Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La famille de Salah Bekka réclame justice
Son procès en appel programmé aujourd'hui
Publié dans L'Expression le 09 - 03 - 2021


L'affaire de Salah Bekka, faisant partie de la direction de campagne de l'ex-candidat à la présidentielle du 12 décembre 2019 et qui avait été condamné, en première instance, à 3 ans de prison ferme pour « espionnage au profit d'une entité étrangère », va repasser aujourd'hui, en appel, devant le tribunal de Bir Mourad Raïs. L'affaire avait éclaté à quelques jours seulement du jour du scrutin. Un communiqué du parquet avait alors annoncé que «le nommé S.B., faisant partie de la direction de campagne de Ali Benflis, a été placé en détention provisoire par le juge d'instruction près le tribunal de Bir Mourad Raïs. Selon le communiqué, Salah Bekka a reconnu connaître Ali Benflis depuis 2003 et soutenu également, lui avoir rendu service et à sa famille notamment pour le règlement d'un souci lié à un compte bancaire ouvert à l'étranger, appartenant au candidat et à son épouse. Selon le parquet, l'individu est soupçonné d'avoir mené un plan d'infiltration au sein même de la campagne du candidat et est accusé « d'intelligence avec l'étranger». L'ancien président du parti Talaïe El Hourriyet, Ali Benflis, avait réagi, le lendemain, à cette prétendue infiltration de sa campagne. «La direction de campagne de Ali Benflis tient à préciser que S. B. n'occupe aucune fonction au sein de sa direction de campagne et que sa présence dans les meetings du candidat Ali Benflis, est en relation exclusive avec son activité professionnelle au sein de l'équipe technique chargée du son.» L'ex-prétendant à la magistrature suprême avait considéré que la confusion créée était « voulue et préméditée». Le timing choisi l'a laissé penser qu'on cherchait à porter atteinte à « son honneur, son image et sa réputation auprès du peuple algérien ». Lors de sa comparution devant la justice, l'accusé a nié tous les faits qui lui sont reprochés. Il a seulement reconnu avoir échangé avec un diplomate français, sans « mauvaise foi ». Son procès en appel est prévu pour aujourd'hui. Sa famille et ses proches ne se font aucun doute, « Bekka est innocent, clament-ils ». Ils en veulent pour preuve, les innombrables services rendus par cet homme au pays. « C'est lui qui a porté la culture algérienne au firmament, puisqu'il a bien été le manager de Khaled, de Takfarinas , de Lounis Aït Menguellet et d'autres encore… ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.