Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'abolition des privilèges
Révision de la loi organique relative au régime électoral
Publié dans L'Expression le 02 - 02 - 2021


«Le nouveau mode est un mode de scrutin à la représentation proportionnelle avec vote préférentiel sur une liste ouverte sans panachage», a affirmé le professeur Walid Laggoune, membre de la Commission nationale chargée de la révision de la loi organique relative au régime électoral Intervenant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, Walid Laggoune a souligné que l'une des réformes fondamentales dans le projet de loi a trait au changement du mode de scrutin. «Toute la loi et toutes les modifications s'ordonnent autour du nouveau mode de scrutin qui a été établi» a-t-il indiqué. En fait, l'ancien mode était un scrutin de liste fermé et hiérarchisé dans lequel le lecteur ne pouvait avoir de choix que pour la liste, de parti ou indépendante. «Ce qui a donné lieu à des effets extrêmement négatifs comme l'achat des voix et surtout l'argent sale utilisé dans les campagnes électorales», a-t-il défendu. Et d'expliquer que ce nouveau mode de scrutin est «un mode à la représentation proportionnelle avec vote préférentiel sur une liste ouverte». Aussi, «il n'y a plus de hiérarchisation, il n'y a plus de tête de liste, l'électeur est libre de choisir le candidat qu'il préfère» a-t-il précisé. Selon, le membre de la commission, «il n y aura plus de place aux mauvaises pratiques, notamment l'achat des voix et des places». Des amendements à même de permettre, selon Walid Laggoune, l'émergence d'élites qu'elles soient locales ou nationales, contrairement à l'ancien mode de scrutin avec des listes fermées. Pour Walid Laggoune, les différents changements qu'apporte la nouvelle loi visent, également, à permettre une crédibilité du scrutin puisqu' «elle assure un meilleur contrôle des opérations électorales, surtout leur financement et encourage les jeunes à participer à la vie politique». Concernant le financement des campagnes électorales, l'invité de la Rédaction a réitéré le fait que les dons provenant des personnes morales ou de l'étranger «sont strictement interdits», en précisant qu'un seuil de dépenses est fixé aussi bien pour les candidats que pour les partis. Dans ce cadre, Walid Laggoune a rappelé que «tout candidat est tenu d'ouvrir un compte de campagne et de désigner un trésorier, qui est l'ordinateur des dépenses de la campagne». Pour ce faire, il est prévu la création, auprès de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie), d'une commission de contrôle des finances. Une commission devant être composée d'un magistrat désigné par la Cour suprême, un magistrat désigné par le Conseil d'Etat, un magistrat désigné par la Cour des comptes, un représentant de la Haute autorité de transparence, de prévention et de lutte contre la corruption et un représentant du ministère des Finances. Des mesures devant séparer, effectivement, l'argent, de la vie politique. «Cette commission est seule habilitée à se prononcer sur les dépenses de campagne», a plaidé Walid Laggoune. Abordant les dispositions visant à encourager les jeunes à participer à la vie politique, Walid Laggoune a insisté sur le fait que conformément à l'avant-projet de loi, «l'ensemble des listes doit contenir obligatoirement un tiers des jeunes de moins de 35 ans». Néanmoins, il a tenu à préciser que le diplôme universitaire n'est plus une obligation, quand bien même il serait souhaitable compte tenu de l'importance et de la valeur des lois qui seront adoptées par l'Assemblée populaire nationale. Selon Walid Laggoune « le fait ne pas exiger un diplôme universitaire répond au souci de permettre une large représentation de la société au niveau des conseils élus».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.