LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Les planches me manquent!»
Idir Benaibouche, comédien, à L'Expression
Publié dans L'Expression le 22 - 06 - 2021

Il sera prochainement à l'affiche d'un feuilleton télé qui s'intitule Mayna de Walid Bouchebbah (réalisateur de la comédie Bab Edechra, 2018, notamment). Mayna est un feuilleton produit par «Atyaf» et écrit par Lamia Kehli. Idir Benaibouche change de costume cette fois en campant un nouveau personnage aux côtés d'une pléthore d'acteurs. On citera entres autres, Sabrina Korichi, Mohamed Bouchaib, Anya Louanchi, Fodil Assoul...
Une production tournée à Timimoune, qui tranche avec la rigueur du feuilleton du Ramadhan Yemma dans lequel il jouait le rôle d'un agent de police taciturne. Acteur polymorphe, nous avons pu découvrir Idir Benaibouche au cinéma (El Wahrani, Zeus, Point zérto, En attendant les hirondelles...), à la télé, mais aussi sur les planches dans de délirants one man show. On ne compte plus le nombre de ses participations aussi bien au grand comme au petit écran. Ce trublion de l'image est un comédien de talent qui aspire à jouer et donner encore et encore plus de lui-même. Interrogé sur ses deux dernières productions, Idir Benaibouche, à savoir, «Yemma» et «Mayna», Idir nous confie: «Tout d'abord, je tiens à noter que la direction d'acteur dans le feuilleton Yemma était simple.
De Yemma à Mayna
Il y avait trop de pression dans le travail et même si j'avais trop de séquences, moi j'étais prêt. Je connaissais bien le réalisateur (Madih Belaïd, Ndlr) puisque j'avais déjà tourné avec lui dans El Khawa II et
Yemma I, je connaissais bien les mécanismes et les procédés qu'il utilise. J'anticipais parfois et on se comprenait rapidement. C'est la chose qui m'a permis d'avancer dans le feuilleton Yemma 2. Aussi, il faut noter que c'est un feuilleton grand public, je veux dire, qu'il ne faut pas trop philosopher dans les personnages. Personnellement, j'adore changer de peau et incarner à chaque fois un nouveau personnage. Je n'aime pas être typé». Et de faire remarquer à propos du feuilleton Mayna : Mayna c'est autre chose. C'est tout à fait un autre style de jeu. Avec le réalisateur c'était violent façon de parler. Car il y avait trop de plans séquences. Certaines duraient de cinq à six minutes. Il fallait assurer et le réalisateur c'est quelqu'un qui ne coupe pas les scènes. Il fallait souvent répéter. C'était difficile, mais bien. C'était vraiment enrichissant dans le processus de développement de mon jeu. Tourner avec Walid Bouchebah, c'était dur, c'était rock n'rol mais très satisfaisant dans le sens où c'était carrément une performance dans le jeu d'acteur.» Idir marque une petite pause et souligne un peu plus loin: «Je pense qu'aucun acteur ne pourrai dire un jour '' j'ai fait le meilleur rôle de ma vie'', la seule satisfaction qu'on peut avoir, est qu'on a bien travaillé.»
De la complexité des rôles
À la question de savoir dans quel registre il se sent le mieux, à la télé ou au cinéma, le jeune artiste révèle: « En vrai je me sens mieux dans les longs métrages car la charge de travail est moindre que dans les feuilletons télé où l'on tourne jusqu'à dix séquences par jour. Ça dépend des jours, mais dans les longs métrages c'est plutôt une, voire deux séquences maximum. On a plus de visions par rapport aux personnages.
Les personnages que je campe au cinéma sont beaucoup plus compliqués en général et j'adore ça. S'il n' y a pas de complication je ne m'amuse pas bien. Ce sont les rôles complexes qui m'intéressent le plus car cela me permet à chaque fois de développer ma perfor-mance de jeu en tant qu'acteur.»
Lorsqu'on évoque avec lui le monde des planches. Iidir Benaibouche répond tout de go: «Les planches ça me manque énormément! J'ai envie d y retourner avec des one man show et faire beaucoup de mise en scène, pourquoi pas, et surtout, apporter quelque chose de nouveau au théâtre. Si je reviens au théâtre, j'aimerai retourner avec de nouvelles choses, une nouvelle vision du 4eme art et pourquoi ne pas monter de grands spectacles.»
Soucieux du détail et amoureux chevronné de l'art de la scène et de l'actorat, Idir Benaibouche avoue toutefois aimer jouer partout, car tout constitue pour lui un challenge. Alors bon vent et souhaitons-lui encore plus de succès!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.