Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie réceptionnera 15 millions de doses de Sinovac
Lutte anticoronavirus
Publié dans L'Expression le 13 - 09 - 2021

L'Algérie respire! Après un été très difficile, marqué par une 3e vague de la Covid-19, les Algériens retrouvent goût à la vie en ce mois de septembre. Une bonne nouvelle n'arrive jamais seule. Intervenant hier sur les ondes de la radio nationale, le directeur général de l'institut Pasteur d'Algérie, le docteur Fawzi Derrar, a révélé que
«l'Algérie réceptionnera 15 millions de doses de vaccins chinois contre le coronavirus (Sinovac), et ce, avant le 15 octobre prochain. Selon le même responsable, le contrat est déjà signé avec le partenaire chinois. Concernant les stocks de vaccins contre le coronavirus, le même responsable affirme que l'Institut Pasteur dispose de 7 millions de doses qui s'ajoutent aux doses distribuées aux directions de la santé à travers le territoire. S'exprimant sur la campagne de vaccination, l'intervenant n'a pas écarté le recours, prochainement, à des mesures d'obligation dans le cas où l'objectif escompté n'est pas atteint. En effet, les mesures de confinement sanitaire ont été allégées par le président de la République, Abdelmajid Tebboune.
Le chef de l'Etat a même rouvert les lieux de loisirs et de restauration, tout en décalant le couvre-feu sanitaire à 22 h. Néanmoins, il a conditionné ces décisions par le maintien de la vigilance et le respect strict des règles d'hygiène et de distanciation sociale. Si les premiers temps, les citoyens se sont prêtés au jeu, force est de constater qu'un relâchement total règne depuis quelques jours.
Le respect des gestes barrières baisse au même rythme que celui des contaminations quotidiennes. Signe de ce «laisser-aller», le port du masque qui se fait de plus en plus rare. Dans les rues, les «porteurs de masque» sont devenus minoritaires. Même dans les magasins, bondés de monde à la veille de la rentrée scolaire et sociale, ils sont rares à se conformer à cette obligation. Que dire alors de la distanciation sociale!
Les commerçants, qui eux-mêmes ne respectent pas ces mesures, laissent faire, faute de véritables contrôles de la part des autorités. Une véritable négligence qui est, aussi, visible au niveau des restaurants. La majorité d'entre eux a abandonné, crescendo, le respect de la règle des 50% d'occupation. Ils sont bondés de monde à longueur de journée, avec des clients collés les uns aux autres, sans qu'ils ne soient inquiétés outre mesure. Une insouciance générale qui a interpellé les professionnels de la santé. Ils ont tiré la sonnette d'alarme pour rappeler que l'on n'est pas encore sorti de l'auberge. «Si la situation sanitaire s'est stabilisée, le virus est encore là. Il y a toujours des centaines d'hospitalisations quotidiennes et des dizaines de morts», avertit un médecin exerçant au niveau de l'hôpital Mustapha Pacha d'Alger. Son inquiétude est d'autant plus grande que le variant Delta reste dominant dans le pays. «Un mutant imprévisible et très contagieux», met-il en garde, non sans s'inquiéter d'une recrudescence de la pandémie. Comme lui, la majorité des spécialistes a exprimé sa crainte de voir arriver, très rapidement, une 4e vague. «À l'image de la plupart des pays du monde, la 4e vague est inévitable, mais elle pourrait arriver plus tôt que prévu», assure un professeur en anesthésie réanimation dans un grand hôpital de la capitale. Pour lui, tous les éléments sont réunis pour vivre un cauchemar pire que celui de l'été. «On est à la veille de la rentrée scolaire et sociale et le relâchement est terrible. Avec la reprise des activités économiques, scolaires et universitaires les choses risquent de vite dégénérer», atteste-t-il. «Le virus va circuler très rapidement dans les lieux de travail ou les transports publics qui vont être bondés de monde. Quand on connaît la férocité du variant Delta, il faut s'attendre au pire», soutient-il. Une situation d'autant plus inquiétante que les Algériens «boudent» la vaccination. On a, à peine, dépassé les 8 millions de personnes vaccinées alors que l'on a besoin d'au moins 20 millions pour assurer la fameuse immunité collective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.