Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le temps que le péril passe
La Tunisie réorganise les pouvoirs, affirme le président Kaïs Saïed
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2021

Surpris par les décisions du président Kaïs Saïed qui, après avoir réuni les responsables de l'armée, de la Garde nationale et de la police, a gelé, pour trente jours, les activités du Parlement et dissous le gouvernement Mechichi, le parti de Rached Ghannouchi, Ennahdha, et son allié Al Karama, également d'obédience islamiste, ont dénoncé «un coup d'Etat contre la Révolution et la Constitution», puis réclamé un retour au statu quo, n'hésitant pas à lancer un appel à la mobilisation générale de leurs troupes, devant le siège de l'ARP. Une fois constaté l'échec de ces appels, Ennahdha a changé son fusil d'épaule et réclamé, hier, des élections législatives et présidentielle anticipées, afin de «rétablir la légitimité institutionnelle». Dans ce contexte, si d'aucuns ont évoqué la nécessité du respect de «l'ancrage démocratique du pays, le respect de l'Etat de droit, de la Constitution et du cadre législatif qui doivent être préservés», il leur était difficile de prétendre faire abstraction de «la volonté et des aspirations du peuple tunisien». Car c'est en réponse à ces aspirations, telles qu'elles ont été exprimées dans la rue par des dizaines de milliers de manifestants, à Tunis et dans d'autres villes du pays, que le chef de l'Etat a pris les mesures saluées par une population en liesse, lasse du blocage politique et de l'asphyxie socio-économique et sanitaire.
Après avoir limogé, dans la foulée des décisions les plus importantes, les ministres de la Justice et de la Défense, Hasna Ben Slimane, et Ibrahim Bartagi, le président Saïed a eu des rencontres avec les présidents des principales ONG du pays auxquels il a réaffirmé son respect des institutions de l'Etat, ses intentions constructives et son sens de la responsabilité, en un moment critique. Observant que la Tunisie est passée du «parti unique au lobby unique», il a balayé les accusations de «mesures anticonstitutionnelles», indiquant qu'il avait informé le président du Parlement Rached Ghannouchi et le Premier ministre Hichem Mechichi de ses décisions. Celui-ci a reconnu, dans un communiqué, «une montée des tensions politiques et l'échec du système - émanant des élections de 2019 - à mettre en place un gouvernement, à cause des divergences entre les revendications de la rue et les priorités des partis politiques qui ont continué à bafouer le paysage parlementaire jusqu'à provoquer la rupture avec les citoyens», cela après avoir tenté une déclaration, sur Al Jazeera, appelant les forces de police à la rescousse, d'où la fermeture immédiate de son bureau tunisois. Pour le chef de l'Etat, les évènements au sein de l'ARP justifient les mesures prises, tant l'ambiance devenait «humiliante».«On y a attaqué la présidence de la République, l'Union générale tunisienne du travail, le président de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat...Des insultes honteuses! L'immunité parlementaire permet d'exercer son rôle en toute indépendance et en toute liberté, et non d'insulter les gens!» a argumenté le président Kaïs Saïed qui ajoute: «Aujourd'hui, j'assume cette responsabilité historique et ceux qui prétendent qu'il s'agit d'un putsch n'ont qu'à réviser leurs cours de droit. Nous ne sommes pas des putschistes!». Tel est aussi l'avis du peuple tunisien, appelé à éviter les confrontations, le temps que la réorganisation des pouvoirs puisse avoir lieu et permettre à la Tunisie de transcender les dangers actuels, notamment celui de la crise sanitaire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.