Ouverture du 15ème Salon Equip Auto Algeria à Alger    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Décès de Djamel Larouk, directeur de l'ESBAA    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les prisonniers de Gdeim Izik déposent une plainte contre le Maroc pour détention arbitraire    JM-Oran-2022: tableau des médailles    JM: programme des finales prévues dimanche    Ressources hydriques souterraines: un important programme projeté à Bechar    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Recouvrement de l'Indépendance nationale: un spectacle grandiose    Real - Modric : "Mbappé doit maintenant vivre avec cette décision"    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    JM/Boxe: "Je mérite la médaille d'or" (Houmri)    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Algérie-Egypte: Donner un nouveau souffle à la coopération économique    Hydrocarbures: «Occidental Petroleum Corporation» veut faire plus en Algérie    Equipe nationale U18: L'urgence d'un système de développement    Espagne : Le Parlement veut rétablir les relations avec l'Algérie    Un réseau de quatre individus arrêté: Plus de 25.600 comprimés psychotropes saisis    Une nouvelle stature    Tipasa: Un trafic international de cartes de paiement électronique démantelé    Libye: La désignation d'un représentant de l'ONU divise    Téléphonie mobile: L'Algérie rachète les actions de Veon dans Djezzy    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    Driss Messaoud sauve la face    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    Trois projets de loi adoptés    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    9 manifestants tués à Khartoum    L'été en pente douce    La grande vadrouille    La rentrée scolaire se prépare en été    L'Algérie dansera tout l'été    Fin de parcours du touriste judiciaire    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Un pays à la recherche de son destin    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une démarche floue
Publié dans L'Expression le 16 - 11 - 2021

La mesure portant sur «la réconciliation» économique, introduite dans le Plan d'action du gouvernement, avait suscité une multitude d'interrogations de la part des députés, lors de la présentation dudit plan, en septembre dernier. L'on se demandait alors si le gouvernement prévoyait d'offrir aux hommes d'affaires emprisonnés une occasion de monnayer leur liberté? Récupérer l'argent, relancer les entreprises et sauver les milliers d'emplois, ces trois actions suffiront-elles à compenser la pénitence? Mais le suspense n'a pas trop duré et le Premier ministre, ministre des Finances a expliqué qu'il ne s'agissait nullement d'une négociation à l'amiable avec les oligarques, mais plutôt avec les personnes morales, notamment les entreprises étrangères. Le but étant bien évidemment d'accélérer la récupération de l'argent détourné vers l'étranger et de s'éviter les interminables et lourdes procédures judiciaires dans des Etats qui risquent de montrer une certaine réticence. Surtout que l'Algérie a déjà eu l'expérience en la matière. Il suffit de rappeler l'affaire Khalifa et les tentatives judiciaires vaines de Badsi, le liquidateur du groupe, dans plusieurs pays étrangers. La récupération de l'argent détourné par la «Issaba» étant une promesse électorale du président Tebboune, les choses doivent s'accélérer. Surtout qu'il s'agit de «centaines de milliards de dollars» comme l'a déclaré le chef de l'Etat, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera. Il avait affirmé que «des centaines de milliards de dollars ont été volés et transférés vers l'étranger par la «Issaba» (...) L'ampleur de la corruption au cours de la période précédente était importante et jusqu'à aujourd'hui nous découvrons encore ses extensions visibles et non visibles». Lors de l'entretien, le président Tebboune avait, de nouveau, rappelé son engagement à récupérer les biens détournés et a commencé par citer les dernières décisions de justice qui ont permis la saisie de tous les biens apparents des hommes d'affaires et autres hauts fonctionnaires condamnés définitivement. Il avait ensuite fait état d'une démarche en cours avec «les pays amis d'Europe et du monde pour aider l'Algérie à découvrir et récupérer l'argent volé». L'argent volé n'est plus en Algérie, mais a été transféré dans les paradis fiscaux à travers, notamment le subterfuge des surfacturations. Selon Abdelmadjid Tebboune, elles étaient d'au moins 30%. Mais l'argent de la surfacturation ne reste pas dans les comptes des entreprises étrangères, il est transféré via des circuits compliqués des sociétés écrans avant de revenir vers le bénéficiaire sous la forme d'un bien immobilier ou d'une entreprise implantée sous d'autres cieux. En quoi va donc consister la négociation à l'amiable avec les sociétés étrangères? Prenons l'exemple de l'affaire Sonatrach-Saipem. La filiale d'ingénierie et d'exploitation du géant pétrolier italien ENI a versé, selon la justice italienne, environ 198 millions d'euros de pots-de-vin pour remporter près de 8 milliards d'euros de contrats auprès de la compagnie des hydrocarbures Sonatrach. Les juges italiens ont ordonné la saisie des 198 millions d'euros versés à Farid Bedjaoui (également recherché par la justice algérienne) via Pearl Partners, sa société écran domiciliée à Hong Kong. Mais il sera difficile de récupérer ce magot, car la somme est ventilée sur de nombreux comptes de Bedjaoui ou de ses proches collaborateurs au Liban, en Suisse, aux Emirats, au Panama, à Singapour... Et c'est le cas de tous les oligarques qui ont réussi à transférer les milliards de dollars vers l'étranger. En fait, la seule solution qui s'offre à la justice algérienne est de voir les commissions rogatoires adressées aux pays étrangers, appuyées par des négociations à un haut niveau politique. Il faut donc penser à une démarche avec les Etats pour les amener à aider l'Algérie à, en premier, découvrir les nids de l'argent volé et en second, à le récupérer.
Sinon, il ne restera à l'Etat que de suivre le procédé du prince héritier Mohammed Ben Salmane (MBS). En 2017, ce dernier a arrêté plus de 200 personnalités influentes dont des princes, des membres de la famille royale, des ministres et des hommes d'affaires. Ceux qui voulaient retrouver la liberté devaient payer le prix. Pas moins de 100 milliards de dollars ont été récupérés. Certes, trouver le moyen de renflouer les caisses de l'Etat, en cette période de crise, serait l'idéal, mais cela pourrait-il se faire au détriment de la justice?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.