Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Real Madrid: le vestiaire pense que Zidane va partir    Real Madrid: Hazard présente ses excuses    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    Le politique du chantage adoptée par le Maroc dénote sa déception    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    [Photos] Sauvetage d'un enfant coincé dans les eaux en furie d'un oued    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants ont marqué le point à Alger
Ils renouent avec leurs marches hebdomadaires
Publié dans L'Expression le 24 - 02 - 2021

La manifestation pacifique de la jeunesse du savoir et de la connaissance, organisée hier, à Alger, n'a pas drainé un nombre important de participants. L'affluence constatée au coeur d'Alger était, en effet, moins importante, comparativement à celle observée durant les précédents mardis estudiantins, suspendus depuis 11 mois, à cause de la crise sanitaire. Leurs enseignants à l'université, qui avaient l'habitude de les appuyer n'étaient pas au rendez-vous. Pareil pour les badauds qui se joignaient à la marche des étudiants.
Meme-si la marche n'a finalement pas été à la hauteur des objectifs de ses initiateurs, la petite foule composée d'un peu plus d'une centaine d'étudiants et d'étudiantes, était déterminée à marquer le coup.
L'action de protestation pacifique organisée hier, à Alger, par les étudiants se veut réaffirmer leur «attachement aux revendications du Hirak», comme affirmé par les marcheurs approchés sur place. Bien que réduite, leur marche n'en était pas moins animée. Les slogans habituels du Hirak ont été, en effet, scandés par les étudiants qui ont battu le pavé, hier, dans la capitale. Plusieurs étudiants sont sortis drapés dans l'emblème national. Les marcheurs ont réussit à déjouer plusieurs cordons de police déployés en grand nombre depuis les premières heures de la matinée d'hier, notamment au niveau du tunnel des Facultés de la place Maurice Audin, et à la Grande poste. Un vrai parcours du combattant pour l'infatigable petite foule des étudiants. À chaque fois, en face du dispositif sécuritaire, les étudiants, armés de courage clamaient «Echare3 milk echa3b» (la rue appartient au peuple)», un slogan qui se veut être une promesse pour prouver qu'ils iront jusqu'au bout de leur action pacifique. Les étudiants ont suivi, hier, un nouvel itinéraire, du côté du square Port-Said jusqu'à Tafourah, en passant par la place Emir Abdelkader et le jardin de la Grande poste.
Tout a commencé à 10h, devant la Fac centrale, lieu de rencontre des étudiants, annoncé auparavant sur les réseaux sociaux. Les petits groupes d'étudiants présents sur place étaient invités à quitter les lieux. Ils ont, dès lors, envisagé de se diriger vers la place des Martyrs, en passant par la place Emir-Abdelkader pour tenter, un peu plus tard, de passer à l'acte.
Aux alentours du square Port-Saïd, un barrage de police a été installé pour les empêcher de progresser. Les étudiants ont décidé de se constituer en blocs compacts. Ils sont restés sur place durant presque une heure, avant d'avoir l'aval des policiers d'emprunter la rue Abane-Ramdane. Les forces de l'ordre ont tenté d'encadrer l'itinéraire des marcheurs. Les étudiants ont décidé, maintes fois, de courir pour déjouer la vigilance des agents de police, notamment à la rue Abdelmadjid-Hattab ex-rue de l'Echelle.
Pris de court, les policiers ne s'attendaient pas à ce changement de direction. Les étudiants ont ensuite couru jusqu'à l'entrée de la Clinique centrale des brûlés ‘'Pierre et Claudine Chaulet‘', sise à l'avenue Pasteur, en passant par la place Emir Abdelkader. Les étudiants «marathoniens» sont par la suite descendus jusqu'à la station de transport universitaire, de Tafourah. Sur les lieux, les étudiants ont entonné l'hymne national et annoncé la fin de la manifestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.