Accompagnement des élections présidentielles    Tliba bientôt privé de son immunité    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Le train sifflera en 2020 et les projets mort-nés au menu    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    Cherif El Ouezzani crie au complot    Bouloudinat (+91 kg) battu par l'Allemand Tiafack    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Efforts internationaux contre une nouvelle crise humanitaire    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    Les campus toujours au rendez-vous    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le partenariat euro-maghrébin remis en question
10E RENCONTRE DE L'ENERGIE
Publié dans L'Expression le 16 - 04 - 2006

Pour le professeur Chems Eddine Chitour, le vrai partenariat se concrétise à travers la relance du dialogue culturel.
La coopération entre les pays des deux rives de la Méditerranée dans les différents domaines, notamment celui de l'énergie, est incontournable. C'est le message qu'a voulu transmettre le professeur Chems Eddine Chitour, à travers l'organisation de la 10e journée de l'énergie, tenue hier, à l'hôtel Hilton d'Alger.
Devenue une tradition annuelle pour l'Ecole nationale polytechnique, cette rencontre avait tablé cette fois sur l'étude du processus de partenariat euro- magrébin qui n'arrive pas à démarrer. Cette problématique qui est toujours d'actualité a été profondément analysée par les intervenants. Dans une communication qu'il a présentée, ayant pour thème: «La Méditerranée est-elle un pont ou une frontière?», le professeur Chitour a décortiqué le sujet pour déduire que la Méditerranée est un pont. Même si l'idée paraît, pour lui, une utopie, le professeur garde toujours l'espoir qu'un jour, les dirigeants prendront les choses au sérieux pour relancer le véritable dialogue culturel. Cet expert déplore le désintérêt de l'Europe pour les pays du Sud depuis la chute du mur de Berlin. Il reconnaît que les relations commerciales n'ont jamais cessé entre les deux rives, mais il refuse, en revanche, que les pays du Maghreb demeurent, aux yeux des Européens, juste un marché pour leurs marchandises. Le partenariat, selon lui, doit être dans les deux sens et toucher tous les domaines sans exception. Aujourd'hui, les deux rives sont condamnées à coopérer.
Les enjeux géopolitiques marqués par la montée vertigineuse des prix du pétrole est un facteur qui oblige les pays maghrébins et européens à oeuvrer sérieusement ensemble pour un avenir meilleur.
Le professeur estime que tous les ingrédients existent pour rattraper le temps perdu et établir un véritable partenariat qui permettra aux deux parties d'en tirer profit. Le Sud, explique-t-il, possède les ressources humaines et naturelles et le Nord possède, quant à lui, la technologie. Ce transfert de technologie pourrait réduire, d'une manière considérable, la tension sur les matières premières dans les années à venir. D'autant plus que l'Europe devient l'un des plus grands consommateurs d'énergie et dépend largement des pays du Sud.
Par ailleurs, des communications retraçant l'évolution du processus de coopération entre les deux rives ainsi que les défis et les perspectives de partenariat ont été présentés par des élèves ingénieurs de l'Ecole polytechnique. Ces derniers ont même abordé la question brûlante des prix du pétrole qui dépassent le seuil des 70 dollars le baril depuis presque une semaine. La contribution des étudiants était vraiment enrichissante en termes d'information et d'analyse. Interrogé sur l'objectif de ces rencontres, lancées depuis 1996, le professeur Chitour affirme qu'elles visent à mettre en contact l'université et le monde industriel afin de mieux servir les entreprises et permettre aux étudiants, également, d'élargir leurs connaissances.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.