Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tahar Djaout était assassiné
IL Y A 26 ANS, LE 26 MAI 1993
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2019


Le 26 mai 1993 était une journée funeste et fatidique. Tahar Djaout, écrivain talentueux reconnu même à l'étranger, poète doué et journaliste-éditorialiste, a été ciblé par un attentat qui allait le plonger dans un coma profond qui allait durer une très longue et interminable semaine. Les Algériens, membres de «la famille qui avance», ont retenu leur souffle, du 26 mai au 2 juin 1993, tout en priant que Tahar Djaout reste vivant. Mais la nouvelle finit par tomber tel un couperet le 2 juillet. Le poète est mort. Sa voix s'est tue. Tout comme sa plume. Tahar Djaout allait être le premier d'une longue liste de journalistes et d'hommes de culture qui allaient être assassinés par les «monstres qui éteignent les étoiles» (dixit Matoub Lounès). La liste sera par la suite longue et ne cessera de s'allonger. Certains intellectuels, écrivains, poètes, journalistes ont choisi l'exil amer pour tenter d'échapper à une mort qui devenait de plus en plus certaine et inévitable. D'autres sont restés pour résister au prix de leur vie. A 39 ans, Tahar Djaout n'avait pas encore mis le point final au roman qu'il était en train d'écrire: «Le dernier été de la raison», paru à titre posthume aux éditions «Le Seuil». Il n'avait pas non plus eu le temps de déguster le succès grandissant qu'était en train d'enregistrer l'hebdomadaire de haute facture qu'il avait lancé en compagnie des meilleures signatures francophones algériennes à l'époque. Il s'agit de «Ruptures» qui était sur la bonne voie pour s'ériger inéluctablement en digne héritier du mythique «Algérie Actualité». En dépit d'une vie écourtée par la barbarie, Tahar Djaout a laissé une oeuvre, certes inachevée, mais de référence et qui honore le monde littéraire algérien. En plus de plusieurs recueils de poésie, Tahar Djaout a publié plusieurs romans. Après «L'Exproprié» paru en 1974, Tahar Djaout a écrit et publié nota-mment «Les chercheurs d'os» à la très prestigieuse maison d'édition française «Le Seuil» et ce, en 1984, «L'invention du désert» en 1987, «Les vigiles» en 1997 et enfin «Le dernier été de la raison», roman posthume paru en 1999 aux éditions «Le seuil» également. Tahar Djaout, cruellement ravi aux siens, rendit l'âme le 2 juin 1993 après une semaine dans le coma. Il repose depuis au cimetière de son village natal Oulkhou près d'Azeffoun, entre la mer et les monts verdoyants de la Kabylie qui l'ont tant inspiré dans l'écriture de la majorité de ses romans et poèmes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.