Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Risque d'escalade dans le Golfe
Washington envoie 200 militaires et des missiles en Arabie saoudite
Publié dans Liberté le 28 - 09 - 2019

Les Etats-Unis vont envoyer 200 militaires et des missiles Patriot en Arabie Saoudite "à la lumière des attaques récentes" attribuées par Washington à Téhéran, a annoncé jeudi le Pentagone. "Ce déploiement renforcera la défense aérienne et antimissile du royaume et les infrastructures militaires et civiles cruciales", a déclaré un porte-parole du ministère, Jonathan Hoffman, appelant "d'autres pays" à "contribuer à un effort international visant à renforcer la défense de l'Arabie Saoudite".
Cette annonce intervient dans un contexte de fortes tensions dans la région, alors que les dirigeants américain et iranien ont évité de se rencontrer à l'Assemblée générale des Nations unies cette semaine. "Il est important de noter que ces mesures témoignent de notre engagement envers nos partenaires régionaux ainsi qu'à la sécurité et stabilité du Moyen-Orient", a ajouté le représentant du Pentagone.
Il s'agira du premier déploiement du genre depuis le retrait des troupes américaines en 2003, envoyées sur le territoire saoudien pendant 12 ans et deux guerres contre l'Irak. Vendredi dernier, les Etats-Unis avaient annoncé l'envoi de renforts militaires dans le Golfe, après les attaques contre le royaume pétrolier, une décision accueillie par les autorités saoudiennes. Les Etats-Unis avaient également renforcé les sanctions contre la banque centrale iranienne, présentées par Donald Trump comme "les plus sévères jamais imposées à un pays".
Le locataire de la Maison-Blanche a également interdit jeudi aux "hauts responsables du régime iranien et leurs familles" l'entrée aux Etats-Unis, dans une nouvelle escalade de la campagne de "pression maximale" contre la République islamique. Après s'être montrés plus prudents, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont aussi dénoncé la "responsabilité" iranienne cette semaine dans une déclaration commune publiée en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.
L'Iran nie toute responsabilité dans ces attaques aériennes ayant visé deux installations pétrolières majeures le 14 septembre, revendiquées par les rebelles houthis soutenus par Téhéran, au Yémen. Le président iranien Hassan Rohani a appelé jeudi ceux qui accusent le pays à "fournir les preuves nécessaires", lors d'une conférence de presse à New York.

R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.