Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Promouvoir le mad in Italy!
5e journée mondiale du design italien à Alger
Publié dans L'Expression le 14 - 07 - 2021

La 5ème Journée mondiale du design italien a été célébrée ce 12 juillet au sein de l'ambassade d'Italie en Algérie sur initiative de l'Institut culturel italien devant un parterre bien restreint, en raison des restrictions liées aux conditions sanitaires liées à la Covid-19. Animée par la directrice de l'Institut culturel italien Antonia Grande, cette dernière a mis l'accent sur l'importance de cet évènement dans le monde on donnant la parole à M. Giovanni Pugliesse, l'ambassadeur d'Italie à Alger pour faire son discours d'ouverture. Ce dernier rappellera que l'Italien design day est un événement majeur qui se célèbre chaque année dans le monde entier. La Journée du design italien a vu le jour en 2017 à l'initiative du ministère italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, en association avec les Fondations «Fondazione Compasso d'Oro» et «Triennale di Milano». Chaque année, 100 ambassadeurs culturels italiens dans 100 villes différentes partagent et échangent avec des amateurs d'art, des stylistes, des architectes, des paysagistes et des urbanistes sur le devenir du monde, le développement durable ou la préservation des oeuvres de valeur à la beauté intemporelle. Cet évènement permet aussi d'exposer les nouveautés de l'industrie du design italien et de développer de futures collaborations.
Il soulignera que « cette Journée mondiale du design est devenue, au cours des années, un outil efficace pour soutenir la promotion du design italien, le design étant devenu un secteur industriel stratégique pour
l'exportation italienne.» Et d'ajouter: «La Journée mondiale du design vise à faire connaître le système du mad in Italy qui est, comme vous le savez caractérisé par les petites comme les moyennes entreprises qui sont fortement liées au territoire d'un savoir-faire, qui sont souvent des entreprises familiales qui présentent un design d'une qualité unique au monde. Chaque année, à l'occasion de l' italien design day, cent témoins deviennent narrateurs du design et de la créativité du design italien dans le monde. Ils sont choisis au milieu des architectes, des designers, des enseignants, des journalistes et d'autres catégories qui racontent dans chaque édition leur expérience autour d'un thème spécifique» et de renchérir: « Cette année difficile marquée par la crise sanitaire mondiale se concen-
trera précisément sur le démarrage du mad in Italy et sur la capacité du design à imaginer de nouveaux scénarios de développement pour l'amélioration de la vie et la sauvegarde de la planète». Prenant la parole, la directrice de l'Institut culturel italien, Antonia Grande fera remarquer d'emblée que vu le nombre restreint choisi pour assister à cette conférence en raison des conditions sanitaires liées à la pandémie, cette rencontre sera diffusée sur le Net et sera ainsi visible sur youtube. Elle fera remarquer que cette journée sert à imaginer des initiatives en terme de collaboration pour permettre de faire naître des projets et «quand on travaille ensemble, on peut gagner la coupe d'Europe», dira t-elle amusée. Et de citer toutes les institutions nationales et internationales avec lesquelles cette manifestation collabore. Elle relèvera que l'organisation de cette manifestation intervient après une année très dure. Et de souligner que cette rencontre est «symbolique» car elle représente
«un démarrage quant à notre système de mad in Italy avec toutes les caractéristiques qui le rendent unique comme l'a fait remarquer notre ambassadeur...un système de promotion et de modernisation qui part de la tradition en vue de se lancer de nouveaux défis car la pandémie nous a démontré qu'il ne faut pas se séparer de la planète et de ses problèmes écologiques» et de relever:
« Justement le thème de cette année est en rapport avec le développement et l'écologie. Ce soir vous allez écouter et assister à des présentations de trois designers qui sont bien concernés par le thème de la production et la matière et beaucoup traitent du problème écologique, de la durabilité etc.» Antonia Grande citera les noms des trois intervenants.
L'écodurabilité de Giovanna Talocci
D'abord madame Giovanna Talocci, l'invité d'honneur, dont la durabilité dans le design est le sujet principal de ses oeuvres, notamment la durabilité environnementale, climatique et de la nature, mais aussi la durabilité sociale et économique au travail. La designer étayera aussi sa conférence à travers de nombreux exemples diffusés sur écran. Elle plaidera pour l'utilisation de matériaux durables pour l'environnement, des matières qui sont écodurables à partir de marbre, le bois, le verre, les métaux par exemple, mais aussi des déchets de fruits biodégradables pour concevoir des objets, des ustensiles, des vêtements...elle évoquera aussi le recyclage qui détourne certains objets en les transformant en d'autres objets utiles au quotidien, autrement dit, «la réutilisation de ce qui est déjà disponible. C'est donc à la portée de tout le monde» indique t-elle. La seconde intervenante a été Feriel Issiakem Gasmi qui est glober désigner et commissaire d'expo et de biennale. Cette dernière, faut- il le rappeler, a été faite l'an dernier par l'ambassade d'Italie chevalier de l'ordre du Mérite, octroyé par le président de la République d'Italie au titre de son grand travail de collaboration et émérite avec l'italie. Prenant la parole, Feriel Issiakhem Gasmi commencera d'abord par définir ce qu'est le design à «l'échelle de sa maturité» tout en donnant sa vision des choses en terme de design, une conception qu'elle ne peut dissocier, a-t-elle martelé de la fonctionnalité durable de l'objet qui peut justement allier à la fois utilité et beauté. Elle évoquera aussi son combat en Algérie qu'elle mène depuis des années, regrettant que l'Algérie n'ait pas connu d'ère industrielle pour pouvoir se comparer aux pays occidentaix.
Le combat de Feriel Gasmi Issiakhem
«Très optimiste en ce qui me concerne. C'est un combat que je mène depuis de nombreuses années pour arriver à instaurer ce système industriel autour du design.» Elle dira toutefois que le design devient important à partir du moment où «il est pris dans un processus comme une vraie méthode intégrée dans une entreprise, au travail qui est mis en avant par les institutions engagées dans une région donnée dans le monde». Et de bifurquer vers le modèle italien qu'elle connaît dit- elle «assez bien». Et de comparer avec sa propre expérience algérienne dans le domaine. Feriel Gasmi Issiakhem citera le palier le plus important, à savoir quand le design est pensée, comme stratégie en terme d'innovation dans le cadre du développement et de la recherche. Elle donnera comme exemple le smartphone qui fait partie intégrante de notre vie. «Le summum est quand le design devient une politique» souligne t-elle et d'estimer: «C'est quand un pays tout entier prend le design comme un levier de compétitivité pour diversifier son économie. C'est le cas avec l'Italie avec la triennale de Milan et l'Italien design day puisque je suis cela depuis 2017, depuis sa création grâce au ministre des Affaires étrangères...» «Concernant les éléments d'aménagement, Feriel Issiakhem Gasmi dira que c'est l'Italie qui remporte la Palme d'or dans ce sens.» Pourtant, les autres pays ne déméritent pas par rapport à la même stratégie. Ils mettent aussi le design comme pilier important de diversification d'économie». Et de se demander: «Comment pouvons- nous inonder le marché local justement?» Elle citera quelques exemples abordés durant sa riche carrière depuis 20 ans déjà. Elle évoquera nombre de ses projets qui sont restés lettre morte auprès de nos dirigeants... s'agissant de la notion de durabilité, elle montrera quelques exemples de ses créations ancrées autour du patrimoine et sa relecture sémantique pour en faire des objets utiles et agréables à regarder en vue de leur industrialisation. Elle invitera les designers à créer tout en sachant «aller vers les bonnes personnes». Elle soulignera aussi l'importance de l'édition de sa conception. Et de dire: «Pourquoi le modèle italien me plait? parce que son histoire du savoir faire et cette idée que se fait son gouvernement italien pour protéger son savoir-faire et mettre avant ces savoir-faire en les rendant des incontournables, en devenant l'idée du savoir-faire à l'italienne Eh bien, ce sont là des décisions franches de leur gouvernement. C'est ce que nous souhaitons en Algérie. L'histoire de l'Italie est très proche de la notre. Il suffit de la lire pour comprendre les mêmes sensibilités qui nous animent.» elle évoquera aussi son projet autour du liège d'Algérie et son histoire. «Une matière qui sert de dépurateur et qui absorbe tout le carbone qui nous entoure. Une matière réutilisable à souhait» Feriel Gasmi Issiakhem citera aussi son autre projet d'installation moderne lié à l'eau, inspiré des foggaras, intitulé «gravité».
Enfin, elle soulignera l'importance de l'éthique dans le travail de n'importe quel concepteur dans le désir de voir aussi voyager son oeuvre et le rendre accessible et visible partout et ce grâce justement à l'industrialisation. Enfin, le dernier à prendre la parole est le concepteur designer Mohamed Yahiaoui plus connu sous le nom de Yamo. Ce dernier évoquera avec passion son travail entrepris dans le cadre de «Constantine, capitale de la culture arabe», avec Dris Ali Khodja, un dinandier de Constantine tout en soulignant son désir de sauver ce patrimoine en détresse. Ce travail autour du design est selon lui
«une histoire d'individus avec la matière» et d'estimer: « ces instants avec les artisans sont précieux». Tout en ajoutant:
«Ma guerre c'est le patrimoine. Je laisse l'écologie pour les autres. Je me bats avec les matériaux. Je fabrique et j'édite.(...) En Algérie, on n'a pas d'outils de diffusion. Ça nous manque.» S'agissant de l'architecture, Yamo donnera à voir également de nombreux exemples de ses travaux y compris des objets flamboyants et épurés, mais aussi des maisons en ce qui concerne la construction et le recyclage. En somme, des idées novatrices partant de la tradition pour en faire des choses très belles et modernes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.