Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les propriétaires réinvestissent la rue
Salles des fêtes à Béjaïa
Publié dans L'Expression le 08 - 03 - 2021


Les propriétaires des salles des fêtes à Béjaïa se sont entendus avec leurs collègues des autres wilayas pour occuper la rue et réclamer la reprise de leur activité une manière de dire que la Covid-19 n'est pas domiciliée seulement dans leurs établissements». Des manifestations similaires ont eu lieu dans de nombreuses wilayas, à en croire le représentant des propriétaires et gérants des salles des fêtes, Fahim Ziani, lors du rassemblement organisé, hier, devant le siège de la wilaya. Un seul mot d'ordre: «Pourquoi le gouvernement s'oppose-t-il à la réouverture des salles des fêtes? Pourquoi non?», indiquent les protestataires, soutenus, hier, par tous les auxiliaires, photographes, DJ, garçons de salle, etc., ainsi que les futurs mariés, mais également les chefs de familles, qui ont rejoint le rassemblement. «Alors que des mariages sont célébrés au noir et des regroupements y sont autorisés comme cela se fera aujourd'hui à l'occasion de la célébration du 8 Mars, le gouvernement refuse la réouverture des salles qui disposent, pourtant, d'un protocole sanitaire», déplore-t-on dans une déclaration rendue publique la veille. Par ailleurs, deux Routes nationales ont été fermées, en ce début de semaine, à la circulation routière. La Route nationale n°24, qui relie Béjaïa et Tizi Ouzou par la côte Ouest est restée fermée depuis mercredi dernier à la sortie Ouest de Béjaïa. Quatre jours durant, il était impossible de rallier les stations balnéaires de Boulimat, Saket, Tighremt pour ne citer que celles-là. Les Bédjaouis habitués au week-end en bord de mer dans leurs résidences secondaires se sont longtemps indignés de cet état de fait imposé et se sentent on ne peut mieux les seules victimes de toutes les irresponsabilités et les incompétences constatées au niveau de la wilaya. Selon un élu de l'APC de Béjaïa, cette fermeture est l'oeuvre des squatteurs eux-mêmes. Elle fait suite à la saisie d'une vingtaine d'engins de défrichement. Et pour colorer leur action, ils soulèvent le cas des activités du milieu nocturne. Les protestataires exigent l'intervention de la gendarmerie pour fermer tous les cabarets qui prolifèrent, notamment à Boulimat où il est répertorié 11 discothèques. Mais cela n'est qu'une justification farfelue, sachant que ces lieux, décriés aujourd'hui, existent depuis plus de 20 ans. «Au lieu de pénaliser les usagers de la route, les protestataires auraient pu aller directement manifester sur les lieux et éviter de toujours faire payer au simple citoyen les conséquences de toutes les mauvaises gestions», ironise dans ce sens, un usager qui n'a pas pu rejoindre depuis mercredi dernier, sa propriété où il élève plusieurs animaux domestiques. Cette fermeture s'est traduite, par ailleurs, par la prolifération des ordures dans différents quartiers de la ville. Les camions de la collecte communale n'ont pas pu rejoindre la décharge de Boulimat en raison de cette fermeture de route. Des tas d'ordures ménagères envahissent de plus en plus la ville de Béjaïa. Tout cela sous le regard impuissant des autorités qui n'interviennent pas Du côté Est de la wilaya, se rendre dans les deux sens entre Béjaïa et Sétif par la Route nationale n°9 était également impossible, hier, en raison de la fermeture de cet axe routier au niveau du château de la Comtesse, dans la localité d'Aokas. Là aussi ce sont les usagers qui paient les «pots cassés». pour une histoire d'achèvement des travaux d'une école primaire, les villageois n'ont pas trouvé mieux que de bloquer une route nationale. Là aussi personne ne s'émeut. Ainsi va Béjaïa, une ville martyrisée par ses propres enfants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.