Echec aux opposants virtuels    Le MSP annonce sa participation    Les explications du chef de l'Exécutif    Benabderrahmane réussit son premier examen    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    «Je suis venu consulter le président Tebboune»    La CMA rejette tout accord avec le groupe Wagner    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Le MJS donne le feu vert    Motion de soutien à Belmadi    Ça sent la fin pour Koeman    Challenge réussi à Tizi Ouzou    L'école primaire Azoug à l'honneur    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    "COMME UN MIROIR BRISE"    La majorité des supporters serait favorable à une Coupe du monde biennale    Hamzaoui rejoint les Sanafir    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    MERIEM    Distribution de 30 bus scolaires et de 8 ambulances    350 aides financières pour le logement rural    Surmonter l'héritage de la Seconde Guerre mondiale    L'ex président Abdelaziz Bouteflika n'est plus    Les engagements de Benabderrahmane    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Elections locales : Le RCD opte pour le boycott    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    Moelleux au citron    BRÈVES...    DJEZZY : première édition ESWC Algérie    Bureaucratie à l'excès !    5 astuces pour garder ton téléphone en forme    Le MSP annonce sa participation aux prochaines élections locales    Nice : Delort met les points sur les i au sujet de l'OM    Tribunal militaire de Blida : la cour d'appel confirme les 16 ans de réclusion contre Bouazza    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    Les MAE arabes disent non    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une feuille de route pour la Tunisie
Après les décisions du président Kaïs Saïed
Publié dans L'Expression le 29 - 07 - 2021

Soutenu par une large majorité de Tunisiennes et de Tunisiens qui ont manifesté leur ras-le-bol face à une situation socio-économique et sanitaire «désastreuse», le président Kaïs Saïed a pris ses «responsabilités» en gelant les activités de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), le Parlement tunisien, et en s'assurant du pouvoir exécutif après le renvoi du gouvernement Mechichi.
Le chef de l'Etat a justifié ces décisions aussi spectaculaires que surprenantes par le fait que le pays était confronté à «des périls imminents», depuis de nombreux mois, avec une crise politique aiguë et un blocage des institutions qui aggravait les conséquences de la pandémie de Covid-19.
A tous ceux qui suspectaient un «coup d'Etat» et réclamaient le retour immédiat à la légitimité constitutionnelle, le président tunisien a opposé son respect de ladite Constitution et sa volonté de réorganiser l'ensemble des pouvoirs pour faire redémarrer la machine économique et lutter efficacement contre la pandémie. En accueillant le ministre algérien des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, la Tunisie et le président Kaïs Saïed ont reçu le soutien franc et massif de l'Algérie en cette conjoncture particulièrement délicate, eu égard à l'ampleur des difficultés et aux attentes légitimes du peuple frère tunisien, confronté à une propagation meurtrière du Covid-19 que le gouvernement Mechichi s'est avéré incapable de maîtriser. Parmi les mesures exceptionnelles qu'il a prises, en ces circonstances d'instabilité chronique, le président Saïed a ainsi démis de leurs fonctions les ministres de la Défense et de la Justice ainsi que plusieurs conseillers gouvernementaux et chargés de missions et le procureur général de la justice militaire.
Alors que le peuple tunisien attend, avec une impatience manifeste, des réponses aux défis nombreux auxquels il est confronté, depuis plus de deux ans, le chef de l'Etat va se découvrir en charge de plusieurs fronts, avec un chômage lourdement enraciné et accru par la pandémie, une détérioration des infrastructures publiques, une érosion spectaculaire du pouvoir d'achat auxquelles s'ajoutent une vague de dettes et une inflation qui met à rude épreuve le moral des ménages tunisiens. Autant de problèmes et autant de crises qui ont duré sans que les gouvernements en place parviennent à les affronter, les palabres politiques et les duels à fleurets mouchetés occupant la scène parlementaire des mois et des mois durant. Sans doute, Kaïs Saïed est-il, désormais, face à autant de graves défis. Et sans doute lui faudra-t-il déployer d'immenses efforts pour rassurer les Tunisiens ainsi que les bailleurs de fonds internationaux sur sa capacité à sortir la Tunisie de l'ornière dans laquelle l'ont fourvoyée des années de gabegie, de corruption et de surenchère politicienne. Faut-il rappeler que, depuis les élections d'octobre 2019, la Tunisie a souffert d'un Parlement fragmenté en diverses formations rivales, engendrant trois gouvernements sans réelle capacité de résoudre la crise et d'une lutte de pouvoir qui a porté cette crise à son paroxysme. C'est pourquoi, plus que jamais, les décisions du président Kaïs Saïed vont-elles être déterminantes pour l'avenir des Tunisiens et de la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.