Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouvelle attaque contre l'armée dans l'ouest du pays
Niger
Publié dans L'Expression le 12 - 12 - 2019

Des hommes armés ont attaqué mardi une position de l'armée nigérienne dans la zone d'Inates (ouest), près de la frontière du Mali, a indiqué à l'AF une source sécuritaire. «C'est une position de notre armée dans la zone d'Inates qui a été attaquée. Les assaillants venus par dizaines, et par petits groupes à motos, ont attaqué le camp qu'ils ont encerclé aux environs de 19H25 locales», a expliqué cette source. Elle n'a pas pu fournir de bilan dans l'immédiat. «L'attaque a été repoussée et la situation est actuellement sous contrôle. Des renforts ont été envoyés sur place», a-t-elle cependant assuré. Le 1er juillet 2019, 18 soldats nigériens ont été tués et 4 portés disparus lors de l'attaque de ce même poste militaire avancé d'Inates, revendiquée par le groupe Etat islamique.
Auparavant, c'est dans cette même zone d'Inates que 18 combattants de l'organisation Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) avaient été tués lors d'une opération conjointe des forces armées nigériennes, françaises et américaines menée du 8 au 18 juin.Le 14 mai, une embuscade de l'EIGS avait coûté la vie à 28 soldats nigériens dans une zone voisine. En octobre 2017, l'EIGS avait revendiqué une attaque dans laquelle quatre soldats américains et cinq militaires nigériens avaient péri dans la zone de Tongo Tongo, située dans la région de Tillabéri (ouest), à une vingtaine de
kilomètres de la frontière avec le Mali.L'attaque de ce mardi est la deuxième en deux jours contre des positions de l'armée nigérienne.Lundi, trois militaires nigériens et quatorze «terroristes» ont été tués dans une attaque contre un camp de l'armée dans la région de Tahoua (ouest) voisine de Tillabéri et proche du Mali, a indiqué mardi soir le ministère nigérien de la Défense. Pays très pauvre, le Niger - comme ses voisins sahéliens, le Mali et le Burkina Faso - fait face à des attaques récurrentes des groupes terroristes dans l'Ouest. Le Niger est aussi confronté aux raids du groupe islamiste nigérian Boko Haram dans le Sud-Est. Membres de la force G5 – Sahel, créée à l'initiative de la France pour combattre le terrorisme dans la région sahélienne, les cinq pays en proie aux attaques contre les forces militaires et aux exactions dont souffrent les populations civiles ont été « conviés », voici quelques jours, à une réunion à Paris par le président français Emmanuel Macron, au lendemain d'un accident d'hélicoptères meurtrier qui a coûté la vie à 13 officiers et soldats français de la force Barkhane. Paris entend clarifier les choses à la suite de manifestations aussi bien au Mali qu'au Niger contre la présence de troupes étrangères dont l'efficacité contre les groupes terroristes tarde à se concrétiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.