Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un rififi en acier
Complexe Sider El Hadjar
Publié dans L'Expression le 17 - 03 - 2021

Cette fois, c'est de complot qu'il s'agit. Un scénario dont, le faux et le juste d'une mise en scène, ont donné lieu à une guerre d'accusations et de menaces. S'il est question d'une stabilisation orchestrée par les volontés malveillantes, c'est bien réussi, puisque la zizanie vient d'être semée entre le syndicat de l'entreprise Sider et l'Union de wilaya Ugta d'Annaba. Cette dernière qui, dans un communiqué rendu public, accuse le directeur général du groupe Imetal de comploter contre l'actuel directeur général du groupe Sider El-Hadjar/Annaba afin de le démettre de ses fonctions. Selon ledit communiqué, plusieurs membres du syndicat ont rencontré secrètement le directeur général du groupe Imetal, dans l'un des hôtels d'Annaba. Une rencontre dont les dessous seraient pour comploter aux dépens de l'actuel directeur du groupe Sider, indique le communiqué qui précise que le patron du groupe Imetal est à même de proposer à la tutelle le départ du directeur général du groupe de Sider. Les accusations de ce complot, ont été portées à l'actif du patron de l'Union de wilaya Ugta d'Annaba, qui a aussitôt réagi par ce communiqué, dans lequel, lui même crie au complot. ý En effet, à travers ledit communiqué, le bureau de l'Union de wilaya Ugta d'Annaba a mis à nu un scénario de ce complot interne. Selon l'enquête faite par l'Union de wilaya Ugta, il a été révélé que, la plupart des membres du syndicat d'entreprise du groupe Sider n'étaient pas au courant et n'avaient pas assisté à cette réunion, avec le patron du groupe Imetal. Seuls deux syndicalistes influents, dont les noms n'ont pas été révélés, avaient pris part à cette rencontre. Les deux syndicalistes indexés, retenus à la solde d'une personnalité du monde sidérurgique, en relation directe avec le complexe Sider, ont, selon l'Union de wilaya Ugta d'Annaba, déjà été les auteurs, ainsi que d'autres syndicalistes des sections syndicales du groupe Sider, de plusieurs rumeurs calomnieuses. Ces actions avaient et ont toujours pour objectif de semer le trouble au sein des travailleurs du complexe d'El-Hadjar, en provoquant, notamment des doutes sur le devenir de l'usine sidérurgique. La réaction de l'Union de wilaya Ugta d'Annaba n'était pas fortuite. Elle a été suscitée par l'assemblée générale organisée, jeudi dernier par le syndicat de l'entreprise Sider El Hadjar. À l'origine de cette assemblée, les informations parvenues au SG du syndicat d'entreprise, sur ledit complot. Intervenant devant les sidérurgistes, le SG a souligné que, «Le syndicat refuse toutes ingérences dans les affaires du complexe, venant de l'extérieur». Dans son communiqué, le syndicat de Sider, a réitéré son appel aux sidérurgistes, pour renforcer leurs rangs pour barrer la route devant, toutes tentatives visant la stabilité et sérénité de l'usine. Le syndicat souligne dans son communiqué que, «ces manoeuvres malsaines sont une tentative de parties externes, afin de contrôler les affaires internes du complexe et, c'est surtout une forme de pression. Celle-ci exercée surtout sur le SG du syndicat d'entreprise, afin de l'obliger à prendre des décisions ‘'décisives'', qui relèvent, selon le communiqué, de l'autorité de la DG et le partenaire social». Aux termes de la méme source, il est question du plan d'investissement et du dossier de la titularisation des travailleurs des CDD et CDA. En outre, tout en se disant camper sur sa position, le syndicat d'entreprise a interpellé, Salim Labatcha, patron de la Centrale syndicale pour une intervention urgente, pour mettre fin à ces dépassements démesurés.
«Cette guerre d'accusations et de communiqués n'est qu'une poudre, pour détourner l'attention sur le complot qui se trime dans la discrétion la plus totale», a révélé un sidérurgiste, contacté par téléphone. Selon la méme source «il n'y a jamais eu de conflit entre le SG du syndicat d'entreprise et le patron de l'union de wilaya Ugta d'Annaba. Des parties occultes ont commandité ce scénario pour créer la tension entre les deux syndicalistes». Face à ce prévalant au sein du complexe d'El Hadjar, la question impertinente est «à qui profite ces agissements, dont la menace pèse sur l'intégrité et la stabilité du complexe
d'El Hadjar?» Sans trop de prétention, pour répondre à cette question, il n'est un secret pour personne pour dire que, le géant de l'acier attire encore les charognards. Cette mafia économique-industrielle locale qui n'a pas fini de se rassasier des années durant, continue de le convoiter, pour maintenir son affairisme mafieux. Pour l'heure, en attendant que, cette nouvelle guerre livre ses
secrets, le complexe Sider demeure otage de complots, d'accusations, de dissensions et de défections. Des facteurs qui vont droit vers la déstabilisation du fleuron de l'industrie nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.