthume aux éditions «Le Seuil». Il n'avait pas non plus eu le temps de déguster le succès grandissant qu'était en train d'enregistrer l'hebdomadaire de haute facture qu'il avait lancé en compagnie des meilleures signatures francophones algériennes à l'époque. Il s'agit de «Ruptures» qui était sur la bonne voie pour s'ériger inéluctablement en digne héritier du mythique «Algérie Actualité». En dépit d'une vie écourtée par la barbarie, Tahar Djaout a laissé une oeuvre, certes inachevée, mais de référence et qui honore le monde littéraire algérien. En plus de plusieurs recueils de poésie, Tahar Djaout a publié plusieurs romans. Après «L'Exproprié» paru en 1974, Tahar Djaout a écrit et publié nota-mment «Les chercheurs d'os» à la très prestigieuse maison d'édition française «Le Seuil» et ce, en 1984, «L'invention du désert» en 1987, «Les vigiles» en 1997 et enfin «Le dernier été de la raison», roman posthume paru en 1999 aux éditions «Le seuil» également. Tahar Djaout, cruellement ravi aux siens, rendit l'âme le 2 juin 1993 après une semaine dans le coma. Il repose depuis au cimetière de son village natal Oulkhou près d'Azeffoun, entre la mer et les monts verdoyants de la Kabylie qui l'ont tant inspiré dans l'écriture de la majorité de ses romans et poèmes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.