Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    Le MJS rassure les sportifs d'élite pour leur avenir professionnel, après la reconversion    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Maladies chroniques: appel au respect des recommandations médicales durant le Ramadhan    FAT: Décès de l'ancien DTN, Mohamed Bouchabou    Covid-19: au moins 2.987.891 morts dans le monde    Ligue 2 (12e j): le derby JSMB-MOB à l'affiche    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Algérie-Liban: renforcer la coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Real : l'avenir de Benzema serait lui aussi scellé    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Amara, un plébiscite et des promesses    Le gouvernement français «regrette»...    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tous les indicateurs sont en hausse    Tension persistante dans l'éducation    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Est-ce une nouvelle crise ?    La grève s'étend    Nomination des chefs de sûreté    Des partis à la recherche de candidats    Abu Rudeineh appelle la communauté internationale à agir    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mafia du foncier dénoncée
Les habitants de la côte Ouest ferment la RN24
Publié dans L'Expression le 04 - 03 - 2021


Cette action a eu lieu au niveau de la décharge communale pour exiger des autorités locales à intervenir afin de mettre fin aux agissements de la mafia du foncier, fermer les cabarets et réserver un programme de développement pour cette région. En effet, c'est une contestation de rue, somme toute condamnable, qui exprime l'ire des habitants d'une localité de la commune de Béjaïa laissée pour compte. Une station balnéaire, qui était dans un passé récent la côte la plus prisée aussi bien par les familles béjaouies que par les estivants nationaux et étrangers. Hélas, abandonnée et livrée à tous genres de mafia, notamment la mafia du foncier qui s'attaque en plein jour aux massifs forestiers de la région, en témoignent les départs de feux de forêts enregistrés au mois de février dernier. il faut dire que, contrairement aux autres actions de fermeture de routes, devenues un sport national dans la wilaya de Béjaïa, cette fermeture de la RN24 est quelque part, quoique condamnable, acceptée et comprises par les Béjaouis qui partagent, en substance les revendications des habitants de la côte Ouest du chef-lieu. Une des meilleures stations balnéaires d'Algérie, sinon de l'Afrique du Nord, défigurées par des constructions illicites de cabanons et autres lieux de débauche à chaque coin, de Boulimat notamment. Pour les habitants, il n'est plus question de se taire, puisque la situation est des plus préoccupantes à tous points de vue «Ce n'est pas par gaieté de coeur que nous avons agi de la sorte. C'est parce que les autorités locales nous ont tourné le dos, n'ont pas pris en considération nos revendications, qui ne datent pas d'aujourd'hui et ont laissé pour compte notre localité qui dépend, de surcroît, de la commune du chef-lieu», nous déclarent à l'unisson les contestataires avant d'ajouter: «Malheureusement au lieu de répondre à nos doléances, ils ont laissé tomber notre région, jadis un havre de paix, entre les mains de la mafia du foncier, des barons de drogue et de l'alcool. Tout cela au vu et au su des autorités concernées, qu'elles soient administratives ou sécuritaires.» De son côté, un septuagénaire rencontré sur les lieux ne cache pas sa colère devant une situation des plus explosives qui risque de générer des conflits et des réglements de comptes entre familles et localités. «Nous assistons, sans force, à une dilapidation sans précédent des domaines forestiers, domaniaux et communaux sans aucune réaction des autorités concernées. Pis encore, on a accapéré des terrains de l'Etat avec des actes et falsifié sans que la justice n'arrive à statuer sur cela. Beaucoup de dépassements sont à signaler et la cerise sur le gâteau, au lieu d'avoir le droit à des équipements publics (écoles primaires. Protection civile et centres de soin...) on nous plante des cabarets sauvages et des débits de boissons à ciel ouvert. Du coup notre localité est devenue une zone de non droit. On ne sait à quel saint se vouer. C'est la fermeture de cette route qui nous reste comme seul moyen d'avertir les autorités nationales puisque nous avons frappé à toutes les portes ici sans suite», assène Da Mohand qui ne compte pas baisser les bras pour mettre un terme à ses impunités.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.