CAN-2021 (Gr.E) Côte d'Ivoire - Algérie : impératif de gagner    Affaire du groupe Amenhyd: 4 ans de prison ferme pour Sellal et 5 ans à l'encontre de Necib    Côte d'Ivoire - Algérie: le Sud-africain de Freitas Gomes à la place du Gambien Gassama au sifflet    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs Houza et Aousserd    Travaux publics : publication prochaine d'une deuxième partie des cahiers de charges types    Salon international du bâtiment à Annaba: 80 opérateurs exposent leurs produits    Covid-19 : mise en garde contre l'idée que le variant Omicron est bénin    Kamel Nasri lance les travaux de dédoublement du tronçon de la RN 01 Djelfa-Laghouat    Dans un discours au siège du MDN: Les mises en garde de Tebboune    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Commerce: Le ministre demande aux boulangers de «patienter»    Groupe D : Egypte-Soudan, aujourd'hui à 20h00: Victoire obligatoire pour les «Pharaons»    Groupe D : Guinée-Bissau - Nigeria, aujourd'hui à 20h00 - L'outsider sans complexes    Football - Ligue 2: Le RCK champion d'hiver, l'ASMO en chute libre    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    A l'exception des plénières déjà programmées: Les activités de l'APN reportées à cause du Covid    Oran: Quatre morts dans la chute d'un monte-charge    Sommes-nous vaccinés contre le vaccin ?    Benfreha: Une dizaine de constructions illicites démolies    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Umtiti blessé au pied et opéré    L'heure des calculs pour les Verts    Onze morts dans des raids au Yémen    Des critiques aux reproches    Le baril affole le marché    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Panique dans les lycées    Une hausse inquiétante    L'heure est grave    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Sept nouveaux manifestants anti-putsch tués    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Didouche Mourad revisité à Aghribs    La semaine du film documentaire    L'application de certaines dispositions de la loi relative au chahid et au moudjahid, après enrichissement des textes    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    Le statu quo !    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Privilèges, affectations et contrariétés !    Une histoire entre colons    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'hiver est moins rude
Virée chez les villageois des hautes montagnes de Béjaïa
Publié dans L'Expression le 04 - 12 - 2021


L'hiver s'est installé en Basse Kabylie. Le manteau de neige embellit les villages situés sur les hauteurs des deux versants des monts longeant les deux rives de l'oued Soummam. Les chutes de neige enregistrées depuis une quinzaine de jours sur le massif de l'Akfadou et du Djurdjura sont visibles de loin. Les visiteurs affluent. Ce week-end, les citadins étaient très nombreux à rendre visite à ces régions, Tel un manteau blanc, épais et harmonieux, la neige couvre les plus hauts villages: Akfadou, Adekar. Le blanc, qui s'étale à vue d'oeil, tapissant le vert habituel de la forêt, donne plus de lumière. Cela procure de la joie aussi et cela attire. Hier, le sommet sur lequel est implantée la station de la TDA ex-RTA, culminant à plus de 1 623 m était le centre de curiosité des citadins venus principalement de la ville de Béjaïa. Le voyagiste Flycoyages a eu l'idée géniale de programmer une virée touristique, qui met en valeur les potentialités de cette région où le thermomètre a chuté terriblement. Le froid a pris place. Cela n'a pas empêché ces visiteurs de profiter de la poudreuse et d'apprécier une vue imprenable sur la vallée de la Soummam et des villages en contrebas, tous aussi couverts par la neige. Des villages où une vie, jadis difficile, s'est améliorée ces dernière années. L'arrivée du gaz de ville est pour beaucoup dans ce changement dans la qualité. Les habitants des communes enneigées ont beaucoup moins de soucis. La pénurie des bonbonnes de gaz relève désormais du passé même si quelques villages attendent toujours d'être raccordés au réseau. Mais pour eux aussi, la pénurie de bouteilles de gaz butane n'est plus de mise. L'offre est largement suffisante pour parer à toute éventualité de fermeture de routes, d'autant plus que ces régions ont, encore cette année, bénéficié de chasse-neige. Alors que les citadins remontent sur les hauteurs, à la découverte de la poudreuse, les villageois, quant à eux, descendent aux chefs-lieux des communes situées un peu plus bas et loin de la neige ou dans les villes, pour les commissions, afin de passer un moment dans les cafés, histoire aussi de s'informer de l'actualité. Mais tout le monde ne peut pas s'offrir ce luxe. Au-delà de la joie que procure l'arrivée de la neige, les traditionnels désagréments du manque de gaz butane semblent avoir disparu. La rareté de ce combustible dans tous les villages n'est plus de mise tout comme les tensions qu'elle génère, en cette période de grand froid. Dans cette localité montagneuse, plus familière de la forêt que de la ville, la population, qui avait recours au bois pour se réchauffer, a beaucoup diminué et c'est toute une forêt qui a été épargnée par le massacre à la tronçonneuse pour renouer avec l'autre rôle, celui d'attirer les visiteurs en villégiature. Les autorités semblent avoir tiré quelques leçons du passé. Dès le moindre bulletin spécial, météorologique les engins de déneigement remontent vers les villages les plus élevés des communes. La route était, hier, ouverte jusqu'au plus haut sommet. Même les bus ont eu droit à l'accès. N'est-il pas temps pour ces milliers de jeunes qui vivent de la vente du bois de chauffage pour se reconvertir en guides touristiques, eux qui connaissent mieux que quiconque les secrets de la forêt?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.