LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Les fruits amers des accusations interposées    Installé hier: Le Général Ali Ouelhadj Yahia, nouveau Commandant de la Gendarmerie    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'enjeu des locales et la survie des partis
Elles se dérouleront dans quelques mois sur fond de nouveaux repositionnements
Publié dans L'Expression le 22 - 06 - 2021

Les élections locales se dérouleront dans quelques mois, c'est déjà un agenda politique électoral dont la classe politique aura à se positionner par rapport à cet événement qui déterminera l'existence des formations politiques sur la scène nationale.
L'enjeu des locales concerne tous les partis politiques, étant donné que cela est en rapport direct avec les préoccupations quotidiennes des citoyens au niveau des communes et wilayas. Cette joute, qui a une particularité pour les partis, se distingue par son contenu et sa démarche. Elle permet aux partis d'avoir une présence au sein de la société et de faire connaître leurs programmes sur les questions qui ont trait au développement local et aux problèmes de base tels que l'eau, l'électricité, le transport, la scolarité et ses conditions et la gestion des affaires des citoyens au niveau de la commune. Les locales sont aussi une épreuve pour les représentants des partis dans leurs villes et villages. C'est là où la caractéristique se fait sentir avec acuité. Un parti qui se dit avoir de l'ancrage populaire, doit passer d'abord par la grande école, à savoir la commune comme baromètre de la popularité d'un parti et de son ancrage.
De ce point de vue, les formations politiques qui ont boycotté les élections législatives anticipées du 12 juin dernier, verront leur situation par rapport aux élections locales changer de par l'importance de cette joute quant à leur présence dans les communes et Assemblées de wilayas auxquelles ils appartiennent.
Quel sera le comportement des partis qui ont tourné le dos aux législatives du 12 juin et ce par rapport aux locales prochaines? Vont-ils opter pour la même attitude ou savent-ils que l'enjeu des locales engage l'existence même de leurs partis sur l'échiquier politique national?
Le Front des forces socialistes (FFS) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) seront-ils présents dans les prochaines élections des locales? La question semble être très délicate pour ces deux partis qui n'ont jamais laissé passer inaperçue cette joute dans les villes et villages où leur ancrage est avéré. L'option du boycott ne sera pas bénéfique pour leur existence politique dans leur fief traditionnel. Cela risque de faire rayer politiquement ces deux partis traditionnels de la carte politique. Ces deux partis sont face à un véritable dilemme: ne pas participer aux locales risque de se retourner contre eux et leur potentiel électoral pourrait être récupéré par d'autres forces et regroupements de la société civile.
Les partis islamistes ne vont pas rater l'occasion des locales pour essayer d'engranger davantage d'Assemblées pour renforcer leur présence et se maintenir sur la scène politique nationale coûte que coûte. Quant aux semblants de «démocrates» ils se verront complètement laminés par leur attitude biscornue de tout rejeter sans pour autant avoir les moyens d'une alternative crédible et concrète en matière de mobilisation et d'ancrage au sein de la société.
Les partis qui sont gagnés à la cause du pouvoir en place vont tout faire pour absorber les poches susceptibles d'être abandonnées par des formations qui vont bouder l'urne des locales. Selon toute vraisemblance, cette fois-ci, l'enjeu est d'ordre structurel pour les partis qui ont boycotté les législatives anticipées du 12 juin dernier. La restructuration desdits partis passe inexorablement par la nécessité de réinvestir à nouveau la société en s'impliquant dans les locales comme gage d'attachement aux préoccupations des citoyens lambda qui se débattent dans une situation sociale et économique intenable. C'est la raison pour laquelle les locales prochaines seront abordées sous un autre angle politique par la classe politique dans son ensemble. Cette fois-ci les partis seront interpellés non pas par rapport à l'enjeu politique étroitement lié aux parachèvement de l'édifice institutionnel à l'instar de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019 ou de référendum sur la révision constitutionnelle et les législatives anticipées du 12 juin passé. La question relève de l'existence des partis et de leur ancrage au sein de la société. Rejeter la participation dans la joute des locales prochaines, signifie la signature de l'acte de décès en bonne et due forme des formations politiques qui opteront pour ce choix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.