Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Les banques appelées à augmenter le niveau des crédits destinés à l'investissement et suivre les projets financés    Foncier industriel: une gestion selon une approche purement économique    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali d'Ain Defla reporté à jeudi prochain    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Bougherra : "Face à l'Egypte, tout faire pour terminer premier"    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    L'APW dans l'escarcelle du FLN    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    L'UGTT réclame un «dialogue national»    Haaland peste contre l'arbitrage    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Le FFS fait son bilan    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Augmentation pénalisante des prix    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les arcanes du Gabon et de la Françafrique dévoilés
«Instants de vie» de l'ancienne MAE de Omar Bongo
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2020

L'ex-ministre des affaires étrangères gabonaise Laure Olga Gondjout, longtemps secrétaire particulière du président Omar Bongo, dévoile les arcanes du pouvoir gabonais et de la Françafrique dans son livre, «Instants de vie», publié en Côte d'Ivoire. Elle revient notamment sur le soutien de M. Bongo à Alassane Ouattara ou la tentative américaine d'évincer la France du Gabon
M. Bongo avait fait le serment au président (ivoirien) Félix Houphouët Boigny de protéger Alassane Ouattara quoiqu'il advienne car il avait une grande ambition pour lui et pour la Côte d'Ivoire», affirme Mme Gondjout, qui était très proche d'Omar Bongo. Le président «Bongo a accordé un soutien indéfectible à Alassane Ouattara. Mon regret c'est que le président Bongo (décédé en 2009) n'ait pas vu Alassane installé au pouvoir en 2011 (après une décennie de crise). Quand je vois tout ce parterre de chefs d'Etat et que le président Bongo est absent, j'ai un pincement au coeur», raconte-t-elle. Elle rappelle l'épisode de 2002 quand Alassane Ouattara, qui s'était réfugié à la résidence de France d'Abidjan, a été exfiltré. «Le président Chirac, compte tenu des relations exacerbées qu'il y avait entre Paris et Abidjan, n'avait pas souhaité recevoir Ouattara en France. Bongo a dit: «Je le reçois à Libreville mais je n'ai pas les moyens de l'exfiltrer», raconte Mme Gondjout. «Ils ont concocté un plan qui consistait à détourner l'attention du président Laurent Gbagbo en organisant une conférence avec (Dominique) de Villepin et simultanément le corps d'élite de l'armée français a réussi à exfiltrer Ouattara et lui permettre de prendre un avion» pour aller au Gabon. Après avoir logé quelques semaines chez un particulier, M. Ouattara, «pied de nez du destin», avait «la suite Chirac au Méridien» de Libreville, alors que «M. Chirac l'appréciait peu».
Ancienne médiatrice de la République du Gabon, Mme Gondjout, 66 ans, est désormais installée à Abidjan et a lancé en même temps que son livre l'Académie Omar Bongo de la paix et de la médiation en Afrique, qui doit à la fois «effectuer des missions de médiation» et dispenser des cours. Mme Gondjout raconte aussi la réconciliation sous forme d'accolade à Syrte en Libye de Bongo et Gbagbo, alors que les diplomates des deux pays étaient à couteaux tirés après les déclarations de l'Ivoirien traitant le Gabonais de «rigolo» en 2005. Extrait: «‘'Nous sommes en Afrique, je suis le grand frère, il est le petit...'' Le patron (Bongo) me confia: Laurent se croit plus malin. Comme il ne veut plus que je me mêle d'histoires ivoiriennes, il a trouvé ce stratagème. Alors il pense qu'il pourra écarter Alassane Ouattara. ‘'C'est mal me connaître''». Autre anecdote, M, Gondjout raconte comment en 1993, les Etats-Unis ont tenté de prendre pied au Gabon en jouant l'opposition contre Omar Bongo, un des symboles de la Françafrique et qui a dirigé le Gabon de 1967 à 2009. «C'était pour le pétrole. L'ambassadeur américain Joseph Wilson qui était en Irak lors de l'invasion du Koweit (par l'Irak suivi de l'opération tempête du désert en 1991), voulait planter le drapeau américain», dit-elle, alors que le Gabon vit ses «années de braise» avec l'émergence dans la douleur du multipartisme, des troubles et des émeutes. «Wilson était actif sur le terrain. Il aidait l'opposition à s'organiser sur le plan stratégique, tactique (...). Il était aussi conscient des relations délicates entre la France et le Gabon à ce moment-là.
En France, on est sous (François) Mitterrand. Les socialistes sont au pouvoir», rappelle-t-elle. «Ce qui va nous surprendre, ce sont les instructions données (par Paris) à l'ambassadeur de France Louis Dominici. Il m'a dit ‘'Si j'obéis, ça veut dire que là, je vais plier bagage et la France avec''. Il ne les a pas suivies et ça lui a coûté son poste». Finalement en 1993, Omar Bongo réussit à renverser la situation en sa faveur. «Il est allé déjeuner chez l'ambassadeur américain à Rio (quartier populaire) pour sceller la réconciliation et pour montrer que c'était l'homme fort du Gabon».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.