Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le partenariat euro-maghrébin remis en question
10E RENCONTRE DE L'ENERGIE
Publié dans L'Expression le 16 - 04 - 2006

Pour le professeur Chems Eddine Chitour, le vrai partenariat se concrétise à travers la relance du dialogue culturel.
La coopération entre les pays des deux rives de la Méditerranée dans les différents domaines, notamment celui de l'énergie, est incontournable. C'est le message qu'a voulu transmettre le professeur Chems Eddine Chitour, à travers l'organisation de la 10e journée de l'énergie, tenue hier, à l'hôtel Hilton d'Alger.
Devenue une tradition annuelle pour l'Ecole nationale polytechnique, cette rencontre avait tablé cette fois sur l'étude du processus de partenariat euro- magrébin qui n'arrive pas à démarrer. Cette problématique qui est toujours d'actualité a été profondément analysée par les intervenants. Dans une communication qu'il a présentée, ayant pour thème: «La Méditerranée est-elle un pont ou une frontière?», le professeur Chitour a décortiqué le sujet pour déduire que la Méditerranée est un pont. Même si l'idée paraît, pour lui, une utopie, le professeur garde toujours l'espoir qu'un jour, les dirigeants prendront les choses au sérieux pour relancer le véritable dialogue culturel. Cet expert déplore le désintérêt de l'Europe pour les pays du Sud depuis la chute du mur de Berlin. Il reconnaît que les relations commerciales n'ont jamais cessé entre les deux rives, mais il refuse, en revanche, que les pays du Maghreb demeurent, aux yeux des Européens, juste un marché pour leurs marchandises. Le partenariat, selon lui, doit être dans les deux sens et toucher tous les domaines sans exception. Aujourd'hui, les deux rives sont condamnées à coopérer.
Les enjeux géopolitiques marqués par la montée vertigineuse des prix du pétrole est un facteur qui oblige les pays maghrébins et européens à oeuvrer sérieusement ensemble pour un avenir meilleur.
Le professeur estime que tous les ingrédients existent pour rattraper le temps perdu et établir un véritable partenariat qui permettra aux deux parties d'en tirer profit. Le Sud, explique-t-il, possède les ressources humaines et naturelles et le Nord possède, quant à lui, la technologie. Ce transfert de technologie pourrait réduire, d'une manière considérable, la tension sur les matières premières dans les années à venir. D'autant plus que l'Europe devient l'un des plus grands consommateurs d'énergie et dépend largement des pays du Sud.
Par ailleurs, des communications retraçant l'évolution du processus de coopération entre les deux rives ainsi que les défis et les perspectives de partenariat ont été présentés par des élèves ingénieurs de l'Ecole polytechnique. Ces derniers ont même abordé la question brûlante des prix du pétrole qui dépassent le seuil des 70 dollars le baril depuis presque une semaine. La contribution des étudiants était vraiment enrichissante en termes d'information et d'analyse. Interrogé sur l'objectif de ces rencontres, lancées depuis 1996, le professeur Chitour affirme qu'elles visent à mettre en contact l'université et le monde industriel afin de mieux servir les entreprises et permettre aux étudiants, également, d'élargir leurs connaissances.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.