Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI
Pour la quatrième fois en une décennie
Publié dans L'Expression le 08 - 05 - 2021

Lourdement endettée, la Tunisie se tourne vers le Fonds monétaire international pour la quatrième fois en une décennie, espérant un accord sur 3 ans et l'obtention de 3,3 milliards d'euros pour 2021, en contrepartie de promesses de réformes encore plus difficiles à tenir qu'auparavant. Après des années de morosité économique et de gestion à court terme, la pandémie de Covid-19 a mis le petit pays d'Afrique du Nord à genoux: sa dette extérieure a atteint la barre symbolique des 100 milliards de dinars (environ 30 milliards d'euros), soit 100% du Produit intérieur brut.
La Tunisie doit rembourser quelque 4,5 milliards d'euros sur l'année en cours et a ainsi besoin d'une rallonge de 5,7 milliards d'euros pour boucler son budget 2021, en pleine crise économique et sociale -le PIB a reculé en 2020 comme jamais (-8,9%)... «La pandémie s'ajoute à des déficits publics qui se sont creusés depuis10 ans et à un modèle de développement basé sur une main d'oeuvre bon marché qui s'est essoufflé depuis la fin des années 1990», commente l'expert Hakim Ben Hammouda, un ancien ministre de l'Economie. Si le FMI prévoit une croissance de 3,8% cette année, la situation sanitaire pourrait ralentir la reprise. Le ministre des Finances Ali Kooli est à Washington jusqu'au 9 mai pour négocier avec le FMI un nouveau prêt. Il doit aussi rencontrer des responsables de la Banque mondiale et de la nouvelle administration américaine, sollicitée pour garantir des emprunts. Le cabinet du Premier ministre Hichem Mechichi a indiqué qu'il espérait obtenir d'ici fin juin un accord sur un plan d'aide sur trois ans, d'un montant encore à négocier. En 2013, en plein trouble post-révolutionnaire, Tunis avait obtenu 1,7 milliard de dollars sur deux ans, puis 2,8 milliards sur quatre ans en 2016. Selon Abdessalem Abbassi, conseiller économique du chef du gouvernement, un nouvel accord devrait permettre d'obtenir 3,3 milliards d'euros pour 2021, auprès du FMI et d'autres bailleurs et investisseurs.Peu de détails ont filtré sur les réformes envisagées pour assainir les finances publiques en contrepartie d'une telle aide. Une large part de celles prévues dans le cadre de précédents plans ne s'est pas concrétisée, à commencer par l'amélioration de la gestion des entreprises publiques. Le gouvernement a signé fin mars un accord avec le puissant syndicat UGTT prévoyant notamment de réformer sept entités publiques, dont la compagnie aérienne Tunisair et la Steg (électricité). Le gouvernement compte financer la restructuration de sociétés publiques par «la cession de ses parts dans les entreprises (...) non stratégiques» et celles où l'Etat «est actionnaire minoritaire», a indiqué M. Abbassi. Mais le sujet le plus explosif socialement est celui des caisses de compensations, qui subventionnent le pétrole mais aussi certains produits de base comme le pain, les pâtes ou le sucre. Le FMI a appelé à remplacer ces subventions coûteuses par des aides ciblées. Dès 2020, Tunis a lancé un ajustement automatique des prix du carburant, à l'origine de récentes hausses. A partir du deuxième trimestre, le gouvernement envisage aussi de remplacer graduellement les subventions sur les aliments de base par des aides directes aux familles. Mais la réforme reste très délicate dans un paysage social dévasté par la pandémie. Des mesures d'austérité adoptées en 2018 avaient déclenché de fortes mobilisations et les appels de la société civile à rééchelonner la dette plutôt que d'emprunter à nouveau se multiplient.»Ces tentatives de sauvetage de l'économie nationale sont celles de la dernière chance», a argué samedi M. Mechichi, insistant sur le besoin d'unité pour sortir de la crise, alors que la classe politique est complètement fragmentée. Le gouvernement ne remet pas sur la table une éventuelle réduction de la masse salariale publique, qui dépasse 17% du PIB, jugée excessive par les bailleurs, proposant plutôt d'améliorer son fonctionnement. M. Ben Hammouda déplore que les décideurs tunisiens aient, à l'unisson du FMI, fixé comme priorité les objectifs d'orthodoxie budgétaire, sans développer parallèlement des réformes structurelles pour relancer l'économie. Mais il admet l'urgence actuelle: «Il y a un véritable risque de scénario à la libanaise, où l'Etat ne parvient plus à faire face à ses engagements.»

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.