7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les omissions collatérales du plan Covid-19
Prise en charge et suivi psychologiques
Publié dans L'Expression le 29 - 07 - 2021

Les responsables du secteur de la santé sont soumis à un rythme de réactivité tel, qu'ils oublient l'essentiel dans la gestion de la crise sanitaire. L'accompagnement et le suivi psychologique demeurent le parent pauvre du système de santé en Algérie. En visionnant, hier, les images et les vidéos de la cérémonie d'adieu au défunt directeur général de l'EGU d'Oran, décédé des suites de la Covid-19, on est vite submergé par cette impressionnante charge émotionnelle. Une scène d'une tristesse inouïe, mettant en évidence l'extrême douleur des personnels médicaux, des officiers de police, des amis, des proches du défunt et autres malades, fondant en larmes et faisant leurs derniers adieux, à celui qu'ils ont tant apprécié et aimé.
La charge émotionnelle est telle qu'il est impossible de ne pas s'interroger sur l'existence ou non d'un suivi psychologique. Au tout début de la pandémie, des mesures sporadiques de prise en charge des malades et de leurs familles sur le plan psychologique, étaient mises en évidence par le secteur de la santé. Au fil des événements, le Syndicat national des psychologues, Snapsy, a lancé, le 13 avril 2020 une initiative nationale de mise en place d'un «réseau national d'écoute et de soutien psychologiques, pour la prise en charge et l'accompagnement des citoyens dans la conjoncture actuelle...», notait le communiqué. Cette initiative continue de connaître un engouement de la part de certains citoyens. Selon Mme Amedoute, psychologique-coordinatrice au CHU Mustapha Pacha, «le réseau continue de recevoir les appels des citoyens et des patients désirant consulter en psychologie», nous confiera-t-elle, avant de préciser que «des analyses hebdomadaires sont effectuées chaque samedi, par provenance d'appels, âges, catégories socio-professionnelles, etc.». Près d'une centaine de numéros de téléphones portables sont mis à disposition dans ce réseau. Par ailleurs, en juillet 2020, le ministère de la Solidarité nationale a annoncé la mise service d'un dispositif de prise en charge psychologique au profit des personnels médicaux. Or, le service électronique n'est pas disponible. En Algérie, la gestion de la pandémie semble avoir fait oublier aux responsables du secteur de la santé, que les répercussions psychologiques peuvent, elles aussi, engendrer des ravages tout aussi importants que la pandémie actuelle. En dehors des associations ou syndicats comme le Snapsy et la Sarp, il n'existe aucun mécanisme institutionnel consacré à ce volet du travail psychologique. Encore moins, une stratégie nationale à même de tracer les contours scientifiques, opérationnels et structurels de la question du suivi et de l'accompagnement psychologique dans notre pays. En Algérie, hormis les cellules éphémères de prise en charge psychologique, lors des catastrophes naturelles, la seule réelle expérience qui vaut réellement le détour, est sans nul doute, celle réalisée par les cellules de proximité au profit des enfants et adolescents des familles victimes du terrorisme, sur une échelle de neuf années consécutives.
Malheureusement, l'expérience n'a pas été capitalisée, ni pérennisée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.