L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Etats-Unis réduisent leur présence militaire au Moyen-Orient
Retrait de 8 batteries antimissiles et d'un bouclier antimissile THAAD
Publié dans L'Expression le 20 - 06 - 2021

Les Etats-Unis réduisent actuellement leur défense anti-aérienne au Moyen-Orient, après l'avoir renforcée en 2019 et 2020 en raison de tensions avec l'Iran, a indiqué vendredi le Pentagone, confirmant des informations du Wall Street Journal. Le ministre de la Défense, Lloyd Austin, «a ordonné (...) de retirer cet été de la région certaines forces et capacités, principalement des équipements de défense anti-aérienne», a indiqué dans un communiqué une porte-parole du Pentagone, la capitaine de frégate Jessica McNulty. «Certains de ces équipements seront renvoyés aux Etats-unis pour une maintenance et des réparations devenues très nécessaires. D'autres seront redéployés dans d'autres régions», a-t-elle ajouté. La porte-parole n'a pas précisé si ces équipements seraient redéployés dans la région indo-pacifique, où le Pentagone veut focaliser ses efforts face à la montée en puissance de la Chine. «Nous ne donnerons pas de détails», a-t-elle noté.
Selon le Wall Street Journal, le Pentagone a commencé début juin à retirer huit batteries antimissiles d'Irak, du Koweït, de Jordanie et d'Arabie saoudite, ainsi qu'un bouclier antimissile THAAD qui avait été déployé en Arabie saoudite. Chaque batterie antimissile requiert la présence de plusieurs centaines de militaires, et leur retrait signifie le départ de milliers de soldats américains de la région.»Nous maintenons une présence militaire robuste dans la région, appropriée compte tenu de la menace, et nous sommes convaincus que ces changements ne vont pas affecter nos intérêts de sécurité nationale», a souligné la porte-parole. «Nous maintenons aussi la flexibilité de renvoyer rapidement des forces au Moyen-Orient si nécessaire», a-t-elle ajouté.Les Etats-Unis retirent actuellement l'intégralité de leurs forces d'Afghanistan et ont réduit à 2.500 leurs effectifs militaires en Irak l'an dernier. Plusieurs batteries Patriot avaient été envoyées en renfort dans la région après l'assassinat en janvier 2020 du général iranien Qassem Soleimani dans une frappe américaine. Le système THAAD avait été déployé en Arabie saoudite quelques mois plus tôt, après des frappes aériennes contre deux sites pétroliers stratégiques dans le royaume saoudien, attribuées à Téhéran. L'Iran est encore considéré comme une menace majeure au Moyen-Orient mais le président Joe Biden veut néanmoins que les Etats-unis réintègrent l'accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.