Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19
Mlilitant de Tamazight et de la démocratie
Publié dans L'Expression le 15 - 05 - 2021


Les habitants de Tizi Ouzou ont été consternés jeudi, jour de l'Aïd El Fitr, en apprenant la triste nouvelle du décès de l'un des militants les plus connus et les plus actifs de la cause amazighe et de la démocratie dans la région. Il s'agit du regretté Boussad Boudiaf, décédé jeudi après avoir contracté le coronavirus. La nouvelle de la mort de Boussad Boudiaf s'est propagée comme une traînée de poudre dans toute la Kabylie où le regretté était très connu et estimé, car en plus d'avoir été un militant des causes justes, même dans les moments les plus difficiles, Boussad Boudiaf a été un homme très populaire et estimé. À travers sa mort, c'est aussi la famille de l'éducation qui perd l'un des siens. Boussad Boudiaf était un cadre actif du RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie). Il a occupé entre autres le poste de président du bureau régional de la wilaya de Tizi Ouzou du RCD. Boussad Boudiaf était membre de la direction nationale du RCD et a été élu député. Il a aussi milité pendant les années 90, en plein terrorisme dans les rangs du Mouvement culturel berbère (MCB). D'ailleurs, c'est durant cette période difficile que Boussad Boudiaf a été désigné président du bureau régional du RCD et a accepté avec courage en dépit du fait que les militants de ce parti étaient parmi les plus ciblés par les groupes terroristes, faut-il le rappeler. Suite à l'annonce du décès de Boussad Boudiaf qui avait 73 ans, de nombreux hommages lui ont été rendus sur les réseaux sociaux, notamment par ses compagnons dans le MCB et au RCD. Ahmed Aït Bachir, l'un des plus anciens militants de l'amazighité et ex-militant et cadre du RCD, a rendu un vibrant hommage au regretté Boussad Boudiaf avec lequel il a milité au RCD depuis 1989. A l'époque où ils se sont connus, témoigne Ahmed Ait Bachir, Boussad Boudiaf était directeur du collège «Haddad» de Draâ Ben Khedda. En plus d'avoir été des militants et des cadres dans la même formation politique, une amitié solide a lié les deux hommes pendant de longues décennies. De son côté, Said Sadi, ex-président du RCD qui avait des liens très forts avec le regretté témoigne que leur dernière conversation au téléphone remonte à moins d'une semaine. «Boussad Boudiaf, toujours avenant et s'excusant presque d'indisposer les amis par ses désagréments. Malgré notre grande proximité, les militants furent toujours surpris de m'entendre l'appeler Monsieur Boudiaf. Peut être parce que l'autorité de l'enseignant qu'il fut a constamment déterminé ses propos, actes et positions. Monsieur Boudiaf était un homme vrai. Sa parole n'était ni feinte ni allusive. Subtil, le verbe franc pouvait être incisif voire corrosif contre les postures et les manoeuvres qui l'horripilaient plus que tout autre travers», témoigne encore Said Sadi. Ce dernier ajoute: «Avec Monsieur Boudiaf, que les adhérents appelaient affectueusement Dda Boussad, mieux valait être franc du collier. Passionné de politique, il ne s'en considéra jamais comme un professionnel. Quand il devait se faire connaitre, Monsieur Boudiaf se présentait comme un homme de l'éducation. Dans le parti il ne calculait pas et ne cherchait pas à plaire à tout prix. C'était un militant pour qui le parler vrai et spontané était la garantie d'un engagement sincère. Dans les postes de responsabilité qu'il avait occupés, nul ne lui connut de coteries. Il exerça en pédagogue: dans le cadre des statuts et des valeurs sur lesquels était construit le pacte qui rassemblait le collectif et avec le souci constant de convaincre avant de décider». L'ex-président du RCD précise que ceux qui ont connu Boussad Boudiaf garderont de lui le souvenir d'un homme doté d'un courage naturel.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.