[Vidéo] Scène héroïque des sapeurs-pompiers à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boumala victime de son paradoxe
Il a fait preuve d'une attitude islamo-conservatrice
Publié dans L'Expression le 20 - 04 - 2021

Une sortie médiatique qui a suscité des vives réactions de la part des internautes et les adeptes des réseaux sociaux. Il s'agit de la déclaration de Fodil Boumala à propos des années 90 du siècle écoulé et l'interruption du processus électoral et la Réconciliation nationale. Ceux qui ne connaissent pas la matrice idéologique et politique de Boumala pourraient en être déçus ou choqués par ses déclarations somme toute biscornues et paradoxales.
Boumala qui se veut comme un autoproclamé représentant du Hirak a fait dans le comparatif saugrenu en mettant la mouvance démocratique des années 90 sur le même pied d'égalité que la déferlante islamiste de l'ex-FIS dans une démarche suspicieuse et maladroite d'analogie paradoxale sur fond d'une démarche réconciliatrice et islamo-conservatrice des plus éhontées qui puisse exister sur le registre du discours ou de la pratique politique. Faisant dans la «pitrerie» discursive pour expliquer d'une manière pédante et arrogante l'aspect paradoxal entre les démocrates et les islamistes de l'époque, il fait pencher la balance d'un paradoxe au sens «symbolique» et pragmatique pour le camp de la nébuleuse islamiste et ses affidés qui se recrutent aujourd'hui de tous les terreaux qui font de l'approche islamiste un fourre-tout confondant sciemment, et d'une manière pernicieuse, valeur spirituelle et manipulation politicienne de ladite valeur. Hélas, ce Boumala qui se présente comme un «fervent opposant» du régime depuis «trente années» comme aime-t-il le préciser dans ses sorties propagandistes, a transformé au nom de sa « texture paradoxale» qui n'est autre qu'une défense et un soutien à l'ex-numéro deux de l'ex-FIS dissous, Ali Benhadj en l'occurrence. Ce jeu des «paradoxes» ne peut pas dissimuler l'attitude, voire la charge idéologique d'un Boumala qui veut prendre les gens pour des «idiologiques» comme il préfère le dire, alors que son soutien à un islamiste qui a frappé du sceau de l'hérésie tous ceux qui ne s'inscrivent pas dans le giron fantasmagorique d'un ex-FIS qui se voulait l'incarnation de l'islam et de la vertu dans l'absolu. Boumala a terminé son «exhibitionnisme» paradoxal en précisant que «Ali Benhadj qui disait que la démocratie est «kofre» a terminé par défendre cette démocratie et Saïd Sadi qui était un grand militant et un droit-de-l'hommiste a terminé par défendre un putsch et en soutien de la dictature», (sic). Voilà où mène le jeu des «paradoxes» d'un quidam qui excelle dans ce jeu qui escamote subtilement son appartenance et son obédience conservatrice. Les «laïcistes» comme il les qualifie, ont de tout temps participé dans les «gas'3a» du régime. C'est une accusation sommaire ciblant un courant d'idées et politique en soi. Boumala est connu au niveau de l'Union européenne comme un abonné pour mettre ses membres, les eurodéputés en phase de ce qui se passe en Algérie sur le plan des droits de l'homme et aussi la situation relative aux «libertés» en général. Cet homme aime se présenter comme un «opposant» pur et dur au régime dans chaque sortie médiatique pour les besoins de sa propagande. Mais, ce «droit-de-l'hommiste» version Union européenne ne fait jamais allusion à son travail d'une manière étroite avec les deux présidents de l'Assemblée populaire nationale (APN), à savoir Karim Younès et Amar Saâdani. On veut bien comprendre ce paradoxe d'un opposant au régime, mais assurer le poste de conseiller pour le compte de Amar Saâdani, un représentant du régime déchu et de l'oligarchie. Le paradoxe bat son plein quand on s'aperçoit que l' «opposant» au régime a été l'objet d'une accusation par le journal hebdomadaire El Khabar Hebdo «d'avoir pris une Peugeot 406» après avoir été remercié par Amar Saâdani, l'instrument pernicieux du régime mafieux et le porte-voix de l'oligarchie source de la crise politique, économique et sociale que traverse le peuple algérien. La politique ce n'est pas l'expression d'un populisme plat et édulcoré par une sémantique, la politique c'est d'abord et avant tout, un engagement du principe reflétant les choix convictionnels et non pas une espèce d'entourloupe mêlée d'un paradoxe ahurissant teinté d'un énoncé qui cache mal son attachement à la pensée rétrograde, conservatrice au service des forces obscures dont les tenants et les aboutissants sont déterminés et délimités ailleurs, sous forme de «réseautage» dont Boumala connaît bien le fonctionnement et le modus operandi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.