Bedoui condamné à 10 ans de prison ferme    Aubin sous le charme de la police algérienne    Saïda Neghza livre sa thérapie    Un professionnel explique    Les facettes du marché auto    La Chine en deuil après la mort de l'ex-président Jiang Zemin    Huitième tentative ratée pour élire le chef de l'Etat    Un parti dénonce des agressions marocaines «délibérées»    Six pieds sous terre    Place à l'Espagne    Annaba se mobilise pour sa réussite    Le Paris-Djanet et la station de Baraki    Les salines de Feraoun revivent    La loi de l'omerta    «le Vieux Renard» de la Wilaya III    Les historiens au chevet de la «Mémoire»    «Chajarat el maouz» remporte le prix «Keltoum»    Ligue 2: l'ES Mostaganem confirme, l'ES Ben Aknoun nouveau dauphin    L'Algérie abritera la prochaine réunion du réseau parlementaire international de soutien au Sahara occidental    Lamamra tient des rencontres bilatérales en marge de sa participation au Forum ROME-MED    Constantine: saisie de près 8 kg de kif traité et arrestation de 4 personnes    Coronavirus: 4 nouveaux cas et aucun décès    Mondial 2022: la Corée du Sud rejoint le Portugal en 8es de finale, l'Uruguay éliminé    Sahara occidental: la persistance du conflit, une préoccupation majeure pour les citoyens du monde    Le Raï, du berceau rural au patrimoine de l'humanité    32 chercheurs algériens honorés pour leurs contributions scientifiques    Algérie Télécom et Djezzy signent une "convention de partenariat"    Energie et mines : Arkab préside une réunion sur l'adoption par Sonatrach de la norme "ISO 37001"    APN: présentation d'un exposé sur les missions d'information dans les wilayas d'Adrar, In Salah et Bordj Badji Mokhtar    Rendez-vous du théâtre professionnel à Ain El Beida/Oum El Bouaghi : bon accueil du public au spectacle d'ouverture    Opéra d'Alger: retrouvailles festives avec "Lemma Becharia"    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    Interdiction de fumer dans les lieux publics: Les textes d'application font défaut    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    Coopération: Tebboune en Russie avant la fin de l'année    Le badge de l'Emir du Qatar    Ligue 1 (12e journée): Le CRB détrône le CSC, naufrages du MCO et de l'USMK    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    «Nous combattons les idées toxiques»    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une feuille de route pour la Tunisie
Après les décisions du président Kaïs Saïed
Publié dans L'Expression le 29 - 07 - 2021

Soutenu par une large majorité de Tunisiennes et de Tunisiens qui ont manifesté leur ras-le-bol face à une situation socio-économique et sanitaire «désastreuse», le président Kaïs Saïed a pris ses «responsabilités» en gelant les activités de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), le Parlement tunisien, et en s'assurant du pouvoir exécutif après le renvoi du gouvernement Mechichi.
Le chef de l'Etat a justifié ces décisions aussi spectaculaires que surprenantes par le fait que le pays était confronté à «des périls imminents», depuis de nombreux mois, avec une crise politique aiguë et un blocage des institutions qui aggravait les conséquences de la pandémie de Covid-19.
A tous ceux qui suspectaient un «coup d'Etat» et réclamaient le retour immédiat à la légitimité constitutionnelle, le président tunisien a opposé son respect de ladite Constitution et sa volonté de réorganiser l'ensemble des pouvoirs pour faire redémarrer la machine économique et lutter efficacement contre la pandémie. En accueillant le ministre algérien des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, la Tunisie et le président Kaïs Saïed ont reçu le soutien franc et massif de l'Algérie en cette conjoncture particulièrement délicate, eu égard à l'ampleur des difficultés et aux attentes légitimes du peuple frère tunisien, confronté à une propagation meurtrière du Covid-19 que le gouvernement Mechichi s'est avéré incapable de maîtriser. Parmi les mesures exceptionnelles qu'il a prises, en ces circonstances d'instabilité chronique, le président Saïed a ainsi démis de leurs fonctions les ministres de la Défense et de la Justice ainsi que plusieurs conseillers gouvernementaux et chargés de missions et le procureur général de la justice militaire.
Alors que le peuple tunisien attend, avec une impatience manifeste, des réponses aux défis nombreux auxquels il est confronté, depuis plus de deux ans, le chef de l'Etat va se découvrir en charge de plusieurs fronts, avec un chômage lourdement enraciné et accru par la pandémie, une détérioration des infrastructures publiques, une érosion spectaculaire du pouvoir d'achat auxquelles s'ajoutent une vague de dettes et une inflation qui met à rude épreuve le moral des ménages tunisiens. Autant de problèmes et autant de crises qui ont duré sans que les gouvernements en place parviennent à les affronter, les palabres politiques et les duels à fleurets mouchetés occupant la scène parlementaire des mois et des mois durant. Sans doute, Kaïs Saïed est-il, désormais, face à autant de graves défis. Et sans doute lui faudra-t-il déployer d'immenses efforts pour rassurer les Tunisiens ainsi que les bailleurs de fonds internationaux sur sa capacité à sortir la Tunisie de l'ornière dans laquelle l'ont fourvoyée des années de gabegie, de corruption et de surenchère politicienne. Faut-il rappeler que, depuis les élections d'octobre 2019, la Tunisie a souffert d'un Parlement fragmenté en diverses formations rivales, engendrant trois gouvernements sans réelle capacité de résoudre la crise et d'une lutte de pouvoir qui a porté cette crise à son paroxysme. C'est pourquoi, plus que jamais, les décisions du président Kaïs Saïed vont-elles être déterminantes pour l'avenir des Tunisiens et de la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.