Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie retient son souffle
Rencontre entre Kaïs Saïed et Rached Ghannouchi
Publié dans L'Expression le 27 - 06 - 2021

Le jeudi va-t-il être marqué d'une pierre blanche en Tunisie? La rencontre entre le président Kaïs Saïed et le leader du parti islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi aura constitué l'événement que l'on n'attendait plus, après des mois de brouille et d'échanges de reproches indirects. Le pays vit, en effet, des relations tendues entre les trois présidences, celle de la République, celle du Parlement et celle du gouvernement et ce depuis l'installation du gouvernement Mechichi dont quatre portefeuilles ont suscité l'ire du chef de l'Etat. L'entrevue de jeudi devrait marquer un tournant, alors que la Tunisie est confrontée à une situation socio-économique mais aussi sanitaire alarmante. D'ailleurs, le chef du gouvernement a annoncé, hier, qu'il entre en confinement volontaire après une contamination au coronavirus. Selon un proche de Ghannouchi, la rencontre entre Kaïs Saïed et Rached Ghannouchi a été «positive», même si aucun détail n'a été communiqué aux médias pour étayer le propos. Un point de vue que le chef du gouvernement a cependant confirmé, hier matin, sachant que le sujet débattu concernait la «situation du pays» et la nécessité d'entamer sans tarder un véritable «dialogue» afin de sortir du marasme une Tunisie qui n'en peut plus. Des mois de crise et d'incertitudes ont eu un impact sévère sur les conditions dans lesquelles la Tunisie a dû se tourner vers le FMI, les grandes puissances comme les Etats-Unis et la France ayant promis un soutien mais assorti de l'exigence d'un dialogue «constructif». Dans son communiqué, la Présidence a inscrit la rencontre dans le cadre d'une célébration du 65e anniversaire de l'armée nationale tunisienne mais il était clair, pour la plupart des observateurs, que les raisons comme les objectifs allaient bien au-delà de cette commémoration.
Las d'attendre une issue de la crise, les Tunisiennes et les Tunisiens n'en attendent pas moins une initiative spectaculaire qui serait annonciatrice d'un début de solution de la crise qui perdure depuis des mois. C'est pourquoi la rencontre de jeudi aura été abondamment commentée et suivie avec un net regain d'espoir, y compris chez les formations politiques qui estiment que le moment est venu de réagir aux critiques qui ont émané de capitales importantes comme Washington dont l'ambassadeur avait averti, le 2 mai dernier, que «la Tunisie a besoin d'entente entre ses acteurs», ajoutant que la réalisation d'une certaine «concorde donnera un signal fort de sa crédibilité aux Etats-Unis et aux bailleurs de fonds». Des propos qui ont été peu après renforcés par ceux de la vice-présidente américaine Kamala Harris, recommandant au président Kaïs Saïed de parachever la mise en place des institutions majeures telles que la cour constitutionnelle, objet des blocages dont souffre cruellement le pays. Cela dit, en l'absence de commentaires officiels sur les tenants et les aboutissants de la rencontre, il faudra attendre quelques jours pour déceler ses éventuelles ambiguïtés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.