Le nombre de cas de COVID-19 a doublé au cours des six dernières semaines    Wilaya d'Alger : les taxis autorisés à poursuivre leur activité    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahli et Belaïd jettent l'éponge
ELECTION PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET 2019
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2019

L'ANR et le Front El Moustakbal out pour la présidentielle
Jusqu' à la fin de la journée d'hier, le Conseil constitutionnel n'a reçu aucune candidature. Il est presque certain qu' en l'absence de candidatures. le processus électoral soit fortement compromis.
Malgré le dépôt de leurs lettres d'intention au même titre que 74 déposants indépendants, l'ANR et le Front El Moustakbal devaient confirmer leurs candidatures ce jeudi, ce qui n' a pas été le cas. Les deux formations politiques en vue ont préféré ne pas courir le risque d'aller à contre-courant des positions du Hirak et ont préféré reporter leurs candidatures pour une conjoncture politique moins complexe. Ainsi, par la voie d'un communiqué rendu public, hier, l'Alliance nationale républicaine annonce «la suspension de sa participation à l'élection présidentielle, prévue pour le 4 juillet 2019, et ce jusqu'à ce que les conditions pour la réussite de cette élection soient réunies. Dans ce sens, le parti réitère sa position en précisant que la candidature de son secrétaire général, le docteur, Belkacem Sahli, est conditionnée par l'accompagnement de la solution constitutionnelle et électorale, par une série de mesures politiques, à même de rassurer l'opinion publique et rétablir la confiance entre le pouvoir et le mouvement populaire», indique le communiqué.
Parmi ces conditions l'ANR revient dans le même document sur la nécessité de constituer un gouvernement composé d'une équipe compétente, sous la présidence d'une personnalité consensuelle et indépendante, de régler le problème de l'illégitimité du président de l'APN, de désigner une instance nationale indépendante pour le suivi et la surveillance des élections, et réformer quelques lois organiques des élections, notamment celles relatives à l'élection présidentielle. Dans le même sillage, l'ANR précise que ces conditions devraient être accompagnées par un report de quelques semaines, comme le permet la Constitution. Pour les mêmes raisons, dans un communiqué publié ce samedi, le président du front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, fait savoir officiellement que son parti se retire de la course de l'élection du 4 juillet 2019. Sur la même voie que l'ANR, le favori de cette élection prend position pour les mêmes raisons. Il dénonce une absence de conditions idoines pour la tenue de cette élection présidentielle, l'absence de concurrence politique, nécessaire pour une élection démocratique, de l'instance indépendante d'organisation des élections, et la non-tenue du dialogue proposé par l'ANP.
Par ailleurs, l'ANR et le front El Moustakbal, malgré leur retrait à cette élection, se rallient sur la sage vision adoptée par l'Armée nationale populaire, sous le commandement du chef d'état-major, le général Gaïd Salah, considérant que l'organisation de l'élection présidentielle dans les plus brefs délais, et dans les meilleures conditions possibles, contribuerait à mettre fin à la crise et éviter le vide constitutionnel, qui représente un réel danger pour la réussite du mouvement populaire et tous les acquits obtenus.
Les 45 jours réglementaires, qui séparaient la date du convocation du corps électoral, de la date limite de dépôt de candidatures pour la présidentielle du 4 juillet, ont pris fin hier samedi, 25 mai. Il est à préciser que jusqu' à la fin de la journée d'hier, le Conseil constitutionnel, n'a reçu aucune candidature. Il est presque certain qu'en l'absence de candidatures le processus électoral est fortement compromis. Notamment qu' au lendemain du 14e vendredi de la contestation populaire, le Hirak, à l'unanimité, a exprimé un refus catégorique pour la tenue de cette élection présidentielle, sous la houlette des anciennes figures du système, en l'occurrence, les deux B restants, Bensalah et Bedoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.