Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Bouira : Une wilaya sans salles de cinéma    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Eclaircie à l'horizon    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Les (mauvaises) manières du «discours»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    750.000 litres de carburant saisis    9 personnes ont péri noyées    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dernière bataille des héros
Amirouche, Si El Haouès et Lotfi
Publié dans L'Expression le 28 - 03 - 2021

Légende vivante des maquis, le colonel Amirouche surnommé le «Le Loup de l'Akfadou» par l'armée coloniale française revient à nos mémoires aujourd'hui. Un rendez-vous pour nous rappeler à quel prix l'Algérie a été libérée d'une longue nuit coloniale de plus de 130 années. Un objectif qui n'était pas une fin en soi. Le sacrifice de ce stratège militaire d'exception, bête noire de la quatrième puissance mondiale, reste à ce titre une référence une boussole pour ne pas dévier du sillon tracé par ceux qui ont fait don de leur vie pour l'indépendance du pays et que soit édifiée l'Algérie de demain. Un legs, un testament que les générations futures doivent assumer pour que leur sacrifice suprême ne soit pas vain et mettre le cap sur les cibles fixées par Amirouche, Si El Haouès, Abane Ramdane, Ben M'hidi, Didouche, Ben Boulaïd, Krim, Zighoud...: Une Algérie libre, juste, démocratique...Un rêve qui reste à concrétiser. Pour le colonel Amirouche il s'est arrêté net un certain 28 mars 1959. Il livrera sa dernière bataille Il la livrera avec son compagnon d'armes, le colonel Si El Haouès au djebel Thameur près de Aïn Farès au Sud de Boussaâda à 241 km d'Alger. Une embuscade où il succombera non sans avoir livré un combat héroïque. Il devait rallier Tunis pour rencontrer le GPRA, le 6 mars 1959, accompagné de Si El Haouès et de 40 maquisards Le colonel Ducasse du 6e RPIMa régiment de parachutistes d'infanterie de marine informé de l'itinéraire et des horaires, décide de leur tendre une embuscade entre le djebel Thameur et le djebel Djininibia, à 75 kilomètres au sud de Boussaâda. Les quarante hommes de l'escorte résistent avec courage aux attaques de nombreux soldats français qui les encerclent. Amirouche et ses hommes se cachent dans des grottes des falaises et il est impossible de s'en approcher. L'aviation et les canons pilonnent les grottes. Après un combat violent et inégal (40 djounoud contre 2 500 soldats français), on dénombre cinq prisonniers et trente-cinq tués algériens. Parmi les cadavres se trouvent ceux du colonel Amirouche et de Si El Haouès, écrira l'ex-président du RCD Saïd Sadi, biographe du colonel Amirouche, dans son ouvrage «Amirouche: une vie, deux morts, un testament: une histoire algérienne» paru à Paris, aux éditions l'Harmattan en 2010. Cela sera la dernière bataille du «Loup de l'Akfadou» dont le nom restera intimement lié au congrès de la Soummam dont il a assuré la sécurité. Garantir la sécurité des congressistes était le problème le plus important pour la tenue de ce rendez-vous historique d'envergure. Aucun endroit ne pouvait réunir toutes les conditions de sécurité, comme il ne se trouvera aucun responsable qui pouvait se targuer de mettre à l'abri les congressistes d'une éventuelle attaque ennemie, souligne l'ex-officier de l'ALN, l'Armée de Libération nationale Djoudi Attoumi dans deux ouvrages qu'il lui a consacré: «Le colonel Amirouche, entre légende et Histoire» et «Chroniques des années de guerre de la Wilaya III». Une autre figure emblématique de la Guerre de Libération nationale, le Colonel Lotfi tombera les armes à la main dans les montagnes de Bechar pratiquement une année jour pour jour après la disparition des colonels Amirouche et
Si El Haouès, à l'âge de 25 ans.
À son retour de Tripoli où il a assisté aux travaux du Conseil national de la révolution, CNRA, il est pris dans une embuscade dans les montagnes de Béchar aux côtés de son plus fidèle lieutenant le commandant Ferradj et de leurs frères d'armes Aissa Benaroussi, Cheikh Zaoui et Ahmed Brik. Deux ans à peine avant la signature des accords d'Evian signés par le colonel Krim Belkacem...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.