CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Djamel Allam, un artiste irremplaçable
Trois ans aprÈs son dEcÈs
Publié dans L'Expression le 16 - 09 - 2021

Djamel Allam n'était pas seulement un artiste au talent exceptionnel. Il était également un homme de culture qui n'hésitait pas à toucher à d'autres domaines dans lesquels il s'avérait également talentueux: acteur, réalisateur, compositeur, poète, interprète, animateur, etc. Djamel Allam a surtout marqué les esprits par ses chansons mythiques.
Des chansons qui restent gravées, de manière indélébile, dans la mémoire de mélomanes de plusieurs générations. Il fut l'un des premiers chanteurs à s'être départi des sentiers battus pour conférer une touche de modernité à la chanson kabyle qui était, pendant des décennies, basée soit sur le folklore kabyle, sur le chaâbi ou sur la musique orientale.
Djamel Allam a tout chamboulé en faisant son entrée tonitruante sur la scène artistique kabyle et algérienne de manière générale car ses succès ne se limitaient pas aux régions kabylophones, mais allaient bien au-delà.
Djamel Allam, qui nous a quittés en septembre 2018, est né le 26 juillet 1947 au village Ilmaten (dans la wilaya de Béjaïa). Contrairement à la majorité des chanteurs algériens d'expression kabyle, Djamel Allam n'était pas un autodidacte en musique puisqu'il a fréquenté assidument le conservatoire de musique de Béjaïa.À l'époque, Djamel Allam a eu la chance d'avoir Sadek Abdjaoui comme maître
Un talent et une voix particulière
Ce qui lui donna l'opportunité d'aiguiser et d'affuter ses armes en matière musicale.
Djamel Allam, une fois les premiers rudiments de la musique acquis, a pris son destin en main et est parti en France pour tenter sa chance.
Très jeune, Djamel Allam voyait grand, très grand. La preuve, il fit ses premiers pas dans la chanson en s'imprégnant de la chanson française et il s'est produit plusieurs fois à Paris.
Son talent d'interprète et sa voix ne laissaient guère indifférente toute personne qui le voyait sur scène pour la première fois. Sa première apparition dans un spectacle à Alger remonte à 1972.
Les allers-retours Alger-Paris allaient lui permettre d'acquérir une grande expérience car des deux côtés de la rive, il évoluait dans le milieu artistique. Il a travaillé à Radio France-Inter en 1974. Ce qui lui facilita la production de son premier disque la même année. Il s'agit du produit intitulé «Agu». Le succès a été immédiat et phénoménal.
Un jeune chateur sorti de l'anonymat
Même la presse de l'époque s'était emparée de cet exploit d'un jeune chanteur kabyle d'Algérie sorti subitement et, pour longtemps de l'anonymat.
Le succès de «Agu» a été suivi par l'animation de plusieurs concerts dans des grandes salles françaises, mais aussi dans d'autres pays. Concernant la production, Djamel Allam a tablé sur la qualité et la rigueur. Il n'a,donc, pas été très prolifique.
En dix ans, jusqu'à 1985, il n'a mis sur le marché que trois albums. Le premier, intitulé «Les rêves du vent» a été édité en 1978, suivi de «Si Slimane» en 1981, puis par «Salimo» en 1985.
Le succès a été flamboyant pour les trois albums en dépit du fait que la chanson kabyle était en pleine éclosion avec l'émergence de dizaines de chanteurs qui avaient également, fait une entrée spectaculaire sur la scène artistique. C'était d'ailleurs, les années d'or de la chanson kabyle. Djamel Allam a réussi à s'imposer de fort belle manière grâce à son style musical dont lui seul détenait le secret et le savoir-faire. Mieux encore, Djamel Allam met la main à la pâte dans le domaine de la composition des musiques de films.
Les années d'or de la chanson kabyle
C'est lui qui est le compositeur de la musique du film «Ma dernière nuit à la Goutte d'or» de Daniel Duval diffusé à l'époque sur TF1, l'une des chaes de télévision française les plus regardées. Puis, Djamel Allam met le pied à l'étrier de la comédie. Il joue dans le film «Fort Saganne» d'Alain Corneau. Malgré cette double-bifurcation, Djamel Allam ne délaisse pas sa vocation initiale. Il continue de composer. Il rebondit avec un chef-d'oeuvre qui devient sa chanson fétiche^, à savoir «Mara dyughal». Cette chanson bouleverse le champ artistique kabyle et algérien dès sa sortie. La notoriété de Djamel Allam décupla alors.
La carrière artistique de Djamel Allam n'a pas cessé même après la détérioration de son état de santé à la fin des années 2000. Il a même participé au festival national du film amazigh et a obtenu un prix pour son film «Banc public» qui a reçu le prix de l'Olivier d'or du court métrage.
De 1974 à 2008, Djamel Allam a produit douze albums.
Le dernier était intitulé le «youyou des anges». Comme si Djamel Allam savait qu'il n'allait pas tarder à rejoindre les anges!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.