Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un milliard d'euros promis au G20
Rencontre entre les talibans, l'UE et Washington
Publié dans L'Expression le 14 - 10 - 2021

Les talibans afghans ont rencontré pour la première fois une délégation conjointe des Etats-Unis et de l'Union européenne (UE) mardi à Doha, le jour même où les dirigeants du G20 se sont engagés à travailler ensemble pour éviter une catastrophe humanitaire en Afghanistan.
L'UE a promis, lors d'un sommet virtuel du G20 organisé par l'Italie, de fournir une aide humanitaire d'un milliard d'euros à l'Afghanistan, où les talibans, des islamistes radicaux, ont pris le pouvoir mi-août. Confrontés à la paralysie de l'économie et l'imminence d'une grave crise humanitaire, les talibans cherchent à obtenir un soutien international, bien que leur régime ne soit encore reconnu par aucun pays.
Les pourparlers directs à Doha entre représentants des talibans, des Etats-Unis, du Canada, de l'UE et de plusieurs pays européens dont la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont été facilités par le Qatar, pays proche des talibans. Ils devaient «permettre aux Etats-Unis et aux Européens d'aborder des problèmes» tels que la liberté de déplacement pour les personnes désirant quitter l'Afghanistan, l'accès à l'aide humanitaire et les droits des femmes, selon la porte-parole de l'UE, Nabila Massrali.
A l'ouverture du sommet du G20, l'UE a promis un milliard d'euros, dont une partie est destinée aux besoins humanitaires urgents et aux voisins de l'Afghanistan qui avaient accueilli les Afghans fuyant les talibans. «Une aide spécialisée pour les vaccinations, l'hébergement, ainsi que la protection des civils et des droits humains» est également prévue, a-t-elle précisé.»Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter un effondrement humanitaire et socio-économique majeur en Afghanistan», a dit la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Les dirigeants du G20 ont réaffirmé leur promesse d'apporter de l'aide humanitaire à Kaboul, tout en rappelant qu'ils restaient «extrêmement concentrés» sur la lutte contre le terrorisme, a indiqué Washington.
Le régime taliban est lui-même confronté à la menace du groupe jihadiste Etat islamique, qui a mené une série d'attaques meurtrières en Afghanistan ces derniers mois. Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a souligné que le G20 envisageait «un mandat général» à l'ONU afin de superviser la réponse internationale aux problèmes socio-économiques de l'Afghanistan. Mais selon lui, il est encore «tôt» pour une reconnaissance du régime des talibans bien qu'une «sorte d'implication» de leur part serait nécessaire pour fournir l'aide à leur pays.
La France s'est montrée «inquiète de l'isolement économique du pays» et de ses «600.000 déplacés», des facteurs pouvant avoir un «effet déstabilisateur».
En amont des discussions de Doha, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, avait affirmé que l'UE cherchait avant tout à prévenir un «effondrement» de l'Afghanistan. «Nous ne pouvons pas nous contenter de regarder et d'attendre. Nous devons agir, et rapidement». «Il y a une différence entre un dialogue pragmatique, pratique, sur nos intérêts nationaux majeurs que sont pour nous le contre-terrorisme, la liberté de déplacement, les droits humains», et «toute sorte de reconnaissance ou de légitimation des talibans», a aussi prévenu mardi à Washington le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price, tout en saluant des rencontres «positives» et «productives». Durant le week-end à Doha, les talibans avaient déjà rencontré des responsables américains, premier face à face depuis la prise du pouvoir à Kaboul. Leur chef de la diplomatie, Amir Khan Muttaqi, a ensuite appelé les Etats-Unis à établir de «bonnes relations» et à ne pas «affaiblir l'actuel gouvernement afghan». La reprise du pouvoir par les talibans est une «réalité dont nous devons tenir compte.
Le plus important maintenant est d'interagir avec eux», a déclaré Mutlaq al-Qahtani, émissaire spécial du Qatar pour l'Afghanistan, esquivant une question sur la reconnaissance éventuelle du régime des talibans par son pays. Les Etats-Unis ont envahi l'Afghanistan en 2001 et fait chuter le régime des talibans, en réponse aux attentats du 11-Septembre planifiés par le réseau jihadiste Al-Qaïda depuis l'Afghanistan, alors contrôlé par les talibans. Les troupes américaines se sont retirées fin août.
La prise de pouvoir par les talibans a entraîné l'évacuation d'Afghanistan de plus de 100.000 personnes qui redoutaient des exactions ou des actes de vengeance de la part des nouveaux maîtres du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.